Consommer Futé n°5 mar/avr/mai 2013
Consommer Futé n°5 mar/avr/mai 2013
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°5 de mar/avr/mai 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 17,4 Mo

  • Dans ce numéro : litiges, mode d'emploi... les pièges à éviter.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
ENQUÊTE 1/Arnaques en tout genre Ce n'est pas une nouveauté, le milieu des travaux connaît de nombreux cas d'escroqueries. Mais les arnaques « classiques » côtoient aujourd'hui des formes plus diversifiées. Surtout celles surfant sur la vague du développement durable. Les coups « classiques » Lorsque l'on parle d'arnaques dans le monde des travaux, on pense tout de suite aux cas d'école, les retards, abandons de chantiers, malfaçons et autres sont toujours là. Prêts à transformer vos rêves de maison du bonheur en enfer. Qu'il joue la confiance en vous faisant miroiter un devis extrêmement bas ou en employant des arguments soigneusement lissés, le but de l'artisan mal intentionné sera toujours de repartir avec un contrat signé ou un acompte sur les travaux à effectuer. Une fois l'affaire conclue, il peut selon les cas ne pas respecter les engagements du devis ou encore tout À quelles références se fier ? Photovoltaïque : simplement ne plus donner signe de vie. C'est encore plus préjudiciable lorsque l'on se rend compte par la suite que l'artisan n'est en fait affilié à aucune société ou est associé à une entreprise en faillite depuis 3 ans. Un piège qui a fait beaucoup de victimes. Écolo : nouveau danger La montée en puissance du logement « écolo » et les difficultés économiques entraînées par la crise financière ont contribué à créer de nouveaux viviers à arnaques. Le très jeune secteur des travaux écologiques (panneaux photovoltaïques, pompes à chaleur) représente un nouveau Far West pour les entrepreneurs et consommateurs. Depuis 2007, entre 2.000 et 4.000 sociétés nouvelles sont créées chaque année en France, pour satisfaire cette demande. Ces installations bénéficient, en outre, d'une image très positive. Elles présentent leur offre comme rentable pour les ménages et bénéfique pour l'environnement. Cependant, parmi les entreprises nouvelles qui naissent chaque jour, se cachent des entrepreneurs inexpérimentés et mal intentionnés espérant profiter de la nouvelle manne financière. Marché trop jeune Malgré la présence de professionnels sérieux sur le marché, les arnaques dans le secteur des travaux écologiques sont en forte augmentation. Les entrepreneurs pratiquant la surfacturation, et utilisant des malfaçons, ne manquent pas. Mais une installation de panneaux photovoltaïques sur votre toit ne se rentabilise réellement qu'après une longue période, environ 20 ans après l'investissement. C'est encore plus long pour les pompes à chaleur, dont la technologie n'est pas toujours fiable. ● Plusieurs normes reconnues existent concernant les panneaux photovoltaïques, la NF-CEI 61215 pour les modules « silicium cristallin » (les plus répandus) et NF-CEI 616466 (panneaux à couches minces). Bien sûr, il est important de s'assurer de la présence des certifications NF et CE. ● La présence ou non de labels professionnels. L'association Qualit’EnR est l'organisme qui gère les appellations de confiance Qualisol, pour la qualité des installations de chauffage solaire et QualiPV pour celle des systèmes solaires photovoltaïques. Les professionnels bénéficiant de ces appellations ont pris des engagements répondant à une charte adaptée. ● La longévité des installations est un signe important de qualité. La garantie des panneaux photovoltaïques doit être supérieure à 25 ans. Pompes à chaleur : ● La nouvelle norme NF PAC permet de vérifier la qualité d'une pompe à chaleur, c'est la plus importante. Dans ce type d'équipement, encore très nouveau sur le marché, il est préférable de naviguer avec la plus grande prudence entre les différents labels professionnels. Exigez QualiPAC. Le prix de vente d'une pompe à chaleur varie selon les modèles (air, eau, sol) et la longévité des installations. Nous vous incitons à la plus grande prudence, une garantie de matériel inférieure à 10 ans doit susciter la méfiance. Selon les témoignages abondant sur Internet, les pannes sont plus que fréquentes. 56 - Consommer Futé
17%.. c’est le pourcentage de réclamations concernant le secteur des travaux et de la réparation enregistrées par la DGCCRF en 2010. Source : DGCCRF, Bilan 2010 Fisher Joël Guillon, fondateur de « LesArnaques.com » (association de défense des consommateurs) Quel rôle joue votre association pour les victimes de travaux ? Nous intervenons auprès des personnes victimes de litiges avec leur artisan ou entreprise en bâtiment. Nous avons 2 missions : dans un premier temps, nous sommes un vecteur de communication entre les professionnels et les personnes abusées. Si le dialogue est rompu, nous tentons de le rétablir et de rappeler à chacun ses droits. Dans un deuxième temps, les expériences des uns aident les victimes. Lorsque le professionnel refuse l'arrangement à l'amiable par notre biais, alors le soutien de la communauté de notre forum est précieux. Les associations de défense des consommateurs, un interlocuteur privilégié pour les victimes ? Oui, si le professionnel est injoignable et ne donne plus aucun signe de vie, vous êtes en incapacité de faire quoi que ce soit. Des forums, comme le nôtre, répondent aux victimes, qui ont des questions précises. Celles-ci y trouvent enfin un interlocuteur humain. Le professionnel dispose aussi d'un droit de réponse sur le forum. Être mis en cause sur un forum permet de mettre une pression sur la tête du professionnel car personne n'aime voir sa réputation être mise en cause. Quelles sont les arnaques les plus fréquentes ? Tous les problèmes ne sont pas forcement des « arnaques » au sens propre, il en dépend parfois de la mauvaise volonté du vendeur ou de l'artisan. Il y a beaucoup de cas de retards de livraison et de facturations abusives, surtout lors des démarchages à domicile avec des méthodes agressives. Faut-il préférer la médiation ou le recours direct aux tribunaux dans ce type de litige ? Cela dépend. La démarche est plus efficace lorsque les victimes d'arnaques se regroupent contre l'entreprise en cause. D'une part, les dommages et intérêts seront plus conséquents ; d'autre part, la demande a plus de chance d'aboutir. Le juge sera obligé de prendre en compte la revendication si les plaignants sont multiples. Cela dit, la médiation est systématique, nous effectuons toujours une communication auprès du commerçant. Surtout que les règles du Code de la consommation sont claires. Il faut donc savoir les invoquer, parfois en tapant du poing sur la table si cela est nécessaire. Consommer Futé - 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 1Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 2-3Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 4-5Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 6-7Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 8-9Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 10-11Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 12-13Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 14-15Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 16-17Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 18-19Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 20-21Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 22-23Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 24-25Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 26-27Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 28-29Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 30-31Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 32-33Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 34-35Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 36-37Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 38-39Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 40-41Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 42-43Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 44-45Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 46-47Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 48-49Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 50-51Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 52-53Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 54-55Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 56-57Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 58-59Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 60-61Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 62-63Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 64-65Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 66-67Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 68