[25] Vu du Doubs n°196 mars 2012
[25] Vu du Doubs n°196 mars 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°196 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : des services pour bien vieillir dans le Doubs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dossier Des services pour bien vieillir « Bien vieillir dans le Doubs, c’est avoir le libre choix de son mode de vie », affirme Jean-Marie Bart, conseiller général délégué et président du Coderpa. C’est pourquoi le Département mène une politique volontariste de création de places d’hébergement, et auprès des associations d’aide à domicile, depuis 2005. Le retard qu’il accusait alors est désormais rattrapé. Ça commence quand la vieillesse ? À 60 ans, âge légal de la retraite ? Au bout de 41 années de cotisations pour bénéficier complètement de ses droits ? Lorsqu’on devient dépendant ? La question peut paraître anodine mais elle en suggère une autre : quelle est la place de la personne âgée dans notre société ? « C’est l’un des débats qui anime le Comité départemental des retraités et des personnes âgées (Coderpa) », note Jean-Marie Bart, qui préside cette instance consultative réactivée en 2005 par le Conseil général. « Des groupes de travail traitent, entre autres sujets, des relations intergénérationnelles, des services à la personne, de l’hébergement, de la bientraitance… Il en ressort des propositions qui sont intégrées au volet vieillissement du Schéma départemental de l’organisation sociale et médico-sociale, et dans notre projet Doubs 2017. » « Parallèlement, nous avons créé des Repères INFO PLUS• 32 M € : budget départemental de l’APA à domicile en 2012 pour 6 500 personnes âgées.• 15,3 M € : budget départemental de l’APA en établissement en 2012 pour 3 300 résidents.• 58,78 € : prix de journée moyen restant à la charge des résidents.• 1 personne âgée sur 6 devient dépendante.• 85 ans : c’est l’âge moyen d’entrée en établissement. Jusque-là, 9 personnes sur 10 vivent à leur domicile. Centres locaux d’information et de coordination (CLIC), dans le cadre de partenariats avec les collectivités et les professionnels de la gérontologie, signale Danièle Nevers, vice-présidente en charge des Solidarités. Ce sont des relais d’information et d’accompagnement de proximité pour les personnes âgées et leurs familles. Nous soutenons aussi le mouvement associatif car il a un rôle primordial dans le maintien de l’autonomie par la prévention… » Des projets de vie « Nous voyons bien que le fait d’avoir des projets et des activités retarde la perte d’autonomie, enchaîne Danièle Nevers. C’est pourquoi il est important que la personne âgée détermine son projet de vie. Nous savons que la majorité de nos concitoyens préfèrent le maintien à domicile. Le Conseil général s’attache à satisfaire cette attente, avec un dispositif d'adaptation du logement, par exemple, Danièle Nevers, vice-présidente en charge des Solidarités et Jean-Marie Bart, conseiller général délégué en charge du Handicap et président du Coderpa. en soutenant les associations d’aide à domicile. Nous apportons aussi une attention particulière à l’accompagnement des aidants car ils jouent un rôle indispensable. C’est en pensant à eux que nous favorisons la création de places d’accueil temporaire, de jour notamment. » (Voir l’encadré Le Doubs pionnier). Hébergement : un effort considérable Toutefois, le maintien à domicile ne peut être la seule réponse, même avec le développement des services infirmiers et la professionnalisation des intervenants, sachant qu’une personne âgée sur six devient dépendante en fin de vie. Depuis Claude Jeannerot, président du Conseil général du Doubs « Un fonctionnement intenable » « L’État laisse aux Départements le soin de prendre en charge l’essentiel d’une aide qui devrait relever de la solidarité nationale, estime Claude Jeannerot. Ainsi, dans le Doubs, en 2003, avons-nous versé 27 millions d’euros au titre de l’Allocation personnalisée d’autonomie, et reçu une compensation de 10 M € (soit 37% du total) de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). En 2012, nous mobilisons plus de 47 M € pour une compensation qui ne dépassera pas 12 M €. Nous arrivons au bout d’un fonctionnement intenable. La solidarité nationale devrait jouer ; mais, vu l’état des finances publiques, il faut imaginer d’autres modes de financement, plus justes et plus efficaces. C’est toute la fiscalité qu’il faut repenser. » 14 vu du doubs mars 2012
« La personne bénéficiaire d’un suivi est au cœur des préoccupations d’AFL, constate Jeanine Mélières. Par exemple, Guy, mon mari, a toujours affaire aux deux mêmes intervenantes. C’est appréciable. » « Nous nous adaptons aux attentes des personnes pour leur faciliter la vie », répond Charlène Grégis, aide à domicile diplômée. 2005, le Conseil général du Doubs mène une politique de développement des établissements d’hébergement qui se distingue au niveau national. Pas moins de 500 places ont été créées entre 2005 et fin 2011. Et 400 le seront d’ici à 2014. À cette date, ce seront 1755 places globalement qui auront été construites ou reconstruites, accessibles à l’aide sociale pour l’essentiel. « Cet effort d’investissement de 29 millions d’euros sur neuf ans a permis aux secteurs public et privé associatif de contenir ses emprunts dans des limites raisonnables et de maîtriser le prix de journée », souligne Jean-Marie Bart. Confronté à une population plus vieillissante que la moyenne nationale (au-delà de 75 ans), le Doubs comble ainsi son retard en quantité mais aussi en qualité. En savoir plus : www.doubs.fr coderpa.doubs.fr mars 2012 vu du doubs Aide à domicile pour le bien-être « Les tâches de l’aide à domicile sont de plus en plus complexes face au vieillissement de la population », souligne Sébastien Briouz, directeur de l’Association des familles laïques Emploi-Famille, de Besançon. Le Doubs pionnier du partenariat avec les associations Le Doubs compte parmi les quatre départements pionniers qui ont expérimenté les Contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens. Il les a mis en place avec les neuf structures d’aide à domicile habilitées. Ces contrats mettent fin à une libre concurrence qui ne permettait pas de répondre, à qualité égale, aux besoins sur l’ensemble du territoire ; et elle ne garantissait pas la maîtrise des tarifs. « Le métier d’aide à domicile a deux aspects : l’aide ménagère et l’aide à la personne. Mais le ménage n’est qu'un moyen d’améliorer les conditions de vie du bénéficiaire, et se fait suivant une procédure sanitaire particulière », présente Sébastien Briouz. Les tâches sont variées et multiples : aide au lever et au coucher, à la toilette, aux repas, aux courses, aux démarches administratives… « Dans toutes les structures, on observe un glissement des tâches du médecin vers l’infirmière, puis vers l’aide-soignante et vers l’aide à domicile », note de son côté la sociologue Isabelle Moesch. « Les trois-quarts de nos 35 intervenantes (un seul homme pour le moment !) sont diplômés, au terme d’une année de formation spécialisée : soit auxiliaires de vie sociale, soit assistante de vie aux familles, précise Sébastien Briouz. La formation continue et l’accompagnement individuel sont indispensables car elles sont confrontées à des situations délicates, et, souvent, au deuil. » Association présidée par Jean-Marie Dame, AFL suit 350 personnes âgées sur Besançon (80%) et son agglomération. « 7 jours sur 7 avec 25 équivalents temps plein », ajoute Sébastien Briouz. Elle est l’une des neuf structures autorisées signataires d’un Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens. Tél. 03 81 50 71 57 Désormais, les usagers ne paient que le ticket modérateur quel que soit l’opérateur choisi. Les interventions peuvent être modulées en fonction de leurs besoins réels. Les opérateurs perçoivent une dotation qui leur permet d’avoir de la visibilité, celle-ci étant calculée à partir des heures prévisionnelles, notamment. Cette nouvelle organisation apparaît d’ores et déjà source d’économies pour tout le monde. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :