[25] Vu du Doubs n°196 mars 2012
[25] Vu du Doubs n°196 mars 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°196 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : des services pour bien vieillir dans le Doubs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
infrastructures Voie des Mercureaux, 8 mois après Malgré les améliorations apportées par la voie des Mercureaux, le contournement de Besançon reste incomplet. L’ouverture de la voie des Mercureaux, selon les études de circulation prévisionnelles, devait rééquilibrer les flux de circulation et absorber les deux tiers du trafic de l’ancienne RN57 (Besançon-Pontarlier) entre le Trou au Loup, au-dessus de Morre, et le faubourg Rivotte. Fin 2011, la moitié des usagers empruntaient toujours cet accès à la capitale régionale. « Il faut du temps pour que les habitudes changent durablement. Par ailleurs, cette estimation a été faite avant les travaux à Micropolis, alors que la circulation était très difficile », explique Vincent Fuster, Des aménagements ont été réalisés par l’État fin 2011, suite aux pressions des collectivités locales et avec leur appui financier. RD464 : Attention patience avant travaux La route départementale 464 relie tout le plateau Maîchois à la Suisse. Ce tracé important supporte un trafic de 2 500 véhicules par jour en semaine, en constante augmentation. Conscient de ces enjeux, le Conseil général a entrepris ces dernières années de nombreux aménagements pour sécuriser l’itinéraire et lui apporter un niveau de service plus conforme à son statut et à son utilisation. En raison du contexte géologique particulier et très complexe des 800 derniers mètres à traiter entre Fournet-Blancheroche et la Suisse (glissements de terrain de grande ampleur, talus très raides saturés en eau imposant des travaux en période estivale), des expertises préalables ont été menées conduisant à la division de cette section en deux tranches. Une réponse technique distincte doit être apportée à chacune d’entre elles. Expropriation en vue L’été dernier, une première tranche de 450 mètres (600 000 e) a été traitée, sans coupure de circulation le matin et le soir, pour le confort des usagers. Un dispositif de soutènement constitué de gabions en béton a permis de limiter les terrassements et de drainer les écoulements d’eau. La dernière tranche, avec des contraintes géotechniques de glissement plus prégnantes encore, nécessite également vice-président du Conseil général en charge de la Mobilité, des infrastructures, du développement économique, agricole et touristique. « Des aménagements récents ont nettement amélioré la fluidité du trafic, la sécurité, la desserte du Palais des congrès et le fonctionnement urbain en général, ajoute-t-il. Ce n’est pas la panacée mais un point noir a été atténué. Reste la liaison Beure-Micropolis. Elle est de la compétence de l’État. Des études sont en cours et une enquête publique devrait être conduite en 2012. Nous en attendons les résultats, en espérant que le projet soit inscrit au prochain programme de l’État à l’horizon 2015. » Reste également à améliorer la circulation au niveau du carrefour du Trou au loup. Cette portion de route, depuis la sortie de Besançon, est placée désormais sous la responsabilité du Conseil général. Elle sera prochainement interdite aux camions afin de les inciter à emprunter la voie de contournement… pour soulager le centre-ville. des acquisitions foncières. Ces dernières ont finalement conduit à une procédure d’expropriation qui conditionne le démarrage des travaux. D’ici là, en dépit d’un projet techniquement prêt, la patience est de mise. Les aménagements de sécurité doivent se poursuivre. 12 vu du doubs mars 2012
Le temps des seniors : une nouvelle conjugaison dossier Ils sont de plus en plus nombreux, vivent de plus en plus longtemps, et, fort heureusement, en bonne santé. D’ailleurs, les seniors ne se sentent pas vieux puisque « la jeunesse, c’est le temps qu’il reste à vivre », comme l’écrivait Simone de Beauvoir. Chef de file de l’action sociale, le Département les accompagne dans leurs projets. Il a d’ailleurs réactivé le Comité départemental des retraités et des personnes âgées (CODERPA), en 2005, pour se tenir à leur écoute, réfléchir avec eux, informer, proposer… Et lorsque des pertes d’autonomie surviennent, il leur donne le choix du maintien à domicile ou de l’hébergement dans divers établissements. Cela dit, avec l’arrivée de la génération Baby boom, le temps des seniors reste à réinventer ! mars 2012 vu du doubs 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :