VoX n°5 jun/jui/aoû 2013
VoX n°5 jun/jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de jun/jui/aoû 2013

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : voxlemag.wordpress.com

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur les netocrates.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
Vogl 54 V CHRONIQUE Les netocrates  : le grand péril Anonymous, Netocrate ? WTF uAnonymous Netocrate ? Nous espérons qu’au terme de cette réflexion sur la netocratie, vous aurez bien compris l’incompatibilité entre les deux. Or, cette question doit encore être posée puisque certains n’hésitent pas à faire un rapprochement. Reprenons cet extrait de Reflets  : « Dans ce contexte, des phénomènes tels qu’Anonymous (et ses diverses mutations) ou certains bouleversements mondiaux récents, deviennent une parabole intéressante qui permettre de regarder différemment l’évolution de l’Internet, en tant que source de pouvoir, et vecteur de l’avènement de la netocratie. » Le phénomène Anonymous serait une « parabole » (« parabole », terme religieux, comme c’est curieux !) permettant d’envisager « l’évolution d’Internet » comme « source de pouvoir, et vecteur de l’avènement de la netocratie », Amen. Plus sérieusement, ce qui fait qu’Anonymous ne peut aucunement prendre part à cette netocratie, c’est qu’il n’est pas dans des rapports de dominant/dominé. Bien au contraire, Anonymous lutte pour nuire à ce type de rapport de la loi du plus fort. Sur la question du pouvoir, le seul pouvoir d’Anonymous ne peut se concevoir qu’en terme de contre-pouvoir, c’est-à-dire un pouvoir qui combat un autre pouvoir afin de ramener un certain équilibre, et donc encore une fois d’éviter le rapport dominant/dominé. S’il n’y a pas de hiérarchie et de leader dans les mouvances anons, ce n’est pas sans raison. L’absence de hiérarchies anons est un garde fou contre toute tentation de domination et de prise de pouvoir. Toutes ces grappes dominantes, ces clusters pour reprendre un concept que l’on trouve dans les Netocrates, sont ces sphères d’influence illégitime et opaque que combat Anon. Autrement dit, l’une des visées anons  : donner un grand coup de pied dans tous ces clusters, dans toutes ces grappes. Ensuite, sur la question de la transparence et de l’information, là encore Anonymous n’est en rien netocrate. D’une part, les opérations Opbigbrother du moment montrent bien que les Anons ne sont pas dans un culte de la transparence, au contraire, la transparence, tout autant que l’information, est un outil. À partir du moment où la vie privée est menacée, la transparence n’est plus du tout louable. L’anonymat des anons est tout autant une sécurité qu’un symbole incompatible avec le culte de la transparence. Quant à l’information, Anonymous tente justement de dépasser le brouhaha et l’attentionnalisme du Net, pour faire ressortir des informations oubliées ou masquées, pour lancer des débats et relancer les processus démocratiques (par exemple, le rôle d’Anonymous dans le rejet d’Acta a été très important puisque l’opération consistait en premier lieu à faire remonter les informations sur la place publique). Anonymous cherche à préserver la neutralité du Net, non à l’entraver et la manipuler. Les NTIC sont des outils, des moyens, à destination des individus, non des fins. L’individu est au centre des combats anons. Quand Anonymous combat la scientologie, c’est pour libérer les individus de l’endoctrinement d’une secte qui vise un
CHRONIQUE Les netocrates  : le grand péril plus grand empire. Quand Anonymous tente d’apporter son soutien contre les tyrannies, c’est pour relancer les processus démocratiques et améliorer les libertés individuelles. Et encore une fois, quand Anonymous lutte contre les systèmes d’ultrasurveillance c’est pour éviter que l’individu soit bridé dans ses actions. Les luttes Anonymous visent généralement à la préservation, le rétablissement ou l’élargissement du champ des possibles à l’épanouissement individuel. Plus généralement, dire que les hacktivistes sont des netocrates, c’est pour le coup être à côté de la plaque. L’hacktivisme serait plutôt anti-netocratique. Un hacktiviste qui viserait à la domination, dont le but serait de se hisser tout en haut de la pyramide sociale, voilà qui serait tout aussi incongru que des militants Greenpeace attaquant un chalutier pour prendre la place du capitaine et assurer ses objectifs. Devenir Kalif à la place du Kalif, voilà le péril de cette profonde méprise. ; u Conclusion uLe netocrate est celui qui accorde plus de réalité aux réseaux qu’au monde concret. Pour lui, le monde n’existe qu’à travers Internet comme une nouvelle jungle à conquérir, qu’importent les conséquences externes. Il substitue un univers par un autre, se nourrit de l’information, la manipule, sans même tenir vraiment compte de son contenu. Sa vue d’ensemble n’est qu’une vue chimérique, une vue sur du vent, un vent insaisissable, invisible, aussi éphémère que les visages qu’il emprunte. L’IRL et L’Internet ne sont pas plus réels l’un de l’autre, le dénominateur commun de ces deux univers, ce qui donne son acte à ces virtuels, c’est l’individu qu’il y a derrière. En cela, les combats que l’on mène IRL ou sur Internet sont tout autant complémentaires, l’un ne supplante pas l’autre. Ce n’est pas parce qu’Internet réinterroge la démocratie actuelle qu’elle doit se substituer à elle ou y mettre fin. Au contraire, dans cette complémentarité, les deux doivent se construire à partir de l’autre, en un juste équilibre. Pour ne pas tomber dans cet élitisme nétocratique, plusieurs remèdes existent. Voici ceux que nous prodiguons  : altruisme, pédagogie, ouverture au débat, déontologie, ne jamais se contenter de l’information ou se noyer sous son poids, se méfier des idéologies, adopter un criticisme mobiliste. Enfin, il faut s’évertuer à lutter contre toute violence, non pas seulement la violence physique et verbale, mais aussi la violence plus vicieuse, la violence symbolique et son lot d’agressivité et d’écrasement qui l’accompagne. Savoir les identifier est déjà une victoire. C’est en tout cas dans cette mouvance que nous tendons à inscrire VoX. VoX ne soutiendra jamais quelconque forme de netocratie.• Vogl Voki 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :