[24] Vivre en Périgord n°47 jan/fév 2016
[24] Vivre en Périgord n°47 jan/fév 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de jan/fév 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (190 x 238) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 9,7 Mo

  • Dans ce numéro : la Dordogne telle que vous la voyez aux assises départementales.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Assises départementales Quelles politiques mettre en place pour la jeunesse ? Comment les collectivités peuvent améliorer le système éducatif en Dordogne ? Apporter aux jeunes les meilleurs outils possibles pour réussir leur vie et comprendre le monde, c’est l’ambition du Département. Ses compétences légales à l’égard des 0-25 ans sont largement à vocation sociale (de la PMI à l’insertion) mais il intervient également pour les collégiens à travers le fonctionnement (hors pédagogie) des collèges. Le Département soutient par ailleurs les communes en charge des crèches et des écoles, cofinance les équipements universitaires en Dordogne, développe des actions citoyennes comme le Conseil départemental junior, etc. Il va créer un prêt d’honneur pour que les jeunes des familles modestes puissent faire JEUNESSE, ÉDUCATION 16 Aider les jeunes à réussir leur vie des études supérieures. Lors de cet atelier, s’est imposée cette nécessité de reconnaître les jeunes comme des acteurs de la vie locale et de leur vie, et de conduire des actions « avec » les jeunes et pas seulement « pour » les jeunes. Les pistes de travail Renforcer le niveau de formation et aider les jeunes à développer leur capacité d’initiative. Accompagner les actions de la société civile qui s’adressent aux jeunes et améliorer leur visibilité pour qu’ils se les approprient davantage. Mieux prendre en compte le rôle des jeunes dans les politiques départementales qui les concernent ; décloisonner les politiques jeunesse locales, départementales, régionales... et la communication sur ces politiques pour les rendre plus lisibles, plus accessibles. Travailler avec l’Education nationale à la structuration d’un réseau d’établissements articulant enseignement primaire et secondaire. Repenser, pour mieux le maintenir, le maillage scolaire. Dans ce domaine aussi, la mutualisation des moyens devra être abordée. Poursuivre la modernisation des collèges pour laquelle le Département investit fortement chaque année. Développer l’apprentissage de l’outil numérique dans les collèges. Faciliter l’accès des jeunes périgourdins à la fois à l’apprentissage et à l’enseignement supérieur en encourageant le développement des premiers cycles universitaires ou des formations BTS en Dordogne.
Le jeune, acteur majeur Jean-Claude Richez, mission « Observation Évaluation » à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire. Si l’on parle des compétences légales du Département, c’est difficile de le présenter comme un acteur des politiques de jeunesse. Pourtant, les Départements ruraux se sont positionnés de façon pionnière et productive sur ces questions. Dans l’action sociale, cœur de l’action départementale, un dossier interfère  : l’expérimentation de la garantie jeunes. Si vous avez été retenus, c’est que vous étiez volontaires. Cette expérimentation renvoie à la question d’un enjeu à la fois financier et symbolique parce que la garantie jeunes et sa généralisation progressive, c’est la reconnaissance du jeune comme acteur majeur et titulaire des mêmes droits que le reste de la population. Cela favorise son autonomie, question centrale puisque les jeunes se retrouvent dans une situation d’assistanat familial. Cela peut favoriser la mobilité, la formation quand on est dans une famille pauvre. Et l’on sait qu’en Dordogne les taux de pauvreté pèsent sur le dynamisme de la jeunesse. La Dordogne demain les priorités des Périgourdins Périgueux, débat jeunesse-éducation, 28 septembre. l Améliorer l'information et l'orientation en matière d'études et d'emploi. l Réduire le nombre de jeunes sortant du système scolaire sans diplôme. l Développer l'offre de formation post-bac. l Promouvoir l'engagement citoyen des jeunes. Elles/ils ont dit « Au niveau de l’enseignement supérieur, le rôle du Conseil Elles/ils ont dit départemental et du Grand Périgueux, est un rôle de facilitateur, de mise en réseau des acteurs. » La culture juvénile Jacqueline Orlay, inspectrice d’académie, directrice académique des services de l’Éducation nationale en Dordogne. Les parents sont confiants dans l’école et de plus en plus exigeants, pas forcément à l’égard des résultats mais plus envers les conditions de scolarisation de leurs enfants. Les évolutions sociétales ont des effets sur la famille, donc sur les élèves et l’Ecole  : les questions d’environnement, la crise économique avec les questions de pauvreté que nous gérons au quotidien, le numérique qui crée « une culture juvénile ». Cela a un effet sur la façon de réfléchir, de s’exprimer en classe, de s’approprier le monde. Le rôle du professeur a changé sur le fond et nous n’en avons pas encore mesuré tous les impacts. Il doit aussi compter avec les différents intérêts des parents. Il n’y a plus un bloc ou deux, mais une multiplicité d’approches. Avec l’aménagement du temps scolaire, nous avons de plus en plus d’intervenants, avec des histoires, des cultures, des regards différents. Comment concilier tout cela ? « 24% de la population a moins de 25 ans  : c’est une richesse, une ressource à accompagner dans l’engagement associatif et citoyen, l’accès à la culture, aux sports, l’insertion sociale ou professionnelle. » 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :