[25] Vu du Doubs n°196 mars 2012
[25] Vu du Doubs n°196 mars 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°196 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : des services pour bien vieillir dans le Doubs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Isabelle Moesch. dossier Le point de vue de la sociologue, Isabelle Moesch : « Des projets jusqu’au bout de la vie » INFO PLUS Alzheimer : mieux comprendre pour mieux accompagner L’accompagnement d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer est une charge lourde, le plus souvent assumée bénévolement par un membre de la famille ou un proche… Pour aider ces derniers à l’accomplir du mieux possible sans s’épuiser, France Alzheimer Franche- Comté organise des cycles de cinq réunions de formation (espacées de 15 jours environ chacune). Un membre bénévole de l’association et une psychologue s’appuient sur les expériences de chaque participant pour trouver Sociologue, chargée d’études et de recherches à l’Institut régional du vieillissement, Isabelle Moesch interroge volontiers le sens des mots pour découvrir ce qu’il cache : « Les Français utilisent le terme de dépendance pour désigner l’ensemble des soins apportés aux personnes âgées face à la perte de capacité dans l’accomplissement des actes essentiels à la vie. Les Italiens désignent une politique de « non-autosuffisance » ! Les Nordiques préfèrent le terme d’autonomie pour évoquer la capacité de la personne à choisir ses modes de vie. Les Japonais parlent de solidarité… Ces termes ne sont pas anodins car ils révèlent la place qu’une société accorde aux citoyens âgés. Si une nouvelle catégorie apparaît, celle des seniors actifs, les très grands vieillards n’en sont pas moins mis à part. Dans une société qui a le culte de la jeunesse et de la vitesse, ils nous rappellent trop que nous sommes mortels. Et face à cette réalité que nous occultons, nous avons recours à une médicalisation poussée. » « La vieillesse n'est pas une pathologie » réponses et solutions, fournir des informations sur les symptômes et l’évolution de la maladie… Ces formations gratuites, ouvertes à tous les aidants familiaux, adhérents ou non à l’association, débutent en avril, simultanément à Maîche, Morteau et Ornans. Pour en savoir plus, contacter France Alzheimer Franche-Comté, 2 rue Kepler à Besançon, tél. 03 81 88 00 59. « Or la vieillesse n’est pas une pathologie, elle est une nouvelle étape de la vie. Même la fin de la vie ne signifie pas la fin de la place occupée, on reste inscrit dans une généalogie… Une politique nationale de l’autonomie reste à inventer pour accompagner les personnes âgées dans leurs projets. L’un d’eux, essentiel, touche à la transmission. Mais pour qu’elle puisse opérer, il faut que chacun soit bien à sa place, il faut du temps, des lieux de rencontres, dans des territoires vécus où chacun s’enracine. L’essentiel pour la personne âgée, c’est de pouvoir choisir son parcours de vie jusqu’au bout, quitte à prendre des risques, comme tout au long de la vie. Je pense que la génération du papy-boom, celle des seniors actifs, va transformer le regard de notre société sur le vieillissement et la perte d’autonomie. Elle va affirmer ses choix d’autant plus facilement qu’elle sera nombreuse et représentera un poids économique. » IRV, tél. 03 81 41 90 36 Jouer pour entretenir sa mémoire. 16 vu du doubs mars 2012
Perte d’autonomie : un financement toujours en question Présidente de l’Instance régionale d’éducation et de promotion de la santé (IREPS), Jeannette Gros a étudié de près la question du financement de la dépendance et participé à de nombreux débats nationaux. Ancienne agricultrice avec son mari, présidente de la Mutualité sociale agricole de 1997 à 2005, elle connaît particulièrement bien les difficultés des retraités, notamment en milieu rural. « Une priorité s’impose : réduire le coût qui reste à la charge d’une personne âgée en établissement d’hébergement, estime-t-elle. Si les soins sont pris en charge quasiment à 100% par l’Assurance-maladie et les organismes complémentaires, l’APA ne couvre qu’une partie des frais liés à la dépendance. Et l’hébergement reste à la charge de la personne âgée et de sa famille : chambre et repas, frais administratifs… Mais est-il normal qu’elle participe aux amortissements mobiliers et immobiliers, sachant que la durée de son séjour sera, en moyenne, de trois ans ? » Des pensions de retraite insuffisantes « L’hébergement coûte en moyenne 2 200 € en milieu rural, 2 900 en milieu urbain, indique Jeannette Gros. Ce qui reste à charge du résident s’élève environ à 1 300 €. Or, la pension de retraite atteint L’Espace Seniors renouvelle en mars son Forum Prévention Santé avec ses partenaires de l’accompagnement des retraités et personnes âgées (de 13h30 à 17h). Il saisit cette occasion pour présenter ses missions de Centre local d’information et de coordination (13h30-14h), et propose une conférence (14h-15h) sur la prévention des maladies cardio-vasculaires. De 15h à 16h, une réunion d’information est organisée sur le thème Mémoire et nutrition – et Arts du cirque, en sus, à Roulans ! en moyenne 1 200 €, et la moitié des retraités perçoivent une pension inférieure à 1000 €. Tant et si bien que les personnes âgées utilisent leurs économies puis entament leur patrimoine, et enfin font appel aux enfants. Ainsi, les plus modestes s’appauvrissent. Ou bien ils se privent de soins et leur état de santé se dégrade. » « Sachant que les Départements ne peuvent pas continuer à supporter la charge de l’APA, des solutions ont été évoquées : alignement de la CSG des actifs et des retraités, création d’une deuxième journée de solidarité, taxe sur les droits de succession… Si les contrats d’assurance privée devaient se développer, il faudrait que ce soit de façon encadrée. » « Deux autres priorités s’imposent : le soutien aux organismes d’aide à domicile qui doivent faire face à des besoins de plus en plus complexes, et professionnaliser toujours plus leur personnel. Et le soutien aux aidants familiaux pour les personnes âgées qui restent à leur domicile. Ils ont besoin d’être formés et accompagnés pour disposer de moments de répit. Une chose Forum Prévention santé dans le Pays Doubs central mars 2012 vu du doubs Enfin, l’association Jalmav (Jusqu’au bout accompagner la vie) évoque ses missions auprès des malades en fin de vie et de leurs familles.• Le 19 mars à Rougemont, Maison des associations.• Le 20 mars à Roulans, salle des fêtes Espace culturel.• Le 30 mars à Sancey-le-Grand, salle des Miroirs. Espace Seniors, tél. 03 81 84 38 78. Jeannette Gros. est sûre : la solidarité publique encourage la solidarité privée ! » IREPS, tél. 03 81 41 90 90 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :