[24] Vivre en Périgord n°8 mar/avr 2007
[24] Vivre en Périgord n°8 mar/avr 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de mar/avr 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Conseil Général fait du logement une de ses priorités.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
A U R Y T H M E D U P É R I G O R D Archives Départementales. Exposition LA VIE À EN MOURIR. LETTRES DE FUSILLÉS. 1941-1944 Du 12 février au 12 avril 2007 Produite par le Musée de la Résistance Nationale, cette exposition est la déclinaison de l’ouvrage du même titre édité en 2003 aux éditions Tallandier sous la direction de Guy Krivopissko, Conservateur du Musée de la Résistance Nationale, puis réédité en 2006 en version Poche. Jamais publiées sous la forme présentée dans l'ouvrage, les dernières lettres de fusillés ont été collectées auprès de treize musées et centres d'archives ou proviennent parfois de collections particulières. Le succès éditorial a incité le Musée de la Résistance Nationale à produire une exposition, composée de deux parties : En partenariat avec le Centre Départemental de la Mémoire : Le Centre Départemental de la Mémoire est la réorientation du projet de Musée de la Résistance et de la Déportation de la Dordogne. Ses missions, définies par le Conseil général de la Dordogne sont les suivantes : Collecter, conserver et classer les archives de toute nature provenant des anciens combattant ; Valoriser ce fonds documentaire par une politique de médiation ; « Petites Voix d’outre-tombe » reprend dans un traitement graphique original dix extraits de lettres issues de l’ouvrage, accompagnées de la biographie de leur auteur. Parmi ces extraits figure la dernière lettre de Jean-Pierre Timbaud, résistant natif de Payzac en Dordogne. « La Vie à en mourir » présente les lettres dans leur contexte d’écriture (les conditions de détention, les familles, les lettres vecteurs de mobilisation de la Résistance). L’exposition présentée aux Archives départementales est enrichie d’un fonds local : la famille Collot-Karman marquée par des lieux tels que Ravensbrück, Dachau ou le Mont Valérien, a accepté de présenter des documents exposant l’itinéraire d’une famille qui avait fait le choix de l’engagement dans la Résistance. Derniers mots de condamnés, ces lettres sont les matériaux d'une histoire sensible de la Seconde Guerre Mondiale. Outre l'émotion suscitée par leur lecture, ces documents nous renseignent sur les raisons d'agir de leurs auteurs, leurs engagements et leurs espoirs. Ceux qui ont fait le choix de résister 26 au nouvel ordre du régime de Vichy et à l'Occupation allemande sont durement réprimés : avant d'être exécutés ils sont arrêtés par les forces de l'occupant, mais le plus grand nombre le sont par les forces de police française. Dans un premier temps, l'Occupant laisse au gouvernement de Vichy la responsabilité de la répression avant d'y participer activement, dès 1941. L'opinion de la population française est alors en jeu : pour les troupes d'occupation et Vichy, il s'agit de dissimuler tout mouvement de résistance et d'étouffer son intensification. Ces lettres ultimes nous disent la fidélité des condamnés aux valeurs pour lesquelles il se sont engagés : l'honneur, la patrie, la liberté et l'espoir d'un avenir meilleur. Avant de mourir, les condamnés sont des maris, des femmes, des pères, des mères, des fils ou des filles, qui nous livrent leur intimité : les derniers mots s'adressent à ceux qu'ils aiment. Notre émotion à leur lecture tient au partage de cette intimité. Participer au programme national scientifique et culturel de la Fédération du Musée de la Résistance nationale ; Fédérer les initiatives locales en matière de Résistance et de Déportation. L’association « Centre Départemental de la Mémoire » assure la maîtrise d’ouvrage du programme scientifique et culturel du projet. Partenaires : Musée de la Résistance nationale, Conseil général de la Dordogne, Archives départementales de la Dordogne, Association Centre Départemental de la Mémoire
EXPOSITION LUNA « Son » Cri Luna travaille souvent à Paris, souvent en Dordogne. Depuis l’an 2000 ses installations se multiplient à travers la France. Ses engagements sont nombreux mais elle reste fidèle à cette ancestrale terre d’accueil, de bien vivre et de découverte. Le Département l’accueille pour deux mois à l’Espace François Mitterrand dans le cadre d’une exposition individuelle. Elle fait partager à la Dordogne, à l’Arboretum d’Argenton sur Creuse et à la Galerie Charlotte Norberg de Paris, la simultanéité d’une exposition intitulée « Le Cri ». Les trois lieux sont traversés par plusieurs La dosesma fasa de la collecta de la memòria occitana « Mémoires de Demain » comença. Son las 600 personas que la lenga occitana es la lenga mair que participeren a l’aventura que se poiràn veire e aver lo DVD que correspon a lor ranvers dins quauques mes. Son 7 rendetz vos que faudrá pas mancar ente l’Esquipa dauC.P.L.O presentará çò que fuguet collectat en 2006 (contes, chançons, rites calendaris, comptinas) sus los 15 cantons dau Perigòrd Verd. Quò se fará jos la forma d’una projeccion e d’un pitit bal. Per que la serenada siá la mai druberta possibla, selectioneren e boterem los films per tematicas. Entau, propositions plastiques : vidéo, portraits, textes, sérigraphies, projections, photographies et questionnent à travers le corps social certaines expressions du cri. « Dans la vidéo installation « le cri », Luna nous propose neuf portraits d’artistes découpés et assemblés où l’image ne semble être que le leitmotiv d’une « chose » qui se dit ailleurs, si elle se dit. » LE CRI Espace Culturel François Mitterrand, place Hoche, Périgueux. Exposition ouverte jusqu’au 30 mars (du mardi au samedi de 13h à 18h) 27 difusarem 3 projeccions de 15 minutas ente l’enquetritz Monique Burg poirá, entre las sequencias, desvelopar e explicar au public ço que troberem sus tot lo territòri dau Perigòrd Verd. Apres lo filme, invitarem lo monde a dançar e platussar a l’entorn d’un pitit veire. Veiqui las datas de retenir per lo moment : lo 16 de feurier a St Aulaye per los Cantons Rabeirac e St Aulaye, lo 3 de Mars a Brantosme per los cantons de Maruelh, Brantosme e Champanhac de Belair, lo 24 de mars a la Tor Blancha per los cantons de Montagrier e Vertelhac, lo 7 d’abriau a Exciduelh per los Cantons de Hautafòrt e Exciduelh e lo 27 d’abriau a Communication culturelle Le site internet du Conseil général (www.cg24.fr) présente les artistes du Fonds Départemental d’Art Contemporain. Cet espace peut être ouvert à d’autres artistes possédant un site ou désirant en créer un. Vous pouvez faire acte de candidature en envoyant votre demande au Conseil général, Direction de l’Education et de la Culture, 2 rue Paul Louis Courier 24019 Périgueux cedex. La Commission du Fonds Départemental d’Art Contemporain examinera votre dossier. Sent Perdon la Ribiera per los cantons de Sent Perdoux e Jumilhac. Totas las seradas comencaràn a 20 oras e demiá e sirán l’enchaison de descubrir çò que demora enquera de la cultura d’òc en 2007 e subretot veire çò qu’anem ne far dins las annadas entrantas… Per aver mai d’informacions, podetz ‘pelar au 05 53 06 40 38, perigord.occitan@ wanadoo.fr o lo site internet http://perigord.tm.fr/cplo.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :