VoX n°5 jun/jui/aoû 2013
VoX n°5 jun/jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de jun/jui/aoû 2013

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : voxlemag.wordpress.com

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur les netocrates.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
vcgi 36 voKI CHRONIQUE Les netocrates  : le grand péril té avec le réel. Or, une pensée sans nuance est une pensée morte. Un conseil, préférez toujours le bariolé à l’uniforme et au terne. Qu’importe le contenu de l’idéologie quand celles-ci sont exclusives  : les idéologies les plus nobles peuvent dans certains extrêmes emprunter le visage du bourreau. On le voit d’ailleurs très bien dans l’histoire des révolutions  : les révolutions populaires les plus légitimes partent généralement sous la volonté d’une plus grande égalité, de la demande collective et légitime d’une véritable justice et d’une liberté concrète pour les individus. Or, quand ces révolutions aboutissent, on voit souvent les révolutionnaires d’autrefois prendre la place de l’ancien tyran, caricaturant les principes révolutionnaires d’origine pour, au final, les trahir complètement. Prenons un exemple d’après notre histoire  : Robespierre, au nom des inspirations révolutionnaires que sont l’égalité et la justice, n’a cessé durant la Terreur (mars 1793-juil 1794, d’où le nom) de trancher la tête non seulement de ses adversaires, mais aussi de ses propres partisans et amis. Question justice et égalité on pouvait faire mieux, non ? Encore une fois, nous sommes dans un rapport de domination des uns sur les autres, via notamment des idéologies qui sont les propagandes de ses aspirants dominants. Les idéologues sont les évangélistes des idéologies. Ce sont eux qui forment les idéologies puis qui les propagent comme une sainte parole. Car oui, une idéologie, quand elle a ses maîtres et ses disciples, quand elle pose des mœurs et des valeurs, et quand elle vise un certain empire, est une religion. C’est pour cette raison que pour parler de l’idéologie netocratique qui se caractérise, entre autres, par la transparence et par l’information, nous parlerons de culte de la transparence et de culte de l’information. Pourquoi parler de cultes, de religion ? Parce que si vous tentez de remettre en cause l’un de ces principes, vous devenez un impie, un mécréant qui doit être combattu sans considération aucune. Difficile de débattre avec un idéologue sans que cela dégénère, c’est là encore un bon moyen de les identifier. ; u « les idéologies les plus nobles peuvent dans certains extrêmes emprunter le visage du bourreau. »
CHRONIQUE Les netocrates  : le grand péril Les Kratos uQuand il est question de définir la netocratie, certains feront un rapprochement entre Aristocratie et Net, d’autres avec Démocratie et Net. Mais dans les deux cas, on passe à côté du plus important, du plus déterminant et du plus signifiant : le « Cratie » qui vient du grec ancien Kratos. Le kratos c’est le « pouvoir destructeur », « l’autorité dominatrice ». C’est une idée qu’on retrouve déjà dans l’épopée homérique  : celui qui a le kratos est le dominant, en capacité de détruire son adversaire. Entre certaines mains, le kratos est la force destructrice du guerrier, ce qui peut vite devenir un excès (l’excès chez les Grecs, l’hubris, est la plus grande des fautes). Aristocratie signifie « le pouvoir aux meilleurs » ; technocratie « le pouvoir aux experts » ; bureaucratie « le pouvoir aux administrations », etc... Dans la même idée, démocratie signifie « le pouvoir au peuple ». Le kratos démocratique est un kratos différent de tous les autres, car là où les bureaucraties, les technocraties, les aristocraties et autres sont des kratos minoritaires (le pouvoir appartient à un petit nombre), le kratos de la démocratie est majoritaire (il appartient au plus grand nombre). L’idée démocratique consiste à limiter le kratos destructeur en laissant la population entière prendre part aux décisions, via des votes de représentants, ou des référendums par exemple. Autrement dit, la démocratie est un rempart contre l’appropriation des pouvoirs par un petit nombre, elle empêche les aspirants dominants d’arriver à leurs fins, 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :