[24] Vivre en Périgord n°43 jan/fév 2015
[24] Vivre en Périgord n°43 jan/fév 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de jan/fév 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : une stratégie tournée vers l'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Le collège d’Eymet a fait peau neuve Commencée en 2010, la restructuration du collège d’Eymet s’est terminée à l’automne 2014. Inauguré le 4 décembre dernier, l’établissement a été agrandi, rénové et modernisé. Coût de l’opération : 4,15 millions d’euros. ège darie00061 GeOrgeSetilq tilq
i SOMMAIRE ÉDITORIAL ACTUALITÉS EN PÉRIGORD..p.4 DÉVELOPPER LE PÉRIGORD...p.7 n Travaux routiers..p.7 n Les châteaux : Biron et Bourdeilles.p.8 n Collèges : grands travaux et programmes d’entretien.p.9 n Métiers : les lycées prospectent aussi..p.10 DOSSIER.p.11 Le Conseil général, moteur de l’économie locale LE PÉRIGORD PRATIQUE..p.19 n Se déplacer en Dordogne LE PÉRIGORD SOLIDAIRE.p.20 n Les Épiceries 24, du producteur au consommateur..p.20 n Démographie des personnes âgées : on vit plus longtemps en meilleure santé.p.21 n Un film « made in Dordogne » pour promouvoir l’accueil familialp.21 PLANÈTE PÉRIGORD.p.22 n Lutte contre le gaspillage alimentaire : le Département s’engagep.22 n Pourquoi faut-il protéger les chauves-souris ? p.23 n L’agriculture au cœur de la transition énergétique..p.24 AU RYTHME DU PÉRIGORD...p.25 n Rythmes scolaires : un appui aux communes..p.25 n L’action coordonnée des centres culturels et du Département..p.26 Bernard Cazeau Sénateur de la Dordogne Président du Conseil général La discussion sur la nouvelle organisation territoriale de la République se poursuit au Parlement. L’avenir des Conseils généraux – ou Conseils départementaux, comme il conviendra désormais de les nommer – y occupe une place centrale. J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur ce sujet, mais il me semble important de préciser mon sentiment sur cette question. Car l’idée, qui transcende depuis longtemps les courants politiques, de supprimer d’ici quelques années la collectivité départementale ne répond aucunement aux enjeux qui se posent, en particulier pour le monde rural : proximité de l'action publique, efficacité des services publics, attractivité des territoires, maintien du lien social. Le gouvernement l’a aujourd’hui bien compris, suite à la mobilisation des élus des territoires ruraux. Certes, notre pays se doit de maîtriser ses dépenses s’il veut conserver son rang dans la compétition internationale. Mais, pour moderniser et renforcer ses missions, notre République se doit d’approfondir la décentralisation, a fortiori dans la période de crise économique profonde que nous traversons. Les Départements ont constamment démontré non seulement leur efficacité, mais aussi leur capacité à gérer l'argent public. Le contenu de ce magazine illustre une nouvelle fois à quel point la collectivité départementale reste indispensable, qu'il s'agisse : de la solidarité envers les plus fragiles de nos concitoyens, à l'image de notre action en faveur de l’accueil familial pour les personnes âgées, de l’aménagement et de la vitalité de nos territoires, qui passe par exemple par le développement du réseau de lignes d’autocars à 2 euros (TransPérigord), ou bien par le soutien appuyé du Département au monde associatif, culturel et sportif, de la qualité de notre cadre de vie, à travers l’accompagnement financier des projets des communes, mais aussi à travers les actions menées en faveur de l’environnement et de la biodiversité, du soutien à l'activité économique, comme le détaille notre dossier, grâce en particulier à une politique d'investissement volontariste et à l'accompagnement des entreprises, que ce soit pour faciliter leurs projets de développement ou bien pour les aider à surmonter des difficultés conjoncturelles. Proximité, solidarité, redistribution, soutien à l'emploi : le Conseil général reste le bon échelon, un pôle d’équilibre. Ni trop près, pour mener à bien ses missions avec équité, ni trop loin, pour éviter à certains territoires d'être marginalisés. C'est pourquoi je continuerai, à mon niveau, de défendre la pertinence de l'échelon départemental au sein de l'organisation institutionnelle de notre pays. Je vous souhaite à toutes et à tous une excellente année 2015 ! 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :