[25] Vu du Doubs n°246 mar/avr/mai 2018
[25] Vu du Doubs n°246 mar/avr/mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°246 de mar/avr/mai 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (289 x 350) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : habitat, le Doubs construit votre avenir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
pARoLE d'élue Photo  : Lionel Georges 6 vu du Doubs Photo  : Laurent Cheviet Mars/Avril/Mai 2018 Jacqueline Cuenot-Stalder, conseillère ii départementale déléguée chargée de l’habitat et du logement, présidente de l'Adil et vice-présidente d'Habitat 25 « Faire preuve d’imagination » « Les défis à relever dans le secteur de l’habitat sont considérables  : rénovation et adaptation du parc social et du parc privé pour mieux correspondre aux attentes actuelles, amélioration de la performance énergétique, diversification de l’offre en fonction des territoires… Compte tenu de l’état des finances publiques, il nous faut faire preuve d’imagination  : en développant des partenariats public-privé pour accélérer la production et la réhabilitation de logements, en simplifiant les procédures, en dissociant autant que possible le bâti du foncier… L’un des objectifs est de faire baisser le coût du logement dans le budget des ménages. Le Département du Doubs dispose de leviers pour permettre aux ménages de bâtir leur parcours résidentiel, dès lors que l’État tient ses engagements et se montre ambitieux avec nous. » Une maison bien isolée par l’extérieur pour Yvette Huot-Pleuroux. Tout entreprendre pour le maintien à domicile Comme Yvette Huot-Pleuroux, des Bréseux, la plupart des personnes âgées souhaitent vivre le plus longtemps possible à leur domicile. Ce que le Département encourage, d’autant que cette option est moins couteuse que la prise en charge en établissement d’hébergement. Mais, pour que tout se passe bien, il convient d’anticiper ! C’est ce qu’a fait Elisabeth, la fille d’Yvette  : « Avec une chaudière vieille de 40 ans, la consommation de fuel du pavillon était vraiment importante, relate-t-elle. Je me suis donc renseignée auprès de la Maison des services de Maîche qui m’a mise en contact avec Soliha*. Les démarches ont été simples et tout s’est enchaîné très vite. » Les travaux nécessaires ont été estimés à près de 52 000e, avec isolation des murs par l’extérieur, changement de la chaudière et des huisseries… La salle de bains a été modifiée pour la rendre plus facilement accessible, la baignoire étant remplacée par une douche à l’italienne. En plus des aides de l’Anah et du Département, Soliha a su mobiliser les soutiens financiers des caisses de retraite et un prêt à taux 0 de Procivis, pour atteindre un total d’aides de près de 20 000e. Au passage, les travaux ont permis un gain de performance énergétique de 45%. Bilan de l’opération  : Yvette se sent bien chez elle… encore mieux qu’avant ! DOSSIER Tout le monde peut « Habiter mieux » Comme des milliers de familles pourraient le faire, les Bohème ont bénéficié des aides Habiter mieux pour améliorer les performances énergétiques de leur pavillon construit en 2000, à Rigney. Le bilan est positif ! Lorsque David Bohème s’est rendu à l’Adil (Agence départementale d’information sur le logement), son projet se limitait modestement à l’isolation des combles. Mais les fenêtres, pas plus que la VMC et le chauffe-eau, n’étaient performantes, ce que le bilan énergétique a vite confirmé. Érik Dorge, conseiller en rénovation de l’habitat à l’Adil, a démontré au jeune propriétaire que, plus il ferait de travaux en une seule fois, plus il améliorerait la performance énergétique de son habitation, et plus Parole d'expert il bénéficierait d’aides. Dubitative au début, Delphine Bohème remercie aujourd’hui son mari d’avoir été opiniâtre ! Delphine et David Bohème, satisfaits des travaux réalisés. 2 à 3 degrés gagnés ! Pour une facture de 26 000 € , les combles et le garage ont été isolés, trois fenêtres et deux Velux changés ainsi que la VMC. Un chauffe-eau thermodynamique a été installé ainsi qu’un programmateur pour le chauffage électrique d’appoint. Grâce aux subventions de l’Anah (Agence nationale de l’habitat), du Département, de la Région (Effilogis), il est resté 5 000 € à la charge du couple, somme couverte par un prêt à taux 0. Mais un crédit d’impôt réduit encore la facture de 3 000 €  ! « Nous n’avons rien eu à payer d’avance, précise Delphine. Tout passe par Soliha* qui a géré notre dossier de A à Z. » Seule contrainte, mais n’est-ce pas une garantie ? Faire appel à des entreprises agréées RGE (Reconnu garant de l’environnement). Bilan de l’opération  : l’habitation est passée de la Érik Dorge, conseiller en rénovation de l’habitat à l’Adil classe énergie F (260 kwh/m 2/an) à C (92 kwh/m 2/an). « Nous avons gagné 2 à 3 degrés, estime David. Nous chauffons nos 90 m² avec un poêle à bois et 5 à 7 stères en moyenne. » Satisfaite, la famille Bohème contribue désormais à faire connaître Habiter mieux ! *Association spécialisée dans l’amélioration de l’habitat et l’accompagnement de projets. « Plus de 45 000 ménages dans le Doubs sont éligibles aux aides Habiter mieux alors que 460 dossiers ont été traités en 2017 (soit une progression de 23% par rapport à 2016 !). Quelles que soient les ressources financières du foyer, propriétaire occupant ou bailleur, des aides sont accessibles et cumulables  : subvention, prêts, crédit d’impôts… Parmi les conditions, le logement doit avoir plus de 15 ans, et les travaux à réaliser doivent générer une économie d’énergie d’au moins 25%. C’est le moment de présenter un dossier ! En 2018, les crédits de l’Anah sont en augmentation, ils l’avaient déjà été en 2017. D’ailleurs, l’Adil a enregistré une augmentation des demandes de 18% l’an dernier. Le public est de plus en plus sensible aux économies d’énergie. » Photo  : Laurent Cheviet
Avec ses locataiRes, la maison Revit ! " Si des bailleurs sociaux disposent d'un patrimoine immobilier qui leur assure une rentabilité appréciable en région parisienne, il n’en est pas de même en province ", estime Jean-Luc Labourey. Quoi qu’il en soit, tous devront participer au prélèvement par l’État de 1,5 milliard d’euros sur leurs ressources, et tous devront baisser leurs loyers pour compenser la réduction des APL. Des besoins importants « Nous avons un parc de 11 000 logements dans le Doubs, occupé à 56% par des locataires qui bénéficient de l’APL (Aide personnalisée au logement), indique Jean-Luc Labourey. Ce taux démontre l’engagement CONSTRUCTION DE 26 LOGEMENTS LOCATIFS WPRISE [rumex anwoae 1,11.111415£ » terra Habitat Zii u yen DOSSIER Lorsqu’elle a hérité de la maison de ses parents, à Recologne, Chantal Thomas avait une certitude  : elle ne voulait pas s’en séparer ! Comme elle et son mari n’habitent pas dans le secteur, ni leurs enfants, l’idée d’aménager des appartements pour les louer a germé. Présentant 400 m² au sol, sur trois niveaux, l’ancienne ferme avait du potentiel ! Avec l’appui d’un maître d’œuvre et d’un architecte, neuf logements ont été conçus  : 8 F3 spacieux et un F4. Le chantier s’est déroulé de janvier 2015 à août 2016. Les subventions accordées ont conditionné la réalisation du projet. Toutes les entreprises devaient être homologuées RGE (Reconnu garant de l’environnement). Des objectifs énergétiques devaient être respectés  : les labels HPE (Haute performance énergétique) rénovation et BBC (Bâtiment basse consommation) Effinergie ont été obtenus. L’isolation, les huisseries et le chauffage au sol par géothermie permettent de réduire sensiblement les charges mensuelles. des loyers modérés Autre condition que les propriétaires ont volontiers acceptée  : sept des logements sont à loyer modéré par conventionnement (pour neuf ans) avec l’Anah (Agence nationale de l’habitat). Ils ont trouvé preneurs sans délai car ils correspondent bien à la demande. une PoPulation en cRoissance Pour mener de tels projets, Chantal et François Thomas recommandent de s’entourer de professionnels compétents et de s’armer de patience. « Il ne faut pas compter sur une rentabilité à court ou moyen terme dès lors qu’on engage un prêt personnel, soulignent-ils. C’est un patrimoine constitué pour nos enfants. Et puis, la maison revit ! » La municipalité aussi apprécie cette initiative qui participe à l’accroissement de la population. HABITAT 25 RÉSISTE ! Les économies et prélèvements décidés par le Gouvernement sur le logement social vont fragiliser les bailleurs sociaux, voire mettre en péril certains d’entre eux, estime Jean-Luc Labourey, directeur d’Habitat 25. Il se prépare à réduire son programme de construction et de rénovation, tout en essayant de renouveler son offre. Habitat 25 poursuit un programme de 100 constructions par an et 300 réhabilitations. Photo  : Laurent Cheviet social d’Habitat 25. Mais nous proposons des logements à loyer modéré (autour de 350 € par mois) pour tous les ménages ! » Dans le prolongement de ses programmes précédents, le bailleur social projetait 300 réhabilitations et une centaine de constructions par an entre 2017 et 2026, pour un budget annuel d’environ 30 M € . Mais dès 2018, entre les baisses de loyers et la hausse de la TVA décidé par le Gouvernement, il lui manquera 4,5 M € . Les besoins pourtant sont importants ! En particulier dans le secteur de Valdahon et dans la zone frontalière du Haut-Doubs où le taux de rotation des locataires est faible  : moins de 5%. Si le marché du Grand Besançon est relativement équilibré, les besoins en réhabilitation sont nombreux. Dans le Pays de Montbéliard où la vacance est élevée (environ 7%, Chantal et François Thomas devant l'ancienne ferme transformée, à Recologne. Photo  : Laurent Cheviet soit 1400 logements vides), des démolitions sont en cours ou en projet. Partout, il convient d’adapter l’offre orientée essentiellement vers le type 3 pièces. De nouvelles synergies « Pour répondre aux attentes et aux contraintes, il convient d’accélérer la vente d’appartements dans les secteurs du Grand Besançon et du pays de Montbéliard, argumente Jacqueline Cuenot-Stalder en vice-présidente d’Habitat 25. Nous devons envisager des accords avec les communes et Communautés de communes d’une part, avec les propriétaires privés d’autre part pour agir sur le foncier, notamment dans le Haut-Doubs, et construire. Enfin, des synergies vont être développées avec d’autres bailleurs sociaux afin de conserver une capacité d’investissement élevée et une bonne qualité de service. » Mars/Avril/Mai 2018 c'est vous qui le dites vu du Doubs « Le projet n’aurait pu aboutir sans les aides de l’État, de l’Anah et du Département. Elles représentent environ 28% de notre plan de financement. » Chantal et François Thomas Prévention  : Accompagner pour habiter Mis en œuvre depuis janvier 2016 dans le Doubs, ce dispositif d’accompagnement des ménages en difficulté est tout à fait novateur. Chaque situation est envisagée de façon globale, au-delà des seules questions à caractère budgétaire rencontrées, en veillant à garantir la continuité de l’action engagée. Pour parvenir à ce décloisonnement des dispositifs, les services du Département et ceux de l’État, ont œuvré de concert et se sont assuré le partenariat d’associations et de bailleurs sociaux. Plus de 750 ménages ont été accompagnés en 2016 dans le cadre d'une démarche contractualisée. 235 sont d’ores et déjà sortis du dispositif. « L’expérience montre que leurs besoins sont mieux ciblés, constate avec satisfaction Jacqueline Cuenot-Stalder, conseillère départementale déléguée à l’habitat et au logement. Cet accompagnement permet de prévenir les expulsions et de rendre ses bénéficiaires plus rapidement autonomes. » budget 2018  : 100 M € Investissement  : 30 M € Emplois  : 210 répartis sur tout le territoire Patrimoine  : 4500 logements dans le Grand Besançon, 3300 dans le pays de Montbéliard, 2000 dans le secteur de Pontarlier, 1200 autres territoires. chiffres clés 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :