[90] Vivre le Territoire n°181 mar/avr 2019
[90] Vivre le Territoire n°181 mar/avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°181 de mar/avr 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : porte d'entrée sur la nature.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
MÉMOIRE Fêtes de la Victoire, le 15 août 1919 à Belfort, le char du Lion et du Tigre écrasant l’Aigle allemand. À SAVOIR Président de la République depuis le 17 janvier 1920, Paul Deschanel n’a pu se rendre à Belfort le 4 juillet en raison de son épuisement nerveux. Depuis le mois de mai, il donne des signes évidents de dépression nerveuse. Il démissionne le 21 septembre 1920. » lée funèbre a lieu sur la place d’Armes où (comme à Paris un mois plus tôt) un cénotaphe a été installé pour symboliser la tombe de tous les soldats du Territoire morts pour la France. Le 15 au matin, les autorités civiles et militaires alsaciennes et suisses (les maires de Mulhouse et de Colmar ont fait le voyage, ainsi que le conseiller national de Porrentruy) sont accueillies à la gare en fanfare pour ensuite se rendre place d’armes rendre hommage aux Morts. L’après-midi est consacré au cortège historique qui démarre de la place d’Armes pour un long périple à travers la ville qui mène les chars par le pont Carnot vers la gare puis le faubourg des Vosges avant de revenir place d’Armes. Ce cortège très hétéroclite se veut une recomposition historique de l’histoire alsacienne de Belfort. Il débute par un char évoquant la grotte de Cravanche, se poursuit par la conquête de Turenne, les sièges de Belfort, puis les chars retraçant la guerre (le Tigre et le Lion, la grosse Bertha, les Poilus, la Madelon de la Victoire). à pied), ce sont 68 groupes différents qui vont traverser la ville devant une foule innombrable sous un très beau soleil. Après le grand banquet républicain donné à l’Hôtel du Tonneau d’Or, la fête se poursuit par des bals à la salle des fêtes et dans les quartiers, avant l’embrasement du Lion, de la statue « Quand même », du monument des Trois Sièges et de la tour de la Miotte. Le samedi 16 est consacré à la fête sportive, avec démonstrations et concours de gymnastique sur le terrain de l’Union Sportive au bout du faubourg des Vosges. Pour les moins sportifs, d’autres animations sont prévues ce 16 août dans l’après-midi. Une matinée populaire, avec des artistes comiques, est organisée à la salle de fête et une soirée de gala, avec quatre acteurs de la Comédie-Française a lieu le soir au théâtre municipal. Le dimanche 17, la fête sportive se poursuit au stade « Général Petit » route d’Essert avec des concours de gymnastiques et une course cycliste du saut de la truite au quai Vauban. Les différentes quêtes organisées serviront à la reconstruction du village de Steinbach dans le canton de Cernay. Démonstrations et concours de gymnastique À ces tableaux historiques s’ajoutent des chars alsaciens et suisses, des chars plus « pittoresques » (le char des fleurs, celui des cheminots, de la bière, de l’industrie, du commerce, de l’alimentation) et les chars des sociétés de gymnastique. Selon le programme (en y ajoutant les troupes costumées Fêtes de la Victoire, le 15 août 1919 à Belfort, le défilé des chars. Le maréchal Pétain remet la Croix de guerre L’année suivante, Belfort reçoit la Croix de guerre. Les festivités pour la remise de cette décoration à la ville de Belfort débutent le samedi 3 juillet 1920 par un concours de gymnastique, d’athlé- 26 Vivre le Territoire N°181 — Mars/Avril 2019
Le monument commémoratif au caporal Peugeot à Joncherey. Remise de la Croix de guerre au maire de Belfort, 4 juillet 1920. tisme et de tir. Ce grand concours fédéral et international est celui qui était programmé pour les 14, 15 et 16 août 1914 et que le déclenchement de la guerre a empêché. Le lendemain matin, le maréchal Pétain est reçu par la municipalité à la gare de Belfort. Initialement, c’était le Président de la République Paul Deschanel qui devait venir mais comme le rapporte avec tact L’Alsace « les circonstances les plus inattendues et les plus regrettables ont enlevé à nos solennités l’honneur et l’hommage personnel du chef de l’État ». C’est donc le maréchal Pétain qui remet au maire de la ville, Léon Schwob, la Croix de guerre et qui, quelques heures plus tard, après le banquet donné au Tonneau d’or, inaugure un foyer du soldat avenue de l’Arsenal qui porte désormais son nom. L’hommage de Poincaré Une des dernières grandes manifestations locales d’hommage aux héros de la Grande Guerre est celle du 16 juillet 1922. Dressé à la sortie du village sur un talus, face à l’endroit où à 10h du matin s’était déroulé l’incident de frontière du 2 août 1914, le monument commémoratif est envisagé dès le début de la guerre. Le comité de souscription lancé par la municipalité de Montbéliard réunit les fonds et fait appel au sculpteur montbéliardais Armand Bloch. La décoration fait clairement Mars/Avril 2019 — N°181 Vivre le Territoire référence à l’ignominie du « crime allemand » commis ce 2 août. Sur le grand fût carré de 9m, le buste en médaillon du caporal Peugeot surmonte un bas-relief où Germania foulant des pieds les traités internationaux poignarde dans le dos le Droit personnifié par un Génie au glaive abaissé. Une inscription rappelle que le caporal a été tué par le lieutenant Mayer 30 heures avant la déclaration de guerre officielle (mais rien n’évoque le fait que dans l’échauffourée le lieutenant allemand a été lui aussi abattu). C’est Raymond Poincaré alors Président du Conseil des ministres qui vient inaugurer le monument. C’est là aussi un honneur qui est fait au département puisque Poincaré a été Président de la République durant toute la Grande Guerre. Les discours enflammés rappellent l’infamie allemande en évoquant aussi le drame de Suarce où ce même 2 août une patrouille allemande en reconnaissance capturait 9 villageois et les emmenait en captivité en Allemagne. MÉMOIRE LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DU TERRITOIRE DE BELFORT 4 rue de l’Ancien Théâtre 90020 Belfort Cedex Tel. 03 84 90 92 00 Jours et horaires d’ouverture  : du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h. F www.archives. territoiredebelfort.fr 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :