[24] Vivre en Périgord n°9 mai/jun 2007
[24] Vivre en Périgord n°9 mai/jun 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de mai/jun 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : les routes du Périgords...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
L E P É R I G O R D S O L I D A I R E LES CENTRES MÉDICO-SOCIAUX, RELAIS DE L’ACTION SOCIALE Au nombre de 33, les centres médico-sociaux (CMS) sont répartis sur l’ensemble du département. L’action des professionnels présents dans les CMS est coordonnée au sein des 8 Unités Territoriales. Ensemble, ils concourent à la mise en œuvre de la politique sociale définie par le Conseil général. Ils accueillent toute personne pour de l’aide aux démarches, de l’accès aux droits, des aides financières, des accompagnements éducatifs, des suivis de grossesse, de nourrissons... Sur l’Unité Territoriale de Nontron, on trouve 3 centres médico-sociaux (ouverts en permanence du lundi au vendredi) dont celui de Brantôme dont nous avons poussé la porte. Le CMS de Brantôme est installé au centre-ville, au cœur d’un ensemble de bâtiments publics (poste, perception). Le CMS comporte, outre les agents d’accueil et les assistantes sociales, selon les jours, les consultations de la Protection Maternelle Infantile (PMI), les permanences ou les rendez-vous d’autres travailleurs sociaux du Conseil général (éducateur, puéricultrice, psychologue,...) ou ceux des partenaires sociaux (infirmières du SAFED (service d’aide aux familles en difficultés), conseiller insertion de l’ANPE, associations d’insertion, info-droit, CAF, CRAMA « Les centres médico-sociaux du Conseil général sont, pour beaucoup de gens, la partie visible, proche, de l’action du Conseil général, que ce soit pour les problèmes sociaux ou pour les questions de santé et de prévention. Les personnes qui y sont chargées du premier accueil, et les assistantes sociales « généralistes » sont en première ligne dans la lutte contre des difficultés sociales qui apparaissent toujours plus délicates. » 20 ou MSA). Les locaux sont mis à disposition par la commune. Un agrandissement est en cours de réalisation, permettant de conforter cette fonction de relais social avec de nouvelles permanences (en projet : la Mission locale pour les 16-25 ans). L’équipe va également s’étoffer, avec le troisième assistant social, référent RMI de l’Unité territoriale de Nontron qui s’installera au CMS, au plus près des allocataires des cantons de Brantôme et de Mareuil. C’est autour du CMS que s’organisent animations socia- Jean Ganiayre, ancien médecin, conseiller général de Brantôme, co-préside la commission Solidarité, Insertion et Affaires sociales au Conseil général. « Sur le canton de Brantôme, comme en Dordogne, l’une des difficultés majeures est le manque de mobilité. Lorsque l’on n’a plus les moyens de se déplacer pour aller prendre un travail un peu éloigné, toutes les autres difficultés liées aux relations familiales ou sociales, à la santé peuvent s’aggraver. »
les et actions collectives. A Brantôme, en lien avec la communauté de communes, fonctionne chaque semaine depuis une douzaine d’années l’espace Boucle d’or, lieu d’accueil pour les enfants de 0 à 3 ans accompagnés d’un adulte où les parents peuvent échanger avec les accueillants. On y vient quand on veut, librement. Fonctionne aussi un groupe de parole sur la santé (avec le Comité départemental d’éducation pour la santé : CODES) et l’on projette une initiative du même ordre sur Témoignages Jean-François Baudelin, responsable de l’UT de Nontron « Nous faisons de la médiation, si possible dans un rapport de confiance, faisant en sorte de bien séparer l’accueil des personnes, l’instruction de leur demande et la décision, favorable ou non. « Apporter des solutions aux problèmes sociaux, est une action collective. Cela demande aussi la participation de la famille. Chaque personne a en elle une part de la solution à son problème. Nous l’accompagnons. Si un parent doit voir l’institutrice, nous préparerons le terrain, mais nous ne ferons pas la démarche à sa place. « En accueillant les permanences de nos partenaires, nous soutenons leur action de proximité et nous améliorons le service aux habitants. « Sur les cinq dernières années, nous voyons la précarité avancer, liée à l’endettement des familles, souvent en raison des dépenses sans cesse croissantes liées au logement, d’une rupture familiale ou d’une perte d’emploi. Le chômage des jeunes crée aussi des situations difficiles. » Evelyne Parthonnaud, accueil - secrétariat « Le premier appel ou la première visite sont, le plus souvent, motivés par des questions administratives ou des problèmes financiers. Les gens se sentent perdus face à une demande ou à une démarche, ils peuvent venir au CMS de leur propre initiative parfois conseillés par un élu de leur commune, un voisine... Quand c’est strictement administratif, nous répondons à la question, aidons à remplir un formulaire, ou dirigeons la personne sur le bon interlocuteur. Si nous percevons un problème plus aigu, alors nous proposons un rendezvous avec l’assistante sociale. » Françoise Quéraud et Christine Hédont, assistantes sociales « Les échanges d’informations avec les autres interlocuteurs des familles, réseaux d’aide, enseignants, les médecins, puéricultrices, sages-femmes de la PMI, l’éducateur de prévention, la le lien social inter-générations. Ces animations peuvent aussi être ponctuelles, pour faire face à une situation particulière. Pour connaître le centre médico-social le plus près de chez vous : DDSP : 05 53 02 27 27 ou sur le site du Conseil général : www.cg24.fr conseillère en économie sociale et familiale... sont une constante de notre travail. « Les premiers contacts nous permettent d’établir un lien de confiance, d’aller plus loin que la question qui a conduit la personne au CMS, et d’évaluer une situation, souvent toute autre, plus grave ou plus complexe. Evaluer, signaler, alerter quand il le faut est l’aspect délicat de nos missions, notamment pour tout ce qui relève de la protection des personnes, et plus particulièrement des enfants. Nous ne sommes pas la « police » de la famille. Nous entendons les demandes, recueillons les données, proposons une aide : nous sommes un des maillons intervenant dans le cadre de la protection de l’enfance. Nous devons parfois assumer le fait qu’il n’y a pas de solution immédiate ou idéale. « Aujourd’hui la précarité met une pression très forte sur des gens qui, pourtant, ont un travail. Les problèmes de ceux que l’on appelle les travailleurs pauvres sont considérables. » 21 LES MISSIONS ET LES MÉTIERS DES UNITÉS TERRITORIALES Chaque UT regroupe des équipes de professionnels qualifiés : secrétaires, assistantes sociales, puéricultrices, sages-femmes, éducateurs spécialisés, psychologues, médecins, conseillères conjugales, conseillers en économie sociale et familiale... Ces professionnels sont chargés : d’informer, accompagner et protéger les personnes et les familles (enfants, adultes, personnes âgées, personnes handicapées) de mettre en œuvre des actions de prévention et d’insertion adaptées à chaque situation de mener des actions de santé en direction des familles, des enfants et des femmes enceintes. Les interventions des équipes reposent sur le respect et l’exercice de la citoyenneté de la personne : en favorisant l’expression de ses projets en garantissant ses droits à la confidentialité, au respect de sa vie privée en développant des actions concourant à son autonomie. Ces équipes travaillent en étroite collaboration avec les acteurs locaux (municipalités, CCAS, associations, institutions diverses) afin de mener réflexions et diagnostics permettant d’apporter les meilleures réponses aux besoins des publics rencontrés. A titre d’exemple, à l’UT de Nontron, un agent de mobilité assure, sur prescription d’un travailleur social, le transport des personnes privées de moyen de déplacement vers une consultation médicale ou une démarche importante.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :