[24] Vivre en Périgord n°23 jan/fev 2010
[24] Vivre en Périgord n°23 jan/fev 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de jan/fev 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (211 x 298) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : un dossier sur l'économie et l'emploi en Dordogne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ACTUALITÉ EN PÉRIGORD 6 Salon de l’agriculture 2010 Foie gras, canard, noix, pomme, truffe, vin de Bergerac, poulet fermier du Périgord, cabécou…toutes les belles saveurs du Périgord seront une nouvelle fois à l’honneur du 27 février au 7 mars au Salon de l’Agriculture à Paris. Le Conseil général de la Dordogne, la Chambre d’agriculture, la Chambre de Métiers, le Comité départemental du tourisme et les interprofessions concernées se sont une nouvelle fois associés pour promouvoir les produits périgourdins. Ces derniers pourront être dégustés sur le stand de la région Aquitaine le mercredi 3 et jeudi 4 mars, 2 journées entièrement dédiées à la Dordogne. Le public pourra ensuite se rendre aux stands des exposants de Dordogne pour acheter ces produits. Cette année encore, nous espérons que les entreprises ainsi que l’élevage périgourdins ramèneront de nombreuses médailles du Concours général agricole ! Par sa présence au salon, le Conseil général réitère tout l’intérêt qu’il porte au soutien et au développement de l’agriculture et de l’ensemble de la filière agro-alimentaire. n A près Le guide du Routard Dordogne Périgord le guide Evasion au printemps 2009, la Dordogne dispose, depuis décembre, d’un guide du Routard qui lui est entièrement consacré : une première pour un département ! Tout cela grâce à un partenariat entre le Conseil général, le Comité Départemental du Tourisme et l’éditeur Hachette. Des auteurs périgourdins, ont collaboré à ces éditions. n « Carton plein » pour le voyage en Bretagne En novembre dernier, une délégation de 50 élus s’est rendue en Bretagne pour visiter des éco-lotissements pilotes situés en zone périurbaine et rurale. Organisé par le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement) avec l’Agence Technique Départementale de la Dordogne, ce voyage a été conçu pour que les élus bretons fassent part de leur expérience aux élus périgourdins. « C’est ce qui a été l’une des clés du succès » explique Jean-Claude Castagner Maire et Conseiller général d’Issigeac. Pour en savoir plus : ATD24.fr ou cauedordogne.com
Sondage : les Français attachés à leur Département Une enquête réalisée par Ipsos Public Affairs * et commandée par l’Assemblée des Départements de France révèle le lien fort qui unit aujourd’hui les Français à leur département. Question : Diriez-vous que vous êtes très, plutôt, plutôt pas ou pas du tout attaché à votre département ? Ce lien est d’abord affectif et identitaire : plus de 8 Français sur 10 se disent « attachés » à leur dépar - tement. Ce lien est également rationnel, fondé sur la reconnaissance du service rendu. Près de 3 Français sur 4 jugent ainsi que le Conseil général est un organisme utile pour répondre aux besoins de la population et portent une appréciation positive sur l’action de leur département. Les compétences principales du département sont connues d’une large majorité de Français et l’appréciation de son action sur ces différents champs de compétence est favorable. Question : Seriez-vous très favorable, plutôt favorable, plutôt opposé ou très opposé à ce que l’on supprime le département pour transférer ses compétences aux autres échelons territoriaux (région, commune, communauté de commune) ? • Le lien entre l’opinion et le département se fonde également sur la proximité avec les élus. 58% des Français déclarent en effet connaître leur conseiller général.• Cet attachement s’inscrit dans une dynamique nouvelle au sein de l’opinion française, celle d’une confiance de plus en plus grande dans les collectivités locales (63% contre 29% à l’État) pour mettre en place des services publics performants.• La réforme des collectivités locales est à l’évidence aujourd’hui mal comprise par les Français qui n’en voient ni la direction, ni le contenu, ni la finalité. Sans surprise, elle ne s’inscrit pas au coeur des préoccupations puisque seules 23% des personnes interrogées l’estiment prioritaire. Elle manque à l’évidence de clarté et de lisibilité : les trois quarts des Français la jugent ainsi mal expliquée, confuse et peu compréhensible. Dans ce contexte, la réforme engagée par le gouvernement est perçue bien plus comme une menace pour les collectivités locales que comme une modernisation ambitieuse de l’organisation administrative de la France. n (*) Enquête réalisée par téléphone par Ipsos les 6 et 7 novembre 2009 auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 935 personne âgées de 18 ans et plus. Méthode des quotas. Est-il légal de parler de la réforme territoriale ? Dans la presse, des responsables politiques ont menacé le Conseil général d’une procédure judiciaire pour la diffusion d’une carte pétition relative à l’avenir du Département dans le cadre des réformes en cours portant sur l’organisation des administrations et des élections locales (voir le numéro 22 de Vivre en Périgord). Le Conseil général tient à préciser qu’il est en droit d’informer et de sensibiliser la population aux évolutions institutionnelles concernant la collectivité départementale. Il n’est pas dans les méthodes du Département d’enfreindre la Loi. 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :