[24] Vivre en Périgord n°50 déc 17 à avr 2018
[24] Vivre en Périgord n°50 déc 17 à avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de déc 17 à avr 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (190 x 238) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 15,7 Mo

  • Dans ce numéro : très haut débit, le déploiement s'accélère.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
AU RYTHME DU PÉRIGORD LE PERIGORD, TERRE DE TOURNAGES Un Département engagé en faveur du cinéma L’intérêt du cinéma pour la Dordogne ne date pas d’hier  : c’est une longue histoire qui nous lie depuis 1928 avec la première adaptation du Capitaine Fracasse tournée à Sarlat… Au fil du temps, le Périgord s’est affirmé en tant que terre de tournages et le Conseil départemental, conscient de l’effet produit par l’image, a investi dès 1994 dans plusieurs productions cinématographiques et audiovisuelles grand public. Ces dernières années, ce soutien s’est formalisé dans le cadre de conventionnements avec la Région et le Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) pour la mise en place d’un fonds d’aide à la production et s’est développé avec l’accompagnement des productions via son bureau d’accueil de tournages. La localisation – ou relocalisation – de tournages en France est un enjeu majeur de la politique nationale, régionale et départementale en faveur du cinéma et de l’audiovisuel. Les intérêts sont multiples  : une forte valorisation du territoire, de l’emploi direct pour les professionnels installés sur le secteur et des retombées économiques indirectes importantes. Sur ce dernier 30 point, l’argument est fort  : une journée de tournage est estimée à près de 20.000 € de dépenses locales. Il s’agit bien sûr d’une évaluation en moyenne, mais avec plus de 110 jours de tournages réalisés cette année en Dordogne, le retour sur investissement est exceptionnel. Clairement, force est de constater que le cinéma, ça rapporte ! Düsseldorf  : Ville du grand départ du Tour le 1er juillet 2017
LA DORDOGNE, UN DÉPARTEMENT CINÉPHILE Parallèlement au dispositif spécifiquement lié aux tournages, le Département fait du cinéma l’un des axes majeurs de sa politique culturelle. A ce titre, il soutient l’association Ciné-Passion en Périgord, qui assure une programmation de qualité et de proximité (28 lieux de projection cinéma toute l’année en Dordogne hors zone urbaine grâce à la mise en réseau de 11 salles municipales et l’exploitation en direct du circuit itinérant sur 17 communes). Par ailleurs, le dispositif « collège au cinéma » permet l’accès gratuit (entrée et transport) à tous les collégiens participants. Enfin, la collectivité départementale soutient financièrement les manifestations en faveur du cinéma sur son territoire et en particulier celles dédiées aux jeunes  : Rencontres Louis-Delluc de Nontron et Festival du film de Sarlat par exemple. Le fonds de soutien à la production cinématographique et audiovisuelle  : un effet de levier efficace Créé en 2008, ce fonds d’aide formalise le soutien financier du Département aux productions dans le cadre d’un partenariat avec la Région et le Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC). La Dordogne était alors le premier Département d’Aquitaine signataire de ce type de convention. Auparavant, en 2004, le Bureau d’accueil de tournages animé par Ciné-passion en Périgord était mis en place par le Conseil départemental pour accompagner les productions dans la recherche de décors, pour favoriser les recrutements locaux et faciliter les conditions d’hébergement des équipes. En 2017, le nouveau cadre législatif et réglementaire issu de la loi NOTRe permet au Département de poursuivre l’accompagnement des sociétés de production au titre de sa politique culturelle. Ce nouveau règlement adosse le fonds de soutien départemental à celui porté par la Région Nouvelle Aquitaine et s’associe aux fonds des Départements signataires de la convention CNC. La Dordogne a alors fait le choix de spécialiser son soutien qui s’adresse désormais exclusivement aux long-métrages de cinéma (fictions et documentaires) et aux projets audiovisuels (séries et unitaires). Ses objectifs sont  : l Valoriser le Périgord, son territoire, sa population, sa culture et son patrimoine par l’accueil et la diffusion de films. l Privilégier la qualité artistique et l’inventivité scénaristique des projets. l Valoriser les actions de médiation en lien avec les tournages en Dordogne. l Favoriser la professionnalisation des acteurs culturels sur le territoire. Le fonds de soutien à la production du Département est doté de 150 000 € en 2017. A ce titre, cinq projets audiovisuels ou cinématographiques ont été aidés financièrement. Pour le grand écran, deux projets  : « les Fauves » réalisé par Vincent Mariette avec Lily-Rose Depp, Laurent Lafitte et Camille Cottin avec une aide de 75 000 € et « Amanda » réalisé par Mikhaël Hers avec Vincent Lacoste et Marianne Basler, aidé à hauteur de 15 000 € . Du côté du petit écran, deux fictions TV  : « Meurtres à Sarlat » (20 000 € d’aide) de la collection « Meurtres à… » et « Capitaine Marleau » (30 000 € ) de la série éponyme réalisée par Josée Dayan ainsi que la minisérie TV « Vestiaires » (10 000 € ) avec Florent Manaudou et Clémentine Célarié. De tous temps, le Périgord a su séduire les productions par la beauté de ses paysages et ses sites historiques exceptionnels. Depuis une quinzaine d’années avec la mise en œuvre par le Département d’outils tels que le fonds d’aide qui permet d’intervenir financièrement en faveur des productions et le bureau d’accueil de tournages, ce capital naturel est apparu d’autant plus attractif. Autant d’atouts conjugués qui ont contribué à ce que les films choisissent pour décor le Périgord. 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :