VoX n°5 jun/jui/aoû 2013
VoX n°5 jun/jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de jun/jui/aoû 2013

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : voxlemag.wordpress.com

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur les netocrates.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
VoP41 38 VoP41 CHRONIQUE Les netocrates  : le grand péril et, en théorie, elle empêche qu’une idéologie fasse empire sur toutes les autres. Bien sûr, nos démocraties actuelles sont écrasées par des pouvoirs autoproclamés supérieurs tels que la bureaucratie excessive et la technocratie excessive (nous pensons surtout aux grands prêtres économistes), pour ne citer qu’eux, sans oublier des vieilles mœurs totalisantes qui viennent encore plus court-circuiter ces rouages. On pourrait même dire que la démocratie n’a jamais été vraiment réalisée à cause de ces kratos parallèles qui empêchent l’établissement d’un équilibre favorable à tous. Car là est le cœur même de l’idée démocratique  : l’équilibre entre les différentes forces. La netocratie c’est « le pouvoir au Net ». Par Net, nous n’entendons pas les internautes, comme cela est bien souvent compris par les pro-netocrates, nous entendons plutôt les dominants du Net (comme Google, Facebook, et les gros réseaux qui font la pluie et le beau temps sur la toile), c’est-à-dire ceux qui arrivent à maîtriser et à manipuler l’information pour l’exploiter ou l’imploiter (= la conserver pour soi et son réseau uniquement). Avec la netocratie, on tombe encore une fois dans un kratos à disposition d’un petit nombre, un petit nombre qui se distingue selon des compétences. En gros, les meilleurs du Net sont les netocrates (« le pouvoir aux meilleurs », ça ne vous rappelle rien ?). La netocratie, comme nouvelle sphère dominante, est incompatible avec la démocratie, tout autant que l’aristocratie est incompatible avec la démocratie. Avec le nouveau paradigme informationnaliste, les sphères d’influence se déplacent, mais persistent dans le cadre de l’élitisme, et des privilèges, non pas cette fois par et pour l’argent, mais par et pour l’information. Les paradigmes, les fictions, et les classes changent, mais les rapports et les relations sont tout aussi violents et agressifs que dans l’ancien système, si ce n’est plus. Un kratos sans rempart, détenue par une élite qui se prétend supérieure, une nouvelle sphère d’influence qui proclame l’idéologie de la transparence et de l’information (informations manipulées, exploitées ou imploitées), voilà qui aurait de quoi faire grincer les dents de très nombreux anons et autres hacktivistes. ; u
CHRONIQUE Les netocrates  : le grand péril Le culte de la transparence et de l’information « Une fausse idée répandue parmi les théoriciens de l’information du capitalisme tardif est que la transparence va entraîner une société bien plus ouverte, avec une visibilité démocratique à tous les niveaux, dans laquelle tous les participants auront le même pouvoir d’influence et le même accès à l’information. Ce raisonnement n’est qu’une propagande netocratique palliative [...]. La société informationnelle est largement dominée par des hiérarchies de pouvoirs » Les Netocrates, p.125. u Si une nouvelle religion sacro-sainte devait naître sur le Net, ce ne serait pas sans le culte de la transparence et de l’information. Ces cultes sont d’ors et déjà acquis sur les réseaux. Avant toute chose, nous devons préciser ce que nous entendons par là, afin qu’il n’y ait pas de quiproquo. Internet, c’est d’abord un flux de données et d’informations, accessibles pour la plupart des utilisateurs, un maillage de connexions qui s’étend désormais dans XT v tous les pays et sans frontières (hormis les pays tyranniques ou pauvres). On peut voir cela comme une sorte d’écosystème  : des courants qui se propagent dans des embouchures ou autres affluents. Ces données et autres informations peuvent servir d’outils, soit pour créer de nouvelles informations, ou pour se tenir au courant, ou encore pour contacter d’autres internautes L’idée de la transparence s’articule autour de ces processus que sont les informations  : l’accessibilité. Mais il s’agit aussi d’une question de neutralité, car quand il est possible de s’assurer que ces informations ne sont pas détournées ou confiner, il est possible de s’assurer de cette neutralité. Les finalités sont les suivantes  : accessibilité pour tous et par tous (égalité donc). Nous sommes dans une question de moyen, c’est là la force du Net, c’est ce qu’il faut préserver (voir la Déclaration d’indépendance du cyberespace). Du coup, quand nous disons que cette idée de transparence et d’information de- Vo 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :