Vibration Clandestine n°33 nov/déc 2014
Vibration Clandestine n°33 nov/déc 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°33 de nov/déc 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Vibration Clandestine Édition

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : Aubenas reçoit pour la 16ème fois les Rencontres Cinéma d'Europe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
La Belle électrique Jeune salle de concert grenobloise, La Belle électrique, prise en charge par l’association MixLab, délégatrice de la ville de Grenoble, veut défendre ses propres idées musicales et ouvrir une porte sur les musiques amplifiées et électroniques. Anne-Laure Poulette est là pour répondre aux questions de Vibration Clandestine et pour faire toute la lumière sur les belles intentions de cette salle. Interview d’Anne-Laure Poulette, chargée de communication La Belle Electrique c’est une salle de concert, certes, mais dites nous en un peu plus. Il s’agit d’une salle de concert de 2287 m² dédiée aux musiques amplifiées et d’une jauge de 900 places, avec 2 bars et un restaurant. Elle possède une architecture en bois particulière en forme d’étoile à cinq branches élaborée par les architectes Hérault- Arnod, spécialement pour recevoir ce type de musique. Sa spécificité c’est également un équipement de haute technologie dédié aux arts numériques. Pourquoi avoir choisi de soutenir les musiques amplifiées et électroniques ? L’association MixLab défend la pluralité des genres musicaux qui s’inscrivent dans les musiques amplifiées. Le projet artistique et culturel de la salle est de plus conçu pour encourager la découverte et la curiosité de chacun, ce que 18 permettent les musiques amplifiées, car le terme englobe un bon nombre de styles de musiques. La programmation de la salle ne sera pas exclusivement électronique, au contraire, elle sera éclectique, comme l’est celle du festival Jour & Nuit. De plus, cette volonté s’inscrit dans le cadre du contrat de délégation de service public lancé par la ville de Grenoble. Quels sont les objectifs de MixLab avec une salle comme La Belle électrique ? Les objectifs de l’équipe avec cette salle sont de renforcer la diversité de l’offre artistique grenobloise en venant compléter l’offre artistique déjà présente et en accompagnant les structures locales dans la production de concerts, de renforcer la permanence artistique sur le territoire, et d’offrir l’ensemble des conditions nécessaires à la création avec un équipement à la pointe des nouvelles technologies. www.la-belle-electrique.com Photo  : William Ostorero Vinci Petit retour en arrière, faites-nous un bilan de votre festival Jour & Nuit du mois de septembre. On est vraiment content de cette 3 ème édition du festival ! Les soirées au Boulodrome de Grenoble ont remporté un vrai succès, l’installation avait vraiment de la gueule. On a affiché complet à 3 concerts, notamment celui de Quantic à La Bobine qui a inauguré en beauté le festival. On a eu des retours très positifs, les artistes et le public étaient ravis. Notre plus beau souvenir du festival, c’est la journée du dimanche ambiance block party, pour lequel le public est venu en masse sur le parvis de la Belle électrique écouter J Star et YessaI Crew, chiner des objets et déambuler au marché de créateurs. Tous les publics du festival se sont mélangés lors de cette journée, et on a vraiment eu l’impression que La Belle électrique vivait ses premiers instants !
CNSMD Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Lyon Le CNSMD, Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Lyon, a débuté sa nouvelle saison depuis le mois de septembre. De nombreuses représentations ont déjà eu lieu durant les deux premiers mois de cette saison, placées sous le signe de l’exploration des multiples définitions de la notion de frontière. Durant les mois à venir, le CNSMD propose au public de très nombreux évènements comme les récitals de ses étudiants, la nuit transfrontalière qui donne carte blanche à Vincent Ségal, les récréations musicales qui mettent en avant le travail musical de Jean-Marie Leclair. Au mois de décembre une représentation du Quatuor Rosamonde est programmée pour le festival de musique de chambre Cordes à 4. Dans le cadre du festival Rêvez en musique, la médiathèque de Vaise propose une résidence aux musiciens du Laboratoire Scène/Recherche. Sur le thème du rêve, les musiciens joueront dans ce lieu vivant où lecteurs, enfants et familles se côtoient. Également en décembre, pour fêter le centenaire de la naissance du personnage de Charlot, le CNSMD projette trois courts métrages sur grand écran. Réhabilités par la classe de musique à l’image, le public redécouvrira ces chefs d’œuvres grâce à la musique en direct, une actrice à part entière. Au mois de janvier, Addiction, un duo danseuse/musicien, invite le public à un voyage autour des dépendances humaines. Danse, musique, théâtre et vidéo se confondent et explorent la part d’ombre qui se cache en chacun de nous. Pour retrouver tous les évènements, majoritairement gratuits, du CNSMD, retrouvez l’agenda 2014/2015 sur www.cnsmd-lyon.fr Photo  : Stéphane Lagarde dwprod Lamuzgueule Bada Boom Boom Swing Un vent de fraîcheur, oui ça vient de Grenoble, qui porte une joyeuse troupe issue de l’époque de la prohibition et qui ne pense qu’à une chose, vous faire bouger au rythme de leur son électro swing. Bienvenue dans un univers qui respire à plein poumons les années folles. Alors oui, certains diront que c’est tendance depuis Caravan Palace mais attention ne fait pas danser les foules qui veut. Depuis 2008 ces 6 joyeux artistes enflamment les foules et enchaînent les premières parties et pas n’importe lesquelles, IAM, Tiken JAH Fakoly et bien d’autres encore ont partagé la scène avec ce collectif, Lamuzgeule. Leur 2 ème album, Bada Boom Boom Swing, a vu le jour au début de l’été, un savoureux mélange d’électro, de groove, de joie de vivre et bien entendu le tout dilué dans les sonorités des années 20. Le groupe n’a pas fini de faire parler de lui, Lamuzgueule devrait bientôt avoir tendance à devenir le plat de résistance sur de nombreuses scènes. Bonne écoute et bon appétit ! www.lamuzgueule.com 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :