Consommer Futé n°5 mar/avr/mai 2013
Consommer Futé n°5 mar/avr/mai 2013
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°5 de mar/avr/mai 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 17,4 Mo

  • Dans ce numéro : litiges, mode d'emploi... les pièges à éviter.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
48 ENQUÊTE 2/Comment se protéger ? Face à tant d'inconnues, comment réagir ? Le plus prudent serait de savoir les prévenir avant que les ennuis ne commencent. Ouvrir l’œil est un réflexe obligatoire lorsque l'on se lance dans des travaux à son domicile. Bien choisir son artisan L’élément principal à respecter avant de se lancer dans des travaux est le choix de son entrepreneur. Celui-ci peut être difficile, car l'offre est très abondante. Mais même si un professionnel du bâtiment paraît être disponible très rapidement, ne cédez pas à la facilité. La phase de recherche vous donnera l'assurance de ne pas avoir affaire à une entreprise multipliant les conflits avec d'autres clients ou encore pire, en situation de faillite. Privilégiez des entreprises connues de vos amis : le bouche-à-oreille est très efficace. Quant à la question du professionnalisme, il peut être bon de se baser sur les certifications délivrées par des organismes comme Qualibat, par exemple. Une pléiade de labels garantissent et évaluent le sérieux, les compétences techniques et parfois même les relations clients des entreprises en bâtiment. Devis malin ou devis mesquin ? Le devis est obligatoire si le prix des travaux est supérieur à 150 €. Généralement, un seul regard sur celui-ci peut suffire à reconnaître un artisan peu scrupuleux. Tout d'abord, il fait office de carte d'identité professionnelle de l'artisan, qui est tenu de Les assurances tous risques Pour les travaux importants, vérifiez que les professionnels ont les assurances appropriées en cas de problème ou que votre assurance habitation intervient. ● La garantie décennale : l'entrepreneur doit avoir souscrit une assurance de garantie décennale. Celle-ci couvre pendant 10 ans, après la fin des travaux, les dommages consécutifs à des malfaçons qui compromettent la solidité de l'ouvrage. ● La garantie de bon fonctionnement : les désordres importants sont couverts par la garantie décennale. Mais l'entreprise doit aussi assurer le service après-vente des nouveaux équipements durant l'année qui suit la réception. Parallèlement, la garantie de bon fonctionnement vous couvre pendant 2 ans contre les dysfonctionnements de vos nouveaux équipements. ● L'assurance responsabilité civile professionnelle : souscrite par les professionnels du bâtiment, elle couvre les petits incidents corporels divers qui peuvent survenir pendant le chantier. 58 - Consommer Futé communiquer le numéro d’immatriculation de son entreprise sur le document. Il contient aussi un bon nombre de repères permettant d’éviter les escroqueries. Votre attention doit se porter sur la forme du devis. Est-il assez détaillé ? Les prix des matériaux et équipements utilisés sont-ils chiffrés un à un ? Ces questions sont importantes, le devis représentant l'engagement de l'entreprise à réaliser les travaux qu'il prévoit. Négliger cette étape, c'est s'exposer à de très mauvaises surprises. Certains professionnels font payer la rédaction du devis, donc soyez prudents. En revanche, vous êtes dans votre droit de refuser de payer pour un devis, si l'artisan ne vous a pas au préalable informé de son caractère non gratuit. Savoir être ferme Si, malgré toutes ces précautions, l'artisan embauché se montre malhonnête, en refusant de finir les travaux, il vous reste encore des recours avant le tribunal. Envoyez en premier lieu à l'artisan une lettre recommandée avec accusé de réception, lui rappelant ses devoirs et ses engagements. Il n'aura bien souvent aucun intérêt à être poursuivi en justice, c'est un danger pour son image professionnelle et ses finances. Le solde des travaux aussi est un moyen de pression important, il ne se règle qu'une fois les travaux entièrement effectués et approuvés. Dans le cas contraire, vous serez complètement désarmés face à un artisan qui ne donne plus de nouvelles. L'aide d'associations de défense des consommateurs (UFC Que Choisir, LesArnaques.com...) est aussi très utile. Celles-ci peuvent servir d'intermédiaires avec l'entrepreneur, mais aussi vous permettre de collecter des preuves utiles à une éventuelle action en justice. Si, malgré tout, vos demandes ne font pas effet, alors la mise en demeure et le recours aux tribunaux semblent s'imposer.
Viessmann222 C'est le nombre de manquements portant sur la publicité trompeuse ou les fausses allégations constatées dans 300 entreprises en bâtiment contrôlées dans 48 départements. Source : DGCCRF 2007. Jean-Philippe Girod, fondateur de « Girodconseil », société de courtage en travaux En quoi consiste l'aide d'un courtier en travaux ? Le courtier en travaux est un intermédiaire entre le particulier et l'entreprise en bâtiment, qui effectue les travaux. Ainsi, une société comme la nôtre met en avant ses contacts professionnels pour les particuliers faisant appel à nous. Notre but est de proposer le meilleur rapport qualité/prix au client pour lui éviter les mauvaises surprises. Même dans le milieu des courtiers en travaux, y a-til des risques de tomber sur des entrepreneurs peu sérieux ? Dans certains réseaux de franchisés, il est parfois demandé aux nouveaux franchisés qui s'implantent de recruter eux-mêmes de nouvelles entreprises en bâtiment partenaires. Celles-ci feront leurs preuves chez les premiers clients du franchisé et ne seront retenues que si les premiers chantiers se passent bien. Il y a un risque pour ces clients-là, car ils ont affaire à des entreprises dont le courtier ne peut garantir le sérieux et le professionnalisme. C'est un danger à éviter, il faut s'adresser à des courtiers en travaux qui peuvent justifier une relation ancienne avec leurs entreprises en bâtiment partenaires, et mieux encore, ne pas hésiter à demander à contacter les clients des entreprises présentées afin de vérifier si le chantier s’est bien déroulé. Comment reconnaître un mauvais rapport qualité/prix dans un devis ? Il y a plusieurs éléments à vérifier. Tout d'abord, avoir un minimum de connaissance sur les prix de marché des travaux que l'on demande est essentiel. La documentation, ou l'aide d'un professionnel neutre, est importante si l'on ne possède pas ces connaissances. Puis sur la forme du devis, celui-ci doit-être ultradétaillé. Un devis trop approximatif dans les termes et dans l'indication des tarifs, cela peut mener à des travaux qui ne respectent pas les attentes du client. La prudence s'impose en face de devis trop bas, ils cachent peut être des arnaques, à savoir des entrepreneurs embauchant des salariés au noir ou utilisant des matériaux de contrefaçon. Mais encore plus grave, des escrocs professionnels qui demandent un acompte de 30% de la somme des travaux en avance, avant de mettre la clé sous la porte et de s’évaporer dans la nature. Consommer Futé - 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 1Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 2-3Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 4-5Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 6-7Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 8-9Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 10-11Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 12-13Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 14-15Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 16-17Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 18-19Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 20-21Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 22-23Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 24-25Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 26-27Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 28-29Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 30-31Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 32-33Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 34-35Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 36-37Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 38-39Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 40-41Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 42-43Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 44-45Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 46-47Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 48-49Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 50-51Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 52-53Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 54-55Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 56-57Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 58-59Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 60-61Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 62-63Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 64-65Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 66-67Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 68