[24] Vivre en Périgord n°37 avr/mai/jun 2013
[24] Vivre en Périgord n°37 avr/mai/jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de avr/mai/jun 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : l'eau, une ressouce à préserver et valoriser.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
DOSSIER Sauvegarder les milieux naturels La rivière et les espaces liés, berges et zones humides, constituent des milieux naturels remarquables qui abritent nombre d’espèces et assurent des fonctions indispensables. Ces espaces sont fragilisés par les pollutions, les prélèvements, les aménagements... Pour concilier activités et préservation, une gestion durable de ces milieux est incontournable. Pour être efficace, il faut agir en cohérence sur chaque bassin versant. Riverains, collectivités et la rivière La majorité des espaces visés sont privés, seuls les grand cours d’eau sont domaniaux (Dordogne, parties aval de l’Isle et de la Vézère). Les propriétaires des berges et du lit des rivières ont donc des droits (pêche, prélèvement…) mais ils ont le devoir de contribuer au libre écoulement des eaux, au bon état écologique des cours d’eau. N’ayant pas tous les moyens de le faire, la collectivité s’est organisée pour se substituer à eux et a créé des syndicats intercommunaux ou des établissements tels qu’Epidor. « À Epidor, nous informons ceux qui estiment devoir agir, Les espaces naturels sensibles La politique départementale de conservation et de valorisation des espaces naturels sensibles (ENS) s’est développée depuis 1999 à partir d’un inventaire des sites et territoires remarquables. Elle met notamment en avant les milieux humides et aquatiques et contribue ainsi à la préservation de la qualité de la ressource en eau. Propriétés du Conseil général ou des collectivités, ces ENS ont vocation à former un réseau où le Département joue un rôle moteur. Un nouveau schéma des ENS définit orientations et actions jusqu'en 2015. par exemple pour protéger des enjeux en zone inondable. Des interventions, même empreintes de bonnes intentions, vont rarement améliorer le bon état écologique. S’il faut vraiment agir, nous expliquons ce que l’on peut faire sans se tromper pour concilier protection et environnement. Les rivières sont des espaces complexes. Laissons-les respirer, nous n’aurons que des bénéfices à en retirer », note le directeur-adjoint Roland Thieleke. L’Établissement public a étudié sur une partie du cours de la Dordogne comment l’activité humaine, hydroélectrique notamment, a altéré la dynamique fluviale, conduisant la rivière à exercer son énergie sur le fond de son Un schéma des berges lit et donc à s’enfoncer, ce qui l’a déconnectée de ses bras annexes. Parfois, en luttant contre l’effondrement des berges avec des enrochements, on a accentué le phénomène... Ces études ont permis d’élaborer un « schéma des berges », un mode d’emploi, complémentaire de la nouvelle gouvernance des bassins versants que veut promouvoir le Conseil général avec le schéma départemental des rivières. n 14
Le schéma départemental des rivières pour coordonner les actions Le Conseil général et ses partenaires (Agence de l’eau, services de l’État, EPIDOR, CAUE, PNR Périgord Limousin, fédération de pêche, Région Aquitaine) ont élaboré le schéma départemental des rivières pour atteindre l’objectif de « bon état écologique » de la directive cadre européenne sur l’eau (DCE). Chef d’orchestre de ce schéma, approuvé en novembre 2012 par l’assemblée départementale, le Conseil général souhaite aller, dans la concertation, vers la reconnaissance d’un unique acteur majeur qui garantira la nécessaire coordination des actions pour chacun des six bassins versants principaux. C’est un véritable atlas qui a été constitué pour chaque bassin, détaillant l’état des lieux et élaborant des propositions d’amélioration ou de restauration pour le patrimoine naturel, le patrimoine bâti, le tourisme, les situations de crues, etc. Le Département engage maintenant une phase d’animation pour que, dans chaque bassin versant, les acteurs de l’eau fassent converger leurs actions. n « Être plus efficaces ensemble » Bernard Cazeau, président du Conseil général, président d’Epidor « Le Département de la Dordogne vient de se doter d’un schéma départemental des rivières qui améliorera l’accompagnement des collectivités locales, favorisera une bonne gestion des milieux aquatiques et restaurera le bon état des masses d’eau. Dans la mise en œuvre des actions à l’échelle de chaque bassin versant et dans la compréhension des enjeux par les riverains et les habitants, nous avons encore beaucoup à faire pour être plus efficaces ensemble. Efficaces, nous l’avons été à travers toutes les démarches de développement durable mises en œuvre ces dernières années dans notre département et sur l’ensemble du bassin versant de la Dordogne. Cela nous a permis d’obtenir, avec Epidor, le classement du bassin de la Dordogne au Réseau mondial des réserves de biosphère qui rassemble des sites conciliant conservation de la biodiversité, valorisation culturelle et développement économique et social. Ce label, comme tout ce que nous entreprendrons pour préserver l’eau et améliorer sa qualité, constitue un atout supplémentaire pour notre patrimoine naturel et son attractivité. » Réserve mondiale de biosphère : faire vivre le label Lors des états généraux de la rivière Dordogne, organisés à Bergerac à l’automne dernier par Epidor * , les 24 000 km² du Bassin de la Dordogne ont été officiellement intégrés au Réseau mondial des réserves de biosphère. Reconnaissance de l’état du bassin de la rivière et des efforts accomplis depuis 20 ans, ce label ne crée pas de contraintes environnementales nouvelles. Une exigence toutefois : il faut faire vivre ce label et le valoriser à travers les actions engagées ainsi que dans la vie quotidienne du bassin. A été créée en décembre dernier, par Epidor et EDF, l’association Initiative Biosphère Dordogne pour conduire des actions soutenant la qualité de l’environnement aquatique et valorisant des usages qui respectent et améliorent cet environnement. On envisage aussi de confier aux six Départements riverains et aux grandes collectivités du bassin, un rôle d’ambassadeurs du label : il s’agit du plus grand site français classé Réserve mondiale de biosphère. Une charte d’engagement pourrait aussi être proposée aux professionnels : producteurs de fruits, gestionnaires d’hébergements touristiques... n *Epidor, établissement public de la Dordogne. www.eptb-dordogne.fr 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :