[24] Vivre en Périgord n°52 oct/nov 2018
[24] Vivre en Périgord n°52 oct/nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de oct/nov 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (315 x 470) mm

  • Nombre de pages : 8

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : 3 ans d'action au service des Périgourdins.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8  |  Aller à la page   OK
8
ENGAGEMENT N o 22 PÉRENNISER LES AIDES AUX COMMUNES ET À LEURS GROUPEMENTS Alors que de nombreux services publics disparaissent de nos campagnes et que l’Etat a tendance à se désengager, consciente du rôle prépondérant des communes et de leurs groupements, la majorité départementale souhaitait une action forte pour leur permettre de poursuivre leurs missions. ENGAGEMENTS TENUS ! 82 M € pour les communes et intercommunalités dans le cadre de la nouvelle contractualisation, selon des modalités transparentes et équitables, fondées sur une juste péréquation entre les territoires, Création d’une Conférence départementale des territoires, Réalisation d’un guide de l’ingénierie récapitulant l’ensemble des prestations que le Département peut mettre au service des communes. ENGAGEMENT N o 23 POURSUIVRE UNE POLITIQUE FORTE ET EQUILIBRÉE EN FAVEUR DU LOGEMENT ENGAGEMENTS TENUS ! Dans le cadre de la délégation de compétence des aides à la pierre, intervention sur fonds propres dans le parc de logement public (1,6 M € en 2017), Malgré un contexte national rendu compliqué par la réforme du financement du logement social, la construction de logements sociaux a fortement augmenté entre 2016 et 2017. Convention avec l’Office Dordogne Habitat  : 4,8 M € du Département entre 2014 et 2017 pour le logement social (réhabilitation thermique, démolition des logements obsolètes, construction de logements neufs). Programme de lutte contre la précarité énergétique en lien avec SOLIHA, Versement d'aides directes aux propriétaires occupants qui réalisent des travaux permettant de réaliser 25% d’économie d’énergie (plus de 2 000 dossiers financés), À VENIR  : Mise en œuvre du nouveau Plan Départemental de l’Habitat 2018-23. Expression des groupes politiques Solidarité et progrès, c’est possible ! Dans cette période politique pour le moins floue, où les valeurs s’opposent au détriment des citoyens, les collectivités ont un rôle essentiel à jouer  : celui d’apporter des réponses concrètes aux inquiétudes et aux besoins. Cette fonction de bouclier, protectrice dans une société qui évolue sans discernement, ne peut s’exprimer pleinement que dans un souci constant de stabilité et de respect de ce qui fait le socle de notre action  : la solidarité et le progrès. Ce choix politique, la majorité du Conseil départemental l’a fait et l’assume malgré les incertitudes liées à la pression économique et au manque d’engagement de l’Etat vis-à-vis des territoires. Depuis mars 2015, nous avons mis en place ce pourquoi nous avons été élus ! Depuis mars 2015, nous sommes restés fidèles à nos engagements, au-delà des polémiques, dans le seul souci d’accompagner les Périgourdins et de servir la Dordogne. Jusqu’en 2021, nous continuerons à appliquer le programme choisi par les électeurs et qui nous a permis d’être majoritaires, parce que c’est notre devoir. Nous continuons d’agir sans être réfractaires à rien, sauf à ce qui serait contraire aux intérêts de notre département et de ses habitants. Henri DELAGE Président du groupe Socialiste et Apparentés Contact  : 05 53 02 59 07 p.bel@dordogne.fr DORDOGNE - PÉRIGORD TERRE D’EXCELLENCE Notre raison d'être élu-e-s départementaux ! Force est de constater que la réduction par l’Etat de la dépense publique et l’impératif « du tout compétitif » se substituent de plus en plus à l’égalité sociale et territoriale. Malgré cela, le Conseil Départemental continue de jouer un rôle fondamental dans la vie des Périgourdins pour l’aide aux personnes âgées et en situation d'handicap, l’accompagnement des plus démunis, le transports scolaires, l’agriculture, la santé, la culture, l’habitat, la petite enfance, l’environnement, les routes, les collèges, le sport, l’action humanitaire… C'est pourquoi, travailler à une véritable construction alternative est la boussole de notre groupe pour un département solidaire. Alors que l’austérité est devenue le fil rouge des politiques à l’échelle du pays, frappant les plus modestes ; notre engagement est de faire du Périgord, un département solidaire et citoyen, avec des habitant-e-s impliqué-e-s à l’élaboration des politiques publiques, comme à leur mise en œuvre. Nous sommes résolument engagé-e-s au service de la démocratie et à tout faire pour être utiles aux habitants de la Dordogne. En cette rentrée, sous le signe de nouveaux choix nocifs gouvernementaux, notre mandat est à la disposition du mouvement social et de nos concitoyen-ne-s pour infléchir les choix politiques actuels. C’est notre conception de la politique, c’est là qu’elle trouve toute son efficacité. Jacques AUZOU Président du groupe Communiste, Front de Gauche et Républicain Contact  : 05 53 02 20 31l.perea@dordogne.fr Gestion budgétaire DES CHOIX AMBITIEUX, ÉQUILIBRÉS ET RESPONSABLES Les collectivités locales ont connu des périodes bien plus fastes en matière budgétaire. Le fait est que, depuis une dizaine d’années – c’est-à-dire depuis le début de la crise économique – la situation financière a beaucoup évolué. Le Conseil départemental y fait face, grâce à des économies de fonctionnement inédites. D’une part, les robinets se sont peu à peu fermés concernant les flux de recettes, qu’il s’agisse des recettes fiscales directes ou bien des dotations versées par l’État. D’autre part, les Conseils départementaux se sont trouvés dans l’obligation d’ouvrir les vannes des dépenses d’aide sociale, qui relèvent de la solidarité nationale et sur lesquelles ils n’ont en vérité que très peu de maîtrise. Il en résulte, au fil des années, un resserrement progressif des marges de manœuvre budgétaires. Depuis trois ans, la majorité départementale, qui refuse de renoncer à ses politiques facultatives, a pris des décisions visant à maintenir le niveau de son budget et à poursuivre sa politique d’investissement pour moderniser la Dordogne. LE RECOURS À L’EMPRUNT A PROGRESSIVEMENT DIMINUÉ Le taux de foncier bâti a été légèrement relevé pour compenser le désengagement de l’État, avec l’engagement que son évolution ne soit pas supérieure à celle de l’inflation sur la décennie. Le recours à l’emprunt a progressivement diminué. Surtout, des économies de fonctionnement inédites dans l’histoire de la collectivité ont été réalisées. La masse salariale a été stabilisée, ce qui a nécessité de ne pas remplacer tous les agents faisant valoir leur droit à la retraite. Certaines participations financières et les dépenses de fonctionnement de l’administration ont été revues à la baisse. UNE PRIORITÉ  : MAINTENIR LES AIDES AU MONDE ASSOCIATIF ET AUX COMMUNES Ces efforts historiques et cette gestion équilibrée nous permettent de pouvoir maintenir les aides financières du Département en faveur des associations, des clubs, des festivals, des organisations syndicales, des communes. Il s’agit là d’un choix assumé par la majorité départementale, pour qui la vitalité de nos territoires, notamment en milieu rural, dépend en grande partie du dynamisme de la vie sociale, culturelle et sportive, d’équipements collectifs structurants modernes et de la proximité de services publics performants. Félicitons Germinal PEIRO enfin lucide ! Récemment lors d’une rencontre avec des Périgourdins à Paris, il évoquait « les 20.000 chômeurs, la diminution des élèves dans les écoles, l’enclavement » contre lequel il dit se battre. Fort de ce constat, où en sont les investissements routiers qui faciliteraient les déplacements ? Préoccupons-nous du développement économique de la Dordogne, favorisons l’installation et la création des entreprises, réduisons le chômage, résorbons la précarité. Qu’en est-il de l’avenir de nos agriculteurs qui se sentent abandonnés face aux contraintes fiscales, législatives et environnementales auxquelles ils doivent faire face. Le Département doit les soutenir, mettre en place une politique agricole innovante, forte des savoirs faire locaux, redonner de la valeur à cette terre. Malheureusement cette majorité n’aura que l’ambition de réaliser les travaux de contournement de Beynac pour un seul petit village « gaulois » alors que de nombreuses communes sont elles aussi en souffrance. Notre groupe toujours à vos côtés, veillera à la diminution des dépenses de fonctionnement et s’assurera de la juste répartition, sans clientélisme, des investissements. Thierry BOIDÉ Président du groupe Le Rassemblement de la Dordogne Contact  : 05 53 02 59 28s.etourneaud@dordogne.fr Malgré cette volonté, le gouvernement menace, dès l’an prochain et de façon inique, de punir financièrement les Départements qui ne parviendraient pas à limiter à 1,2% l’augmentation de leurs dépenses de fonctionnement ! En Dordogne, les dépenses de fonctionnement du Conseil départemental, hors l’action sociale (dont les dépenses ont progressé de près de 4% l’an dernier et pour laquelle l’État n’assume d’ailleurs pas son rôle financier comme il le devrait), sont parfaitement stabilisées (+0,2% en 2017). Dans le même temps, l’État n’hésite pas à solliciter les collectivités (intercommunalités et Départements notamment) pour l’aider à financer des infrastructures qui ne relèvent pourtant pas de leurs compétences. C’est ainsi que le Conseil départemental s’est engagé à verser 1 M € pour la régénération de la ligne ferroviaire Bergerac-Libourne. Un choix responsable dont l’État pourrait s’inspirer ! Bonne rentrée à toutes et tous ! Pourrons-nous utiliser encore longtemps cette expression traditionnelle dans notre département ? En effet, encore une fois, cette année nous subissons une baisse d’effectif dans nos écoles, 645 de moins en primaire et 195 au collège et lycée. Il ne faut pas se cacher les yeux  : nous récoltons là le manque d’attractivité industrielle de notre territoire depuis des années. Les licenciements de cet été, et ceux malheureusement à venir, la baisse des dotations aux communes, le retard du numérique, l’état de nos routes, … ne vont pas arranger cette situation. Derrière les grands discours de la Région, du Département, mais aussi de l’Etat, c’est la ruralité qui est sacrifiée. Le groupe « les Républicains et apparentés » s’engage, comme il s’est toujours engagé, à continuer à défendre nos territoires, nos valeurs et notre ruralité. Alors, bonne rentrée à toutes et tous ! Dominique BOUSQUET Président du groupe Les Républicains et Apparentés Contact  : 06 07 82 83 54f.marty@dordogne.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :