[24] Vivre en Périgord n°47 jan/fév 2016
[24] Vivre en Périgord n°47 jan/fév 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de jan/fév 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (190 x 238) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 9,7 Mo

  • Dans ce numéro : la Dordogne telle que vous la voyez aux assises départementales.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Assises départementales Quelles idées pour le développement économique de la Dordogne ? Comment le Département peut œuvrer en faveur du développement économique ? Verre à moitié vide, à moitié plein ? Pour les compétences économiques accordées aux Départements par la réforme territoriale (loi NOTRe), le président Peiro a choisi de mettre l’accent sur les leviers que pourra toujours actionner le Conseil départemental  : aides directes à l’agriculture, à la forêt, aux industries agroalimentaires, aides indirectes au tourisme, à l’immobilier d’entreprise et aux zones d’activités en soutien aux projets des Communautés de communes. DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, EMPLOI 14 L’indispensable proximité du Département Les pistes de travail Maintenir un service économique départemental jouant un rôle de veille économique, de facilitateur de projets, d’expertise et de médiation entre les entreprises et les acteurs publics. Les chefs d’entreprise veulent maintenir la proximité et l’expertise de ce service. Accompagner les communes et les intercommunalités en matière d’achats de terrains et d’immobilier industriel. Réaliser un village d’artisans par canton dans les 5 ans et encourager une gouvernance de projets partagée entre élus et entrepreneurs. Déployer le Très Haut Débit et faire de l’outil numérique une opportunité pour le développement économique des territoires ruraux en cassant les distances. Accompagner le développement de l’industrie agro-alimentaire d’une part, des activités de transformation du bois d’autre part, en convention avec la Région. Aider les entreprises de l’économie sociale et solidaire à nouer des liens (elles sont demandeuses) avec les entreprises conventionnelles. Encourager l’initiative privée et d’une manière plus générale l’accès à l’innovation pour les petites entreprises. Adapter la formation aux besoins des entreprises des territoires. La formation est une compétence régionale, mais les élus départementaux et locaux peuvent porter des projets en cohérence. Mener des réflexions de développement économique par filière, sur le modèle du Pôle Cuir dans le nord de la Dordogne (de l’éleveur aux métiers du luxe).
Partisans des villages d’artisans Patrick Meynier, président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. La Chambre de métiers et de l’artisanat travaille en partenariat avec le Département depuis 20 ans, sur l’innovation, le développement de l’entreprise artisanale et la Route des Métiers d’Art. Je suis partisan du projet des villages d’artisans parce que trop d’artisans ont encore leur atelier dans le même espace que leur maison. Si l’on veut transmettre une entreprise dans de bonnes conditions, il faut scinder habitation et activité. Une entreprise artisanale qui a des salariés, c’est 4 actifs en moyenne. Si on ne fait rien, de nombreux entrepreneurs partiront à la retraite sans repreneur et on risque de voir ces emplois disparaître. Il faut poursuivre les efforts pour conforter l’économie artisanale sur les communes où il y a encore une vie d’entreprises, de façon à garder des services de proximité pour maintenir les habitants dans les petites communes voisines. La Dordogne demain les priorités des Périgourdins Terrasson-Lavilledieu, débat Economie-emploi, 26 octobre. l Accompagner la création et la reprise d'entreprises. l Favoriser l'emploi des jeunes et des seniors. l Développer la formation des salariés et l'apprentissage. l Secteur où il faudrait investir en priorité  : les services publics. Elles/ils ont dit Elles/ils ont dit « La révolution numérique aura un impact considérable sur les territoires ruraux et sur leur modèle économique. L’arrivée du Très Haut Débit aura le même impact économique que celle de l’électricité. » Le soutien décisif des pouvoirs publics Philippe Bagard, Directeur Général de KSB à La Roche-Chalais. Cette entreprise de 450 salariés, appartenant à un groupe mondial, a été choisie pour accueillir une extension (investissement  : 12 M € ). Nous étions en compétition avec l’Inde, la Chine, la Corée. La Roche-Chalais a été choisie sur des critères liés à la technique, à la compétence des équipes en place, même si je mets les références économiques entre parenthèses parce que nos pays occidentaux ne sont pas les plus compétitifs... Mais surtout, nous avons bénéficié d’un élément décisif  : le soutien des pouvoirs publics. Nous avons tenu une réunion avec un représentant du Directoire monde du Groupe et le Président de la filiale France, les représentants de la commune, du Département (qui a été notre guide dans les relations avec les pouvoirs publics), de la Région et de l’État. Obtenir un permis de construire en un mois a été un autre atout. Ce fut un vrai travail d’équipe. Avec un projet prévoyant 40 emplois et j’espère plus, à la clé. « L’aide du Département en matière d’immobilier a eu un rôle déterminant et m’a permis de me recentrer sur mon outil de production. » 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :