[48] Couleurs Lozère n°21 jui/aoû 2013
[48] Couleurs Lozère n°21 jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Lozère

  • Format : (267 x 210) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : la Lozèez impulse un nouveau soffle pour promouvoir son territoire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 CG48-LDA vivre en Lozère Sécurité alimentaire : la santé publique en question La Lozère, reconnue comme terre d’élevage et de ses produits du terroir, s’est depuis de nombreuses années lancée dans une politique dynamique de sécurité des aliments, avant tout pour la santé publique de la population. La sécurité alimentaire est un véritable enjeu de santé publique. Les grandes crises l’ont malheureusement rappelé : la vache folle ou les poulets à la dioxine des années 90, la fièvre aphteuse des années 2000, les récentes épidémies dues à la Cela fait une trentaine bactérie ‘E.coli’dans des concombres d’années déjà que et dans des steaks hachés, ou encore le le département de la Lozère retour de la grippe aviaire. Mais cela fait se mobilise pour assurer une trentaine d’années déjà que le département de la Lozère se mobilise pour la sécurité alimentaire de ses habitants. assurer la sécurité alimentaire de ses habitants et de ceux et celles qui consomment les produits issus des productions locales. UNE RÉGLEMENTATION COMPLEXE POUR LES "PETITS" Le Conseil général gère directement depuis 1986 le Laboratoire Départemental d’Analyses (LDA) qui a pour vocation la veille et la protection sanitaire de la population. Avec la multiplication des crises alimentaires de ces dernières années, le Conseil général s’engage plus étroitement encore auprès des professionnels afin de les épauler dans les démarches réglementaires, les analyses, les mises aux normes, mais aussi dans leur information et leur formation. « Nous ne sommes pas un organisme de contrôle, les services de l’État sont là pour ça, mais nous intervenons en amont, afin que les professionnels répondent aux cahiers des charges réglementaires. Au fur et à mesure, la réglementation s’est beaucoup densifiée. Autant les industries suivent facilement car elles ont des services internes dédiés, mais cela est plus compliqué pour les petites structures, les artisans, les boulangers, les bouchers ou les petits éleveurs. Et la spécificité du département, c’est que nous n’avons que des petites structures. Pourtant, la réglementation est la même pour tous, » précise Élisabeth Cluzel, directrice du LDA depuis 2002. Ce laboratoire procède ainsi à des analyses en CG48-LDA
Objectif formation Afin de répondre aux questions spécifiques et aux différents besoins des professionnels de la filière, le LDA propose de nombreuses formations, au sein de l’entreprise ou interentreprises adaptées aux demandes et aux budgets des structures, qui permettent de répondre à une réglementation de plus en plus stricte : découverte du monde microbien, aides à la rédaction de documents obligatoires, aux interprétations des résultats d’analyses, à la mise en place du Plan de maîtrise sanitaire (maîtrise de l’hygiène dans l’établissement), application du Paquet Hygiène (obligation de résultats et non plus de moyens), de la démarche HACCP (identification des points critiques dans l’élaboration des aliments), ou du programme « Nutrition Santé » pour la restauration collective… matière d’hygiène alimentaire, de santé animale et d’analyse des eaux, à des audits sur les pratiques d’hygiène par exemple, ou donne des conseils sur l’interprétation des résultats... Ce sont plus de 150 000 analyses qui sont effectuées chaque année. « Par exemple, nous inter-venons pour des prélèvements sur les cheptels sains ou malades lors d’épidémies, des analyses des eaux de consommation et de loisirs (lacs, rivières…). Depuis le début de la crise de la vache folle, nous effectuons régulièrement des analyses et nous sommes certainement le seul département français d'élevage à n’avoir eu aucun cas de tête de bétail touchée. C’est avant tout grâce à notre type d’élevage, traditionnel, où aucune farine animale n’est utilisée. » UN RÔLE DE SANTÉ PUBLIQUE Le LDA intervient également dans le domaine « Les structures qui font appel à nous ont pris conscience de leurs responsabilités, de leurs devoirs et des contraintes. Elles peuvent se sentir isolées face à la complexité de la réglementation. Elles ont toujours besoin d’être aidées et soutenues. Grâce à la déclaration d'activité du LDA enregistrée auprès du Ministère du travail, certaines formations obligatoires peuvent être remboursées aux entreprises qui en font la démarche. » Les prochaines formations thématiques : 22/10 : Plan de maîtrise sanitaire et HACCP 25/09 : Nutrition et équilibre alimentaire en restauration collective 4/10 : Bonnes pratiques d'hygiène lors de l'élaboration des repas 16/10 : Bonnes pratiques d'hygiène lors de la distribution des repas CG48-LDA rubrique vivre en Lozère « Depuis le début de la crise de la vache folle, nous effectuons régulièrement des analyses et nous sommes certainement le seul département français d'élevage à n'avoir eu aucun cas de tête de bétail touchée. » Élisabeth Cluzel Directrice du LDA du Conseil général. de la nutrition, considérée comme l’une des problématiques essentielles et urgentes en matière de santé publique. Avec comme objectifs, la santé de la population, bien sûr, mais aussi la diminution du coût de la prise en charge des malades par la collectivité. « Nous intervenons depuis peu sur l’équilibre alimentaire dans la restauration collective depuis la mise en place, il y a deux ans, du nouveau volet du programme national "Nutrition santé" et sa nouvelle réglementation. Le but étant de lutter contre l’obésité et ses conséquences. Il faut former les personnels sur cette question, mais aussi les enfants et les adolescents. » Avec comme mission que les professionnels, mais aussi la population, deviennent des acteurs en matière de nutrition et de santé. « Pour nous, l’information et la formation sont essentielles. Pour que chacun d’entre nous mette en place les bons outils, les bons réflexes, il faut d’abord comprendre les tenants et aboutissants. » EN SAVOIR +//lda.lozere.fr/9 couleurs lozère n°21 juillet/août



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :