VoX n°5 jun/jui/aoû 2013
VoX n°5 jun/jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de jun/jui/aoû 2013

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : voxlemag.wordpress.com

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur les netocrates.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
vok3 12 DOSSIER Les netocrates paradigme Point Fictif [Dieu] 0 Fiction Iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Les auteurs constatent donc que l’homme a cette tendance à s’inventer des modèles simplifiés (des fictions, pour reprendre l’exemple du temps féodal, la fiction étant Dieu) sur la façon dont le monde fonctionne et qui sont en étroite relation avec le paradigme du moment. Ce point fictif est l’ensemble des présupposés de base sur la structure de l’existence, une façon de voir le monde, généralement acceptée et dès lors socialement fonctionnelle (tout le monde se devait d’aller à la messe, l’inverse aurait été extrêmement choquant). Ce point permet de nous guider dans notre vie, de nous focaliser sur ce qui se passe. Ce point fictif est déterminant, car autour de lui se fixeront les structures de pouvoir qui utiliseront la fiction à son intérêt pour dominer autrui. Évidemment, la fiction n’est jamais décrite en tant que telle et les pouvoirs (pas seulement ceux des classes dirigeantes) ont mobilisé de grandes ressources pour rendre réel ce point fictif et pour le faire accéder au statut de vérité éternelle. Pour vous donner une image concrète de cette notion de point fictif essentiel pour comprendre Les Netocrates, reprenons depuis le départ l’exemple de la fiction féodale  : Dieu. Dieu était ce point fictif utilisé par l’Eglise, la monarchie et l’aristocratie pour justifier ses pouvoirs, ses privilèges, ses lois. Le paradigme et sa fiction centrale, Dieu, dictaient sa loi aux travers des structures de pouvoir. Les paysans devaient craindre Dieu, ses représentants, car l’enfer les guettaient au moindre écart de conduite, à la moindre insoumission susceptible d’être perçue comme l’œuvre du démon. La question de Dieu ne se posait pas, les structures de pouvoir imposaient Dieu, car c’était cette fiction qui leur procurait du pouvoir. Dieu devait être une vérité éternelle non pas parce qu’ils pensaient que c’était la vérité, qu’ils avaient foi en lui, mais parce que c’était la source de leurs privilèges, de leurs acquis, de leurs pouvoirs. A contrario, les paysans subissaient le paradigme et la fiction Dieu sans rien pouvoir entrevoir d’autres, car évidemment, tout était fait pour qu’ils ne sortent pas de ce paradigme. ; u
Changement de paradigme DOSSIER Les netocrates IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII Mais comment passer d’un paradigme à un autre ? Comment la féodalité a finalement oublié Dieu (ou l’a écarté), comment le capitalisme a pris sa place ? Comment la vie, la façon de penser a pu radicalement changer au point d’abandonner les rois, les trônes, les apparats aristocrates ? Comment la fiction Dieu a finalement été évincée des structures de pouvoir ? Passer d’un paradigme à un autre ne signifie pas s’informer, apprendre plus de nouvelles choses, ajouter plus de nouveaux faits, cela signifie plutôt que les nouveaux et anciens faits s’éclairent d’une lumière nouvelle, ce qui change radicalement notre façon de voir le monde. Un changement de paradigme se produit quand la constante fictive se déplace et subit une redéfinition. La fiction est l’épicentre du monde et quand elle se met en branle, qu’elle est remise en cause, elle fait l’effet d’un tremblement de terre et toutes les structures existantes sont bouleversées, renversées, métamorphosées. L’acceptation d’un nouveau paradigme ne laisse pratiquement aucune place à l’ancien, le monde est radicalement perçu de manière différente, tout paraît nouveau et laisse entrevoir une nouvelle façon de vivre, avec de nouvelles possibilités. La fiction et son paradigme sont renversés/transformés lorsque l’accès aux informations change. Cet accès détermine le champ des pensées, des actions possibles. Et l’accès aux informations change quand une nouvelle technologie le permet  : cela a été le cas avec l’écriture, l’imprimerie et ce sera le cas avec Internet. Par exemple, l’imprimerie a permis de diffuser les informations, informations qui ont nourri et inspiré les inventeurs, inventeurs qui ont donc inventé, innové encore plus. De nombreuses découvertes et recherches ont alors permis d’entrevoir une nouvelle façon d’appréhender le monde et de vivre différemment. La conséquence est donc l’amorçage d’un nouveau paradigme qui brise la fiction initiale. Une autre fiction s’affirme, avec sa constellation de nouvelles structures de pouvoir, de nouvelles élites Fiction qui se fera encore passer pour vérité universelle. Les auteurs précisent qu’ils ne sont pas dans le jugement. Il n’est pas question de savoir si ces fictions, la façon dont elles ont été utilisées sont bonnes ou mauvaises. Ils constatent, tout simplement, ils se servent de cet outil d’interprétation du monde (ce concept de fiction) pour comprendre les faits actuels, les structures complexes, et envisager comment pourrait se présenter le futur. Le résultat de cette réflexion est très surprenant et vous pourrez sentir ce choc du changement de paradigme qui donne à observer le monde différemment. Qu’il soit « vrai », « bon », « faux » ou « mauvais » n’est pas important, ce qui compte c’est son effet concret sur la perception du monde actuel, l’ouverture d’esprit qu’il peut provoquer pour peu qu’on ne s’enferme pas coûte que coûte aux vieilles façons de penser. Alors oui, vous pourrez être choqués. Acceptez le choc en vous, laissez vous bouleverser un instant. Le chamboulement des idées préconçues que nous avons tous porte toujours ses fruits. ; u v4:1 VO E:1 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :