VoX n°5 jun/jui/aoû 2013
VoX n°5 jun/jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de jun/jui/aoû 2013

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : voxlemag.wordpress.com

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur les netocrates.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
32 CHRONIQUE Les netocrates  : le grand péril, iimiww. tomiewimposomm.  : > crate décide d’exploiter l’information ou, au contraire, décide de l’imploiter (= de la garder pour soi et pour son réseau).• Le netocrate voue un culte à la transparence, en fait sa propagande, ce qui est assez paradoxal, car en réalité la société netocratique sera sans doute plus opaque.• Le netocrate rejette toute forme d’institution, rejette la pédagogie prônant l’autodidactisme. Il part du principe que l’on doit se débrouiller seul (les informations encyclopédiques étant disponibles sur le Web), s’adapter, et si on en est incapable, ou si on manque de chance dans son apprentissage personnel, alors on doit être rencardé dans la classe inférieure. Le netocrate rejette l’idée d’égalité.• Le netocrate ne se soucie guère des autres en dehors de son réseau ou des intérêts de son réseau. Il ne se préoccupe guère des problèmes sociaux et sociétaux, ça ne l’intéresse pas.• Ce que le netocrate dit ou fait tombe souvent sous la contradiction, mais les contradictions ne dérangent pas le netocrate. Au contraire, il voit ça comme une nouvelle preuve de sa plasticité. Vous avez peut-être du mal à vous représenter ce que nous venons d’exposer. C’est normal, il nous est d’ailleurs difficile de résumer une définition aussi complexe en quelques lignes. C’est pourquoi nous allons prendre un exemple simple. Dans une interview, les auteurs du livre ont donné pour exemple, pour illustrer des netocrates dominants (qu’ils nomment curateurs), Google. Les utilisateurs de Google, un peu tout le monde aujourd’hui, deviennent des consommateurs de ce vers quoi Google nous renvoie, ils deviennent des consumtariens. Tout ce qui n’est pas annexé par Google devient inexistant pour ses utilisateurs. Google a accès à toutes les informations, choisit de les partager ou non, élabore des priorités entre les informations, favorise des réseaux plutôt que d’autres. Bref, la nouvelle sphère du pouvoir se trouve entre les mains de tels netocrates, avec tous les risques et les problèmes qui en découlent. Ce qu’il est important de comprendre pour le moment (car nous aurons l’occasion de développer davantage ce portrait du netocrate avec son lot de conséquences), c’est que la société netocratique fonctionne toujours dans ce jeu de dominant (minoritaire)/dominé (majoritaire). Mais plus que dans nos sociétés actuelles, les inégalités vont se creuser. La question même de l’égalité dans cette nouvelle société ne se posera même plus, ce sera devenu une sorte de vieille chimère du passé. Dans la société netocratique, c’est la loi du plus fort qui prime, les gros poissons bouffant les plus petits. Bienvenue dans un monde phallique, dans un monde du « c’est moi qui est la plus grosse », un monde où l’agressivité remplacera la diplomatie et la politesse. Et surtout, dans la société netocratique, la démocratie ne sera plus. Netocratie et démocratie sont incompatibles. Voilà ce que nous essayerons de montrer dans la suite de notre article. ; u
CHRONIQUE Les netocrates  : le grand péril Netocratie, définition alternative et complémentaire u Il est possible de définir le netocrate autrement, certains s’étant évertué à le faire, mais on remarque que les caractéristiques principales sont à peu près les mêmes que ce que nous venons d’exposer. Nous voulons pour cela présenter et commenter un article publié sur le site Reflets (« Bienvenue à la Netocraty »  : http://reflets. info/bienvenue-a-la-netocracy/), article qui offre une certaine vision de la netocratie, vision pour le moins naïve et contradictoire. Dans cet article, la netocratie se rapprocherait davantage d’une nouvelle forme de démocratie que d’une nouvelle forme d’aristocratie. Dans ce texte, les netocrates seraient en quelque sorte des hacktivistes qui, au travers du Net, renverseraient les vieilles sphères dominantes. L’auteur y parle de véritable idéologie de la transparence  : « Grâce à l’Internet, les gens peuvent communiquer et développer l’idéologie netocratique, qu’on pourrait appelée transparence. Cette idéologie, en partie née de la philosophie de travail de la communauté du Logiciel Libre, a donné naissance à une nouvelle façon de gérer la société, qui est parfois appelée Gouvernement Ouvert ou Démocratie Liquide. » Dans un paragraphe suivant, on retrouve à l’identique la précédente définition  : « A terme, la netocratie va imposer sa nouvelle forme de gouvernance et remplacer la démocratie représentative. Les personnes extérieures à la netocratie – celles qui ne comprennent pas les notions telles le hacking, l’ingénierie sociale ou d’autres compétences nécessaires à la survie digitale – seront les vrais parias de cette société. Malgré leur situation économique ou leur classe sociale actuelle, ces personnes seront manipulées et utilisées par celles qui possèdent ces compétences. Elles n’auront aucune influence sur le cours de 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :