[48] Couleurs Lozère n°4 jun/jui/aoû 2009
[48] Couleurs Lozère n°4 jun/jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de jun/jui/aoû 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Lozère

  • Format : (267 x 210) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier « Un été en Lozère ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Environnement 16 Enfants et Nature Durant toute l’année dans les écoles, le Parc National des Cévennes initie les enfants aux problématiques de l’environnement. En juillet-août, de nombreuses balades et des ateliers assurent la continuité de cette sensibilisation. De plus, pour les parents qui vont faire leurs courses à Florac, « Les Jeudis Nature » animent des ateliers durant les heures de marché. L’occasion pour les plus petits d’apprendre cet été à construire un dolmen, de découvrir les minéraux de Lozère, etc. Guy Grégoire Chaos de granite – mont Lozère S En savoir plus  : http://www.cevennes-parcnational.fr/www.festival-nature.net Maison du Parc (04 66 49 53 01). Festival nature, le PNC s’anime Chaque année, le Festival nature propose, d’avril à octobre, 600 animations pour découvrir les patrimoines culturel, naturel et paysager du Parc National des Cévennes. Territoire exceptionnel, le Parc National des Cévennes (PNC) rassemble des terres aussi contrastées que le mont Lozère, le mont Aigoual, les grands Causses ou les vallées cévenoles. C’est cette variété que vous propose de découvrir le Festival nature à travers le thème  : « Cévennes de pierres, du minéral au bâti ». En perçant les mystères du granit, du schiste et du calcaire, vous aborderez les dimensions végétales, animales et humaines de ces territoires ; autant de clés pour comprendre et pleinement profiter de la richesse de la biosphère cévenole. Un partage des savoirs  : transmettre et apprendre Les animations sont mises en place par des employés du Parc, des associations et des particuliers. Comme le rappelle Bruno Daversin, chargé de mission au Parc  : « Ce sont des techniciens du Parc National, mais aussi des agriculteurs, des artisans, des enseignants et bien d’autres encore qui partagent leurs Notre ambition est de proposer un festival tout public avec l’aide des habitants. savoirs sur cet espace naturel. Chaque promenade, chaque exposition, chaque animation est l’occasion de s’émerveiller, d’apprendre et de transmettre. » Cette année, l’art du bâti en pierre est expliqué. Vous pourrez ainsi comprendre l’évolution des maisons cévenoles en visitant des sites, voir les techniques de constructions en pierres sèches encore utilisées de nos jours et aller de surprise en surprise… Les activités accessibles tout au long du festival sont gratuites, sauf cas exceptionnel. Par contre, le nombre de places est limité. Il est donc préférable de s’inscrire un peu à l’avance. ABPS-Cathie O’Neill Si vous participez à l’une des promenades, n’oubliez pas de bien vous équiper (bonnes chaussures, boissons, pique-nique…). Les balades sont de différents niveaux. n www.lozere.fr
Écolozère économie Le « thermalisme vert » se porte bien Avec Bagnols-les-Bains et La Chaldette, la Lozère possède deux stations thermales pour curistes et touristes, concourant à l’activité économique et à l’attractivité du « pays des sources ». Situées au pied du Mont Lozère pour l’une et au cœur de l’Aubrac pour l’autre, Bagnols et La Chaldette sont éloignées géographiquement mais réunies dans la gestion par la SELO (Société d’Équipement de la Lozère), l’instance départementale qui, par délégation du Conseil général, veille à faire d’elles les dynamiques représentantes d’une nouvelle tendance appelée « thermalisme vert ». La Chaldette et le thermalisme « bien-être » Aux cures traditionnelles s’ajoute l’activité de remise en forme, particulièrement appréciée des adeptes de loisirs nature, notamment des randonneurs. À cet égard, la station de La Chaldette, créée en 1994, s’est complètement investie dans le thermalisme « bien-être » avec un espace forme ouvert de février à novembre. En 2008, la clientèle, venant principalement du Languedoc-Roussillon, mais aussi pour une bonne part d’Île-de- France et de Midi-Pyrénées, a généré www.lozere.fr 14 057 entrées pour un chiffre d’affaires de 656 000  € . Si l’on ajoute l’activité hébergement, prisée des marcheurs du Chemin de saint Jacques voisin, ce sont au total 800 000  € qui rentrent dans les caisses de la SELO. On estime au double les retombées touristiques induites par J-F. Salles Thermes de la Chaldette la station sur l’économie locale (hôtels, restaurants, campings, commerces). « La Chaldette emploie directement 15 personnes et, là aussi, elle joue un rôle majeur pour l’emploi, notamment en période estivale » indique Jean-Louis Rouvière, directeur adjoint de la SELO, chargé de l’exploitation. Bagnols-les-Bains et sa source d’eau chaude Tournons maintenant le regard vers l’est, direction le Mont Lozère où Bagnolsles-Bains bénéficie d’une source d’eau chaude jaillissant de la montagne à une température de 41,5 °C. Appréciée dès l’époque romaine, Bagnols est redevenue un haut lieu du thermalisme vers la fin des années 70. Ses deux principales orientations médicales sont la rhumatologie et les voies respiratoires. « Dès lors, précise Jean-Louis Rouvière, les deux tiers des 30 000 ‘nuitées’enregistrées par le centre thermal sont à mettre au compte des 1 203 curistes qui ont séjourné à Bagnols en 2008 (durée moyenne de J-F. Salles Thermes de Bagnols-les-Bains 3 semaines). » L’autre tiers de l’activité annuelle est donc à mettre à l’actif du centre de remise en forme, avec une majorité de forfaits journée (4 408) mais aussi bon nombre de forfaits semaine ou week-end (564 et 847). Tous métiers confondus, une trentaine de personnes est employée à Bagnols, ce qui représente une masse salariale de 311 000  € , pour un chiffre d’affaires de 1 M € (chiffres 2008). « La fréquentation est restée stable ces dernières années, se félicite Jean-Louis Rouvière, avec une clientèle, pour un tiers languedocienne, le reste se partageant entre les régions PACA, Rhône-Alpes et Île-de-France ». Véritable locomotive de l’économie locale, la station remplit donc parfaitement son rôle. Au pays des sources, l’eau garde la forme ! n 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :