[24] Vivre en Périgord n°34 jui/aoû 2012
[24] Vivre en Périgord n°34 jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de jui/aoû 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : le patrimoine de la Dordogne est un atout pour le développement du département.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
PLANÈTE PÉRIGORD Le fauchage raisonné des bords de route Fauchage raisonné et nature protégée : pourquoi et comment le Département adopte une gestion écologique des bords de route. Pour maintenir la diversité et la richesse des paysages et pour préserver le patrimoine naturel (faune, flore, biodiversité), le Département s’est engagé depuis dix ans maintenant dans une approche environnementale de ses espaces naturels. Cela s’est traduit par la gestion des arbres d’alignement, la suppression des herbicides (avec une incitation des communes à adopter les mêmes pratiques), la valorisation des déchets verts et pour préserver la floraison naturelle, le fauchage tardif sur un certain nombre de sites. Avec la mise en œuvre cette année du fauchage raisonné défini par la Direction des Routes et du Patrimoine Paysager, il s’agit de mettre fin aux excès du fauchage systématique et trop précoce qui pénalise le développement des espèces (fleurs, insectes) et conduit à appauvrir les paysages. ZOOM SUR Tonte écologique Auto-entreprise d’Allas-les-Mines, Toukiton propose entre autres activités la tonte et le débroussaillage les plus écologiques qui soient : par l’intervention sur le site de moutons et de chèvres, en liberté ou à l’attache. Parmi les clients de Toukiton, une référence : le site préhistorique de Font-de-Gaume (les Eyzies) qui relève du centre des monuments nationaux. www.toukiton.fr 22 Concilier sécurité et environnement Pourquoi parle-t-on de fauchage raisonné ? Parce que chaque intervention doit être réfléchie. Ce fauchage utile doit concilier les impératifs de sécurité – la visibilité des automobilistes et le cheminement des piétons – et le cycle de croissance des plantes. Cela se traduit concrètement par une augmentation progressive de la hauteur de coupe, qui passera de 10 à 15 cm, et surtout par un choix majeur : retarder au maximum la première intervention au printemps. En effet, l’herbe repoussera moins vite si l’on attend le stade du développement de l’épi. Un fauchage moins fréquent va engendrer une régulation naturelle : limitation de la production des graminées au profit des plantes à fleurs qui se développent plus lentement. C’est la hauteur d’herbe atteinte, estimée à 40 cm maximum dans les zones de sécurité, qui déclenchera l’intervention des services. Il ne devrait y avoir ainsi que deux interventions maximum sur chaque site pendant la période de pousse : fauchage et dégagement de Le fauchage raisonné facilite une régulation naturelle au profit des plantes à fleurs qui poussent plus lentement. Mettre fin aux excès qui appauvrissent les paysages. sécurité avec un débroussaillage autour des glissières et de la signalisation. L’entretien des lisières et le débroussaillage plus important s’effectuant à partir de la mi-août. Moins de carburant consommé Ce mode de fauchage, que la Dordogne est le premier Département à systématiser, nécessite un matériel adapté et plus performant qui sera acquis progressivement. Il permettra aussi un fauchage efficace sous les glissières de sécurité. En contrepartie, le fauchage raisonné augmente la durée de vie de ce matériel qui sera moins sollicité et conduira à une économie de carburant de l’ordre de 20%. Cela limitera également la production de déchets verts. Ces mesures sont appliquées sur l’ensemble du réseau routier départemental et elles ont fait l’objet d’une information aux communes. Pour en mesurer l’efficacité sur l’évolution de la biodiversité, la direction des routes et du patrimoine paysager observera l’évolution de huit sites représentatifs de la diversité des paysages en Dordogne. n­
Tout savoir sur les espaces naturels de Dordogne Les espaces naturels sensibles et les régions naturelles de la Dordogne réunis par le CAUE et le Conseil général dans une mallette de sensibilisation destinée aux élus locaux. L’Environnement, c’est le « E » du sigle CAUE 24 (Conseil d’Architecture, Urbanisme et Environnement). Dans ce domaine, il s’inscrit dans le droit fil de la politique des Espaces Naturels Sensibles (ENS) que conduit le Conseil général en lien avec les collectivités locales. La mission du CAUE est d’apporter la méthodologie et les informations nécessaires aux communes et intercommunalités qui veulent identifier et engager des opérations de conservation, de restauration et de valorisation des espaces naturels remarquables ou emblématiques. Le travail réalisé par le CAUE s’appuie sur un diagnostic écologique de la Dordogne donnant aux collectivités locales une vision d’ensemble de leur patrimoine naturel et une conscience plus aigüe d’éventuelles plus-values environnementales à exploiter. Ce qui peut les inciter à saisir ou à susciter des opportunités pour faire d’un espace naturel une Renseignements : CAUE : 05 53 08 37 13 Inciter les collectivités à valoriser leur patrimoine naturel zone d’aménagement durable attractive pour le territoire. Il ne s’agit pas en effet de passer d’une certaine méconnaissance de ces zones à leur sanctuarisation, mais de les révéler et de les gérer dans le respect de la Charte de qualité des ENS, tout en les intégrant aux projets locaux. n Périgord central, Périgord cristallin, Ribéracois, Bergeracois, Bessède, Double et Landais... avec ce diagnostic écologique des paysages typiques de la Dordogne, le Conseil général veut inciter les collectivités à valoriser les singularités du patrimoine naturel. Conférence des énergies Des ateliers à la rentrée En mars dernier, a été officiellement lancée la Conférence départementale des énergies. Le Conseil général a souhaité en effet associer les habitants à une réflexion globale sur la diversification de la production énergétique locale et sur l'amélioration de l'efficacité énergétique : filière bois-énergie, méthanisation, équipements photovoltaïques, éoliennes, géothermie, hydraulique, économies d'énergie et bien d'autres actions pourraient composer des nouvelles politiques locales de diversification des énergies. Après une conférence ouverte à tous les publics, une première série d'ateliers thématiques a été organisée à Périgueux (Centre de la communication) d'avril à juin. Une cinquantaine de personnes a pris part à chacune de ces cinq réunions. Un nouveau cycle d'ateliers se déroulera dans plusieurs villes de Dordogne à la rentrée. Professionnels, collectivités, associations environnementales, élus et citoyens, tout le monde peut y participer. Ces ateliers seront suivis d'un forum de synthèse qui présentera les orientations retenues. n Renseignements : 05 53 06 80 08 www.cg24.fr 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :