[25] Vu du Doubs n°202 octobre 2012
[25] Vu du Doubs n°202 octobre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°202 de octobre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 11,1 Mo

  • Dans ce numéro : Doubs 2017, un projet en action.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
personnes âgées PIERREFONTAINE-LES-VARANS : la Marpa, lieu de vie et d’échanges Ouverte en 2009, la Maison d’accueil rurale pour personnes âgées (Marpa) Les Clarines de Bellevue à Pierrefontaine-les-Varans, accueille 24 locataires. Esprit de famille et indépendance sont au rendez-vous de ce lieu de vie. Cécile Morestin-Cadet, responsable des Clarines, l’explique : « Il faut du mouvement, des échanges. Les collégiens de Radio collège Pergaud sont venus faire des interviews, des associations et clubs Yvette, l’ange gardien de ces dames Originaire d’Ouvans, Yvette, 84 printemps, est arrivée aux Clarines en fauteuil avec une fracture du bassin. Elle explique, malicieuse, sa mission : « Je vais chercher les dames de mon couloir pour les repas de midi et du soir car certaines ont un peu perdu la notion du temps et de l’espace. Je pars à moins 10 car pour une des dames, il faut bien ça pour qu’elle se prépare et arrive à l’heure. Je suis arrivée ici le 7 septembre 2010 et ça va très bien, ça ne peut pas mieux aller. Je vois les autres résidents, je discute avec. Après ma convalescence, je n’ai plus voulu repartir. Heureusement qu’une place était disponible ! » du troisième âge viennent, participent aux collations. Cet été, avec les enfants du centre aéré, nous avons fait des confitures avec les fruits du jardin, nous préparons la Semaine bleue... » François Cucherousset, maire de Pierrefontaine-les-Varans et président de la Marpa complète : « Au fil du temps, chaque résident devient un voisin, un acteur de la vie de la Marpa et de la commune. L’équipe veille à ne pas laisser s’installer l’isolement car il est difficile de quitter sa vie d’avant pour une nouvelle maison, un nouveau cadre, prendre de nouvelles habitudes. L’intégration est réelle : certains font leur petit tour au village, d’autres leurs courses, discutent avec les voisins. L'inscription sur les listes électorales les fait se sentir pétrifontains. » Jean-Marie Pobelle, conseiller général du canton de Pierrefontaine, le constate : « C’est un projet à vocation sociale qui découle d’une politique territoriale. Il permet aux personnes âgées du secteur et de plus loin de ne pas couper complètement avec leurs racines. Certaines peuvent garder leur médecin traitant. C’est important. » Yvette, entourée de Cécile Morestin-Cadet, Jean-Marie Pobelle et François Cucherousset, bat le rappel au moment du repas Que ce soit pour préparer les repas, mettre et débarrasser la table, les résidents, s’ils le souhaitent, mettent la main à la pâte. « Chacun a son rôle » Cécile Morestin-Cadet détaille : « Notre établissement s’adresse aux personnes autonomes ou en perte d’autonomie. La structure n’est pas médicalisée mais elle est sécurisée, chaque résident a sa téléalarme. L’équipe de sept personnes (cinq équivalents temps plein) assure une présence 24h/24. La Maison comprend 23 appartements (22 T1 bis et un T2) et des espaces collectifs. Les repas sont réalisés par le personnel mais les locataires peuvent se faire à manger chez eux, chaque logement a sa kitchenette. Les résidents peuvent apporter leur aide au fonctionnement de la Maison. Des responsabilités et des équipes se créent ainsi pour mettre et débarrasser la table, faire la vaisselle, arroser les plantes... » Chacun est utile, acteur de son quotidien et se maintient ainsi en forme. Yvette est par exemple « l’ange gardien de ces dames », note dans un sourire la responsable en la voyant arriver.. MARPA les Clarines de Bellevue, 7, rue Bellevue à Pierrefontaine-les-Varans. Tél. : 03 81 56 10 85 24 vu du doubs octobre 2012
habitat LE BOIS REDOUBLE D’ÉNERGIE dans le Doubs Vice-président en charge de l’aménagement local, de l’habitat et du logement, et du développement durable des territoires, Jacques Breuil est convaincu de la pertinence du combustible local. Le Département encourage les collectivités à l’utiliser davantage. Anteuil : un lotissement équipé d’une chaufferie-bois. Vu du Doubs : Quelle est l’évolution de la filière bois-énergie dans le Doubs ? Jacques Breuil : La filière bois-énergie a été lancée il y une quinzaine d’années, et on a senti une montée en puissance depuis 5 ans environ, avec la mise au point de chaudières plus performantes et l’émergence des réseaux de chaleur. L’intérêt se manifeste surtout dans les secteurs boisés où la ressource est disponible, où il y a aussi une vraie volonté des élus. Le Département finance les études de faisabilité et le surcoût de la chaudière au bois ou du réseau de chaleur par rapport à une solution conventionnelle (fuel, gaz…). Le taux de subvention va jusqu’à 30%, les projets sous maîtrise d’ouvrage des collectivités étant étudiés au cas par cas. Ainsi, plus de 700 chaufferies automatiques fonctionnant aux granulés ou aux plaquettes forestières ont été aidées à ce jour (dont 85 réalisations publiques). VDD : Le Doubs est-il précurseur en la matière ? Jacques Breuil : Le Doubs et la Franche- Comté sont en effet parmi les plus avancés dans l’accompagnement des collectivités, octobre 2012 vu du doubs bien que ce ne soit pas une compétence des départements. Cette action volontaire a un coût : le Conseil général consacrera cette année 700 000 euros aux projets boisénergie et déchets. VDD : Quelles sont les dernières orientations de cette politique ? Jacques Breuil : Nous souhaiterions que les communes de la plaine soient plus volontaristes dans la promotion des énergies renouvelables et la lutte contre le changement climatique, sans parler de la maîtrise des dépenses de chauffage. Cela permet d’exploiter la ressource locale, de privilégier les circuits courts, de soutenir l’économie rurale. C’est, à mon sens, la meilleure des formules. Lionel Vigneron, concierge chez Habitat 25. Habitat 25, le pionnier L’office public de l’habitat du Doubs est, parmi les bailleurs sociaux, un pionnier du bois-énergie. Depuis une vingtaine d’années, il a ainsi réalisé une douzaine de chaufferies de toutes tailles, pour des constructions allant de quatre à 350 logements. « L’intérêt de départ, c’était de réduire les charges des locataires, dans une région où la ressource est abondante », explique Paul Coizet, conseiller général d'Audincourt, président d’Habitat 25. « Puis le bois-énergie est entré dans notre démarche de développement durable. C’est aussi une question de stratégie pour diversifier nos approvisionnements énergétiques. » Une communauté de communes très concernée Gaston Cornu et son assistante Sandrine Vergon : des projets pour le bois-énergie. « À la Communauté de communes des Trois Cantons, on n’a pas de pétrole, mais on a des forêts et des idées », dit avec humour Gaston Cornu, son président, convaincu que la ressource forestière n’est pas exploitée à son maximum et que le chauffage au bois est à la fois écologique et économique. La collectivité locale composée de 10 communes (7 800 habitants) a démarré avec l’équipement d’un bâtiment de 10 logements à Beutal et de la halte de la Véloroute à Saint-Maurice-Colombier. Puis elle a constitué un mini-réseau de chaleur à Villars-sous-Écot. Avec d’autres projets dans les cartons, elle va plus loin désormais en réservant deux hectares à Colombier-Fontaine pour s’assurer un stock de bois sous hangar. 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :