Consommer Futé n°5 mar/avr/mai 2013
Consommer Futé n°5 mar/avr/mai 2013
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°5 de mar/avr/mai 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 17,4 Mo

  • Dans ce numéro : litiges, mode d'emploi... les pièges à éviter.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
REPORTAGE DÉPANNAGE ENQUÊTE : OLIVIA CALBO Dépannage : bons mauvais ais tuyauxux En cas de problème dans la salle de bains ou de fuite de la machine à laver, seuls les bricoleurs avertis peuvent se passer de l’intervention d’un professionnel des canalisations. ations. Les prix étant libres dans cette profession, nombreux sont les particuliers à se faire arnaquer. C’est le cas de Nathalie. n avril 2011, Nathalie rentre chez elle après une longue E journée de travail. Il est 19h30, c’est un vendredi soir, et elle n’a qu’une idée en tête : prendre une douche et se caler devant la télé avec un bon plateau-repas. Mais en pénétrant dans la salle de bains, elle constate une petite e fuite sous le tuyau d’arrivée d’eau du WC. Ne s’agissant que de quelques gouttes, elle place un récipient sous le tuyau et appelle son agence de gestion immobilière car elle est locataire et veut connaître les coordonnées du plombier de sa propriétaire. Pas de chance : l’agence est déjà fermée et ne rouvre que le lendemain matin à 9h30. Nathalie décide de patienter jusqu’au samedi matin mais pendant la nuit, la fuite devient plus importante et menace 52 - Consommer Futé Le devis et la facture ont été établis en règle. Le plombier est libre de fixer ses tarifs, mais comment connaître naître le prix raisonnable nable des pièces à remplacer ? r ? ‹ › p nage mauva tu : bons uyau d’inonder ses voisins du dessous. Elle met son réveil toutes les heures pour vider le seau qui se remplit à vitesse grand V, elle éponge, rince, sèche tant qu’elle peut mais à 6 heures du matin, elle doit se rendre à l’évidence, il lui faut un plombier en urgence. Elle saisit l’annuaire des pages jaunes et contacte l’un des premiers professionnels de sa ville. La société de plombe- rie-dépannage lui assure qu’un un artisan sera chez elle dans l’heure, Nathalie est soulagée. Trois heures plus tard, le plombier arrive rive enfin ! Il s’excuse pour son retard, prend un air sympathique et rassurant, et entreprend de réparer la fuite qui d’après lui n’a rien de bien méchant. Il rédige un devis qui comprend le déplacement en urgence
Nathalie s’est vu facturer 339,50 € pour une vanne d’arrêt qui en vaut à peine 15 en magasin de bricolage. (+ 50% car c’est en week-end), la main-d’œuvre et les pièces à changer, soit 541,74 € TTC. Nathalie est un peu surprise, mais elle n’y connaît pas grand-chose en plomberie et, les pieds dans l’eau, n’a pas vraiment le choix. D’autant que l’artisan lui assure que dans ce type de panne, la facture est à la charge du propriétaire, non du locataire. Nathalie accepte le devis et signe les papiers. Le plombier coupe l’arrivée d’eau dans le sous-sol de l’immeuble, remplace la vanne d’arrêt défectueuse et la remplace par une pièce flambant neuve. L’opération ne prend qu’un quart d’heure et Nathalie lui règle les 541,74 € par chèque. Dans l’après-midi, la jeune femme se rend chez son agent immobilier pour lui présenter la facture et obtenir son remboursement. L’agent immobilier, qui a l’habitude de ce type d’intervention, lui annonce alors que la facture est totalement injustifiée, qu’une vanne d’arrêt ne coûte pas 339,50 € comme il lui a été facturé, mais à peine 15 € dans tous les magasins de bricolage ! Nathalie s’est tout bêtement fait arnaquer et l’agence refuse de présenter la facture à la propriétaire du logement, prétextant qu’elle refusera de rembourser une telle somme. Nathalie appelle la DGCCRF pour savoir quels sont ses recours. Malheureusement, les prix des pièces facturées par les plombiers sont libres. Dès le moment où le devis est accepté, même s’il s’avère que les prix sont injustifiés, il n’y a aucun moyen de faire marche arrière. Nathalie tente une conciliation auprès de la société de dépannage qui l’a flouée mais la réponse est nette : « Nous pratiquons les prix que nous voulons. Si vous voulez vous plaindre, adressez-vous au président de la République ! ». Après moult négociations, Nathalie obtient que sa propriétaire lui rembourse la moitié de la facture. Mais on ne l’y prendra plus : elle fera établir plusieurs devis avant d’entreprendre de nouveaux travaux de plomberie et se renseignera sur le montant des pièces avant de signer et de payer qui que ce soit. Consommer Futé Devis et facture Comme tous les artisans, le plombier est en droit de fixer ses propres tarifs. Il est donc compliqué de définir à l’avance combien coûtera l’intervention d’un professionnel, mais un certain nombre d’actes peuvent être estimés. Sachez que le devis est obligatoire au-delà de 150 € de travaux (gratuit ou payant), sauf en cas d’intervention en urgence (arrêté du 02 mars 1990 relatif à la publicité des prix et prestations de dépannage, de réparations et d’entretien dans le secteur du bâtiment et de l’électroménager). Selon la loi sur la publicité des prix, le plombier doit impérativement vous faire connaître ses tarifs à l’avance et par écrit, notamment : - le taux horaire de la main-d’œuvre TTC ; - les modalités de décompte du temps passé ; - les tarifs TTC des prestations proposées ; - les frais de déplacement ; - le coût du devis s’il est payant ; - les conditions de règlement. Le plombier est tenu de vous présenter une facture seulement si le montant total dépasse 15,24 €. Il est préférable de payer en chèque ou en carte bleue afin de laisser des traces, à utiliser en cas de problème. Voici ce que le plombier doit faire figurer sur la facture : - les coordonnées du client : vous ; - les coordonnées du plombier ; - la date de l’intervention ; - le nombre de pièces détachées changées et leur prix ; - le nombre d’heures de travail effectuées ; - les frais de déplacement (attention, ces frais ne sont pas conventionnés) ; - le prix hors taxes et TTC. Repères prix Globalement, comptez entre 20 et 40 € pour le déplacement et de 30 à 60 € pour 1 heure de travail. À Paris et en région parisienne, les prix du déplacement et de la main-d’œuvre sont entre 20 et 50% plus élevés qu’en province. À titre d’exemple, le coût du remplacement du mécanisme d’une chasse d’eau varie de 60 à 100 €, changer un chauffe-eau de 100 litres revient entre 150 et 400 €. Les pièces détachées vous seront facturées de 30 à 40% de plus que par rapport au prix du commerce. Sachez que tous les prix sont indiqués hors taxes, car le taux de TVA est fonction de votre logement. Celui-ci est de 5,5% pour les logements de plus de 2 ans et 19,6% pour les autres. Consommer Futé - 53



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 1Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 2-3Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 4-5Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 6-7Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 8-9Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 10-11Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 12-13Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 14-15Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 16-17Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 18-19Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 20-21Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 22-23Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 24-25Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 26-27Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 28-29Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 30-31Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 32-33Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 34-35Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 36-37Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 38-39Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 40-41Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 42-43Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 44-45Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 46-47Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 48-49Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 50-51Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 52-53Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 54-55Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 56-57Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 58-59Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 60-61Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 62-63Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 64-65Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 66-67Consommer Futé numéro 5 mar/avr/mai 2013 Page 68