[48] Couleurs Lozère n°4 jun/jui/aoû 2009
[48] Couleurs Lozère n°4 jun/jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de jun/jui/aoû 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Lozère

  • Format : (267 x 210) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier « Un été en Lozère ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Si le parcours du Marvejols- Mende s’est dévoilé un jour de Noël, c’est l’été suivant, le 22 juillet 1973, que sera donné le départ de la première édition du mythique semimarathon. Ce jour-là, ils sont 153 pionniers, 153 passionnés à triompher de la redoutable Côte de Goudard, des lacets de Valcroze, puis de l’éreintante montée de Chabrits. René Murat passe la ligne d’arrivée après 1h21, tandis que Denise Seigneurie l’emporte chez les dames en 2h07. « C’était la première fois que les dames pouvaient courir avec les hommes. Pendant cinq ou six ans, nous avons été les seuls à le faire, ce qui peut paraître abersport B. Calendini rant aujourd’hui » indique Jean-Claude Moulin, l’un des quatre pionniers, longtemps président du semi-marathon. La renommée augmente d’année en année, tout comme la participation, qui atteint bientôt 5 000 concurrents. « D’emblée, l’épreuve s’est voulue ouverte à tous, licenciés et non licenciés, spécialistes et non spécialistes, à tous ceux qui voulaient courir ». Une épreuve internationale En 1978, l’épreuve s’internationalise avec le triomphe de l’Écossais Jim Mouat. Mais avant que le podium ne soit régulièrement occupé par les coureurs africains, le tricolore Dominique Chauvelier s’adjuge Marvejols-Mende  : 36 ans de succès pour 22,5 km de course ! 25 décembre 1972, quatre fanas de course pédestre s’élancent de l’esplanade de Marvejols, direction le Foirail de Mende. Une idée folle, un parcours exigeant, un avenir radieux... le record de succès avec cinq victoires sur le Foirail mendois. Jean-Claude Moulin évoque avec émotion les grands moments des 36 éditions passées. « Notre parcours est l’un des plus durs de France mais c’est aussi une épreuve festive, alors le bouche-à-oreille a vite fonctionné. En dix ans, nous sommes passés de 150 à 1 800 concurrents. Puis la renommée est devenue internationale. Les meilleurs coureurs mondiaux sont passés un jour ou l’autre sur le Marvejols-Mende, certains s’y cassant les dents, comme le champion du monde de marathon Mark Plaajees. » Georges Privat, successeur de Jean- Claude Moulin à la direction de la course depuis 2008, pense à assurer l’avenir d’une épreuve qui apporte d’énormes retombées économiques et populaires à la Lozère. « Tout au long de l’année, une quinzaine de membres du bureau travaillent sur l’épreuve. Le jour J, ils sont rejoints par 500 bénévoles sans lesquels la course ne pourrait avoir lieu ». Le budget oscille autour de 250 000  € apportés par les concurrents et les sponsors. Mais aussi les collectivités locales, à l’instar du Conseil général, associé au Marvejols-Mende depuis 30 ans et contribuant pour 20 000  € à l’organisation de la 37 e édition programmée le 19 juillet. n www.lozere.fr
j Culture Faites un détour à Chanac Du 16 au 18 juillet, le festival Détours du Monde va faire battre le cœur de Chanac au rythme des musiques du monde. Entre vallée du Lot et Causse de Sauveterre, Chanac accueille en juillet un festival de musique. Chaque nuit est organisée comme un voyage musical au bout du monde  : Angola, Cuba, Espagne, Éthiopie, Jamaïque, Mali. Un plateau exceptionnel a été réuni pour les soirées 2009. Les fans de reggae pourront danser au son d’Israël Vibration le vendredi soir. www.lozere.fr Et, le lendemain, les amoureux du Buena Vista Social Club se laisseront bercer par Eliades Ochoa. Chacune de ces prestations est entourée par deux autres concerts  : SMOD (hip-hop folk malien), Fred. Galliano & Kuduro Sound System (danse électronique franco-angolaise), le 17 juillet ; Minyeshu (chant traditionnel éthiopien), DJ Bembe vs Matanzas & Rude (DJ électrorumba), le 18 juillet. S’ouvrir à l’autre Ce festival a pour vocation de faire mieux connaître l’autre, l’étranger. Comme le dit la phrase de Pierre Rabhi, fil rouge de cette année  : « Insurrection et fédération des consciences pour mutualiser ce que l’humanité a de meilleur et éviter le pire. » On retrouve ce même esprit dans les origines de l’association Ça S’ouie  : « Notre symbole, c’est l’arbre. Être enraciné à Chanac et avoir des branches ailleurs. » C’est pour cela que chaque festival est construit  : « dans la rencontre entre les racines traditionnelles de la Lozère et celles du monde. » Et, pour que la fête soit belle et chaleureuse, tout le monde met la main à la pâte. L’association Tours et Détours qui œuvre à la rénovation de la tour de Chanac vous fera découvrir l’histoire du site. Bénévoles, habitants et exposants animeront la cité dès 16 h avec les senteurs du marché du monde, des spectacles de rue, des expositions, des conférences… C’est sûrement ce creuset joyeux, réunissant amateurs et professionnels, qui a su séduire de nombreux partenaires institutionnels, dont le Conseil général de la Lozère qui participe à hauteur de 7 000  € et des parrains enthousiastes (Attefock Amo, Richard Bohringer, Pierre Rabhi). n"Un voyage des sens et de l’esprit, à la découverte des cultures du monde, et de l’autre, sans frontière sociale ni ethnique." E. Caupeil/M.Y.O.P. COUIE Urs Lozere Du 16 au 18 juillet Chanac..1 Eliades Ochoa Une légende vivante Enfant, Eliades Ochoa a commencé par chanter dans les ruelles. Maintenant, il arpente avec sa célèbre guitare et son chapeau de guajiro (paysan cubain) les plus grandes salles de spectacles du monde. Découvert par le grand public grâce au film Buena Vista Social Club, c’est le symbole vivant du son cubain et de la musique traditionnelle de Santiago de Cuba. Samedi 18 juillet à la Tour de Chanac à 22 h 30. Le programme complet sur  : www.detoursdumonde.org 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :