VoX n°2 jun/jui/aoû 2012
VoX n°2 jun/jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jun/jui/aoû 2012

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : voxlemag.wordpress.com

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 8,1 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur l'anonymat dans l'histoire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
6 Une chose n'est pas juste parce qu'elle est loi ; mais elle doit être loi parce qu'elle est juste. Montesquieu
ÉDITO• Vo l Généralement, quand on découvre une série télé, ce n’est pas tant le pilote qui fixe le feuilleton, mais le second épisode. Le premier épisode n’est qu’une entrée en maère, traçant les grandes lignes, alors que le second impulse véritablement le rythme de croisière de tout un programme. C’est ce que nous avons voulu pour ce nouveau numéro de VoX magazine  : impulser le mouvement que nous avions amorcé dans le n°1. Dans cee idée, nous espérons d’ailleurs que les futurs numéros aillent encore plus loin. Anonymous est polymorphe, en constant mouvement, impossible à définir dans le cloisonnement d’une équee d’un diconnaire, ce que divers médias ou poliques essayent de faire. Nous voulons dans ce même esprit que chaque numéro se disngue des autres, car les acons et les objecfs d’Anonymous sont divers. Si ces acons sont diverses, c’est parce que les crises et les bouleversements sont légions. Et des bouleversements de grandes envergures, il y en a. A l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, le « printemps érable » gronde dans les rues du Québec, mais aussi sur la toile via des acons diverses soutenues et parfois iniées par Anonymous. Une première loi, visant à augmenter considérablement les frais universitaires, a semé les graines de révoltes ; une seconde loi limitant [devrions-nous dire « abolissant »] le droit de manifester a contraint les jeunes pousses à éclore. C’est le droit et le devoir qui font la loi, non l’inverse. Souvenons-nous des enseignements des Lumières  : « Une chose n’est pas juste parce qu’elle est loi ; mais elle doit être loi parce qu’elle est juste ». Quand les lois sont injustes, elles doivent être combaues. N’omeons pas d’évoquer nos frères syriens, emprisonnés entre un régime tyrannique et meurtrier, des milices disparates, des enjeux économiques, géopoliques et religieux confus, et une ONU à court de soluons. 13 000 morts jonchent le sol syrien, 13 000 morts de trop. N’oublions pas les Grecs, avec des représentants incapables de poser un terrain d’entente, partagés entre espoirs fous, indifférences fatalistes, colère combave ou haine idéologique. Le par néo-nazi Chryssi Avghi, qui a récemment acquis des sièges au parlement grec, a tout pour nous faire froid dans le dos en nous rappelant les pires discours (et acons qui peuvent en découler) d’un certain Adolf. Et là, nul besoin d’invoquer un point Godwin ou de crier au raccourci facile et caricatural, le rapprochement est malheureusement évident. X 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :