Var-Matin n°2015-05-22 vendredi
Var-Matin n°2015-05-22 vendredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-05-22 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 118 Mo

  • Dans ce numéro : 62 000 chômeurs du Var sous contrôle.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Le Fait du jour Fliqués ou aidés ? À partir d’août prochain, 200 employés de Pôle emploi seront chargés de s’assurer que les demandeurs d’emploi font bien tout ce qu’il faut pour sortir du chômage. C’est la décision qui a été validée hier en Comité central d’entreprise de Pôle emploi. Elle avait déjà été entérinée mercredi par le conseil d’administration. 200 000 demandeurs d’emploi seront ainsi contrôlés chaque année. C’est en Paca, notamment, à Toulon et Manosque, que ce dispositif a déjà été testé l’an dernier. Seize contrôleurs, sur ces 200, seront affectés à la région Provence Alpes Côte d’Azur. Dispatchés un peu partout, ils officieront notamment dans le Var qui compte 62 000 chômeurs et les Alpes-Maritimes. Rares sanctions jusqu’à présent Au regard de la loi, rien de neuf sous le soleil. Ce contrôle est déjà inscrit noir sur blanc dans les missions de Pôle emploi. Aujourd’hui, chaque chômeur doit prouver qu’il est actif dans sa recherche sous peine d’être radié et de voir ses allocations suspendues (de quinze jours à six mois). Sauf que les Pôle emploi durcit le Après un test en Paca, Pôle emploi aprévu dès août une équipe de 200 contrôleurs chargés de vérifier que les demandeurs d’emploi recherchent bien un job. Le sujet fait polémique vibms'Pavaa. Qut var s etee41 1 ; 6,4 84462 sanctions sont rares. « La recherche d’emploi est une obligation légale aujourd’hui peu contrôlée », admet ainsi le rapport sur l’expérimentation menée l’an dernier (lire ci-dessous). Au total, 13 409 personnes ont été radiées en 2013 pour Les questions que vous vous posez Qui sera contrôlé ? Potentiellement, tous les demandeurs d’emploi indemnisés. La méthode retenue sera celle qui a été expérimentée en région Poitou-Charentes. Mi-aléatoire, mi-ciblée. Il est prévu que le chômeur soit systématiquement informé des actions en cours sur son dossier. Comment serai-je contrôlé ? Le contrôle débute par l’examen de votre dossier. Si l’équipe de contrôle soupçonne une insuffisance de recherche d’emploi, elle vous interroge par questionnaire, puis par téléphone, et enfin en face-à-face si le doute persiste. Le contrôleur tiendra compte des particularités locales et régionales. « Un ingénieur aéronautique ne retrouvera pas un emploi aussi facilement s’il habite Toulouse ou Menton », souligne un cadre de la direction de Pôle emploi. Comment serai-je sanctionné en cas de recherches insuffisantes ? Les sanctions vont d’un simple rappel à l’ordre, jusqu’à une radiation provisoire de 15 jours à 6 mois (en cas de récidive). Cela implique la perte de vos allocations chômage pendant cette durée. Quel est mon recours en cas de radiation ? Vous pouvez introduire un « recours » auprès du directeur d’agence, puis devant le tribunal administratif et/ou le médiateur de Pôle emploi. « insuffisance de recherche d’emploi », soit 2,5% des radiations totales, selon Pôle emploi. Avec ce nouveau dispositif, ce sont les moyens alloués qui changent. L’un des principaux avantages sera de séparer la mission de conseil et Trois régions, dont la nôtre, faisaient partie de l’expérimentation menée durant dix mois, dans douze agences. Pour Paca, il s’agissait de Toulon et Manosque. Près de 6600 demandeurs d’emploi ont ainsi fait l’objet d’un contrôle, selon le rapport que nous nous sommes procuré. Trois méthodes de contrôle ont été testées. En Paca, il a été majoritairement opéré par tirage au sort. En Franche-Comté, autre mode, celui du « ciblage », et en Poitou-Charentes, un mélange de ces deux dernièresméthodes. En Paca, 8%des demandeurs d’emploi ne recherchaient pas activement un emploi (radiation provisoire). Alors qu’en Franche- Comté, avec la méthode du ciblage, ils ont été 35% àse voir rappeler àl’ordre. Pour la généralisation nationale des contrôles, le modèle retenu sera celui de et tom ? e fa.Wree De erre snerice witoteire celle de contrôle. Cette dernièresera désormais exclusivement assurée par ces 200 agents recrutés en interne. Désormais, ceux qui traitent les dossiers devraient être « plus à l’aise dans leur relation de confiance avec les demandeurs », selon Pôle emploi. Ils n’auront plus àjouer au Père Fouettard. Selon la direction parisienne que nous avons contactée, ce dispositif ne sera assorti d’aucun objectif en termes de nombre de contrôles et de radiations. Mais il alimente la polémique. Poitou-Charentes (ciblage plus aléatoire). Si l’on se fie aux chiffres de Poitou-Charentes, on pourrait alors découvrir l’an prochain que 15% des chômeurs ne cherchent pas activement un emploi en Paca. Le rapport ne leur jette pas la pierre. « Cette expérimentation met en évidence la situation de demandeurs d’emploi ayant besoin d’être remobilisés en raison d’une insuffisante maîtrise des outils et démarches de recherche d’emploi ou en raison de difficultés particulières liées àleur situation personnelle. » La décision revient au directeur d’agence En clair,nombrededemandeurs ont baissé les bras face à la paperasse ou au Les syndicats soupçonnent le gouvernement de chercher à radier des chômeurs par temps de crise. Avec comme objectif d’en faire un élément d’inversion de la courbe du chômage. François Rebsamen, ministredutravail, s’en est fermement défendu. Beaucoup regrettent également la confusion que cette mesure introduit dans l’opinion publique. Ces contrôles concernent en effet des chômeurs légalement inscrits, mais qui ont, pour diverses raisons, interrompu leurs recherches.Etnon pas des fraudeurs qui profitent indûment des prestations. « Detoute façon, c’est contre le chômage qu’il faut lutter,pas contre les chômeurs », se désole Émilie Cantrin, déléguée syndicale CGT Pôle emploi Paca. Selon François Rebsamen, les expérimentations menées ont montré que les chômeurs qui avaient abandonné « étaient satisfaits d’avoir eu des contacts pour se relancer ». Une affirmation qui en laisse plus d’un sceptique. La crise actuelle n’offreeneffet, et on ne peut que le regretter,pas un emploi pour chacun. Ça se saurait. Ce qu’arévélé l’expérimentation En Paca, 8%des chômeurs ne recherchent pas activement un emploi. Avec la future méthode de contrôle, lechiffre pourrait monter à15%. (PhotoC.C.) Dossier : GRÉGORY LECLERC gleclerc@nicematin.fr manque de maîtrise d’Internet ou du français, ou parce qu’ils rencontrent par exemple des problèmes de santé. Si l’on en croit les conclusions de l’expérimentation, ce dispositif est bien accueilli par les conseillers et offre des garanties aux demandeurs d’emploi. « Il permet une approche collégiale, un contact avec le demandeur d’emploi, et une décision qui relève du directeur d’agence et offre donc la possibilité d’un second regard sur la situation. » Le rapport note que, après sanction,les contestations de la partdes demandeurs d’emploi sont rares. Le nombre de radiations annulées est faible. « Aucune décision de radiation n’a fait l’objet d’une saisine du médiateur ou du juge. » La majeure partie des demandeurs d’emploi se réinscrit après radiation (61 à 71%).
contrôledes chômeurs ÀToulon, ilsmisentsur le suiviindividuel Nicole Fayman est une femme d’action. Basée à Toulon, elle est administratrice de Solidarités nouvelles face au chômage (SNC). Une trentaine de bénévoles œuvrent autour d’elle pour accompagner des chercheurs d’emploi. Au niveau national, SNC compte 1800 bénévoles pour 2900 chercheurs d’emplois pris en charge. L’association fête cette année son trentième anniversaire. « Notre vocation, c’est l’accompagnement et les aider à retrouver le chemin de l’emploi au travers d’un suivi personnalisé. » À Toulon, Nicole Fayman et une trentaine de bénévoles se mobilisent aux côtés des chômeurs. (Photo Dominique Leriche) 62% deretour àl’emploi Chaque jour, Nicole Fayman voit passer des chômeurs qui se battent jusqu’à épuisement, parfois jusqu’au découragement. Le contrôle renforcé voté par Pôle emploi attriste cette associative. « Une fois de plus, avec cette mesure, c’est considérer les chiffres du chômage comme des chiffres et ne pas vouloir voir que ce sont des hommes et des femmes qui sont derrière. » SNC peut parler en connaissance de cause. Ce sont ainsi près de 62% des chômeurs qu’elle suit qui retrouvent un emploi ! Lapreuve, selon Nicole Fayman, qu’un suivi personnalisé est une des clés pour retrouver un job. Elle en est sûre : « Ces contrôles annoncés sont une manière de faire baisser les chiffres du chômage. » Les 5 arguments de la direction de Pôle emploi Le sujet est brûlant. Il risque en effet de raviver l’incompréhension entre chômeurs et agents de Pôle emploi. Aucun cadre de Pôle emploi Provence Alpes Côte d’Azur n’a souhaité répondre ànos questions. Nous avons donc aimablement été redirigés vers la direction générale à Paris. Là encore, personne pour parler à visage découvert, mais un cadreaaccepté de répondre à nos questions. Voici cinq arguments, parmi d’autres, que Pôle emploi avance. Une séparation du contrôle et de l’accompagnement. « C’est une mesure bien vécue par les agents. Il fallait séparer les deux. Le conseiller ne se sentait pas légitime en demandant d’un côté la confiance de la personne en face de lui et en la sanctionnant de l’autre. Cela créait un doute. Demain le conseiller ne parlera que du futur avec le demandeur d’emploi, et ne s’occupera plus du contrôle. C’est une équipe dédiée qui s’en occupera. » Les agents chargés des contrôles connaissent la région. 200 équivalents temps plein sont prévus sur le territoire français, au sein des effectifs actuels. « Ilfaut que ce soit des personnes qui travaillent à Pôle emploi pour connaître le métier et tenir compte des caractéristiques des régions. » Seize agents seront affectés à Paca, dispatchés sur le territoire. « On part a priori là-dessus, mais certaines choses ne sont pas encore tranchées. » Les caractéristiques des régions sont prises en compte. La sélection des chômeurs àcontrôler se fera pour une partau hasard, et pour une autrevia un ciblage. « Il faudra travailler avec chaque région pour prendre en compte les caractéristiques de chaque territoire. » La chasse aux fraudeurs c’est autre chose. « Un fraudeur c’est quelqu’un qui fabrique un faux document, une fausse fiche de paye pour bénéficier de prestations indues. C’est du pénal. L’équipe dont nous parlons sera chargée de contrôler ceux qui ne recherchent pas suffisamment activement un emploi. Cela n’a rien àvoir. » L’objectif n’est pas la sanction. « Sinon la sanction ne serait pas que de quinze jours. Il s’agit de repérer une personne qui a baissé les bras pour raisons de santé ou pour des problématiques sociales par exemple. On ne va pas reprocher aux gens de ne pas retrouver du travail. On peut leur reprocher pour une petite part denepas mettre le maximum de chances de leur côté. » En Paca, selon ce cadre, 80% recherchent activement un travail. « Parmi ces 20%, 12% n’ont pas été sanctionnés car on a considéré que cela ne relevait pas d’une faute mais d’une autre problématique. On est seulement à 8% de personnes sanctionnées. Et 62% d’entre elles se sont réinscrites. » Solidarité nouvelles face au chômage côtoie chaque jour le système. L’association siège dans les comités de liaison de Pôle emploi, aux côtés des organismes partenaires et des associations représentantes des chômeurs. Lessyndicatsconviennent que le contrôle est indispensable pour vérifier la bonne utilisation des fonds publics. Mais il existait déjà et certaines centrales dénoncent la méthode qui consisterait à faire du chômeur un bouc émissaire (1). Parmi les critiques les plus répandues, une émerge : on mettrait des moyens sur un poste qui ne serait pas une priorité en temps de crise. « C’est contre le chômage qu’il faut lutter pas contre les chômeurs, proteste ainsi Émilie Cantrin, déléguée syndicale CGT Pôle emploi Paca. Être sans emploi, c’est épuisant. La hausse du chômage ne vient sûrement pas du fait que des chômeurs ne cherchent pas de travail. » Beaucoup dénoncent le fait qu’on prenne sur les moyens existants pour attaquer ce front. Et regrettent qu’ils ne soient pas plutôt placés sur le suiviet l’accompagnement des chômeurs. « Onconstate qu’on manque de moyens pour recevoir et pour faire face àlamontéeexponentielle du chômage. Et là on va consacrer des collègues exclusivementaucontrôle. Ils auraientété plus utiles dans le réseau », regrette ainsi Eric Almagro du Syndicat national unitaire (SNU) Pôle emploi Paca. var-matin Vendredi 22 mai 2015 Gilles de Labarre, président national de SNC constate que le chômage est dans les enquêtes d’opinion une des préoccupations principales des Français. Il se dit troublé par une enquête du Centre deRecherche pour l’Étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) de septembre2014. Un dossier relatif à la perception de l’État providence par les Français. Une étude qui constate « une forte hausse des personnes qui pensent que les chômeurs n’en font pas assez pour s’en sortir ». « Une double peine insupportable » Le chômage en préoccupation n°1 des Français mais qui côtoie cette perception de chômeurs-profiteurs : « On retrouve là une des contradictions structurelles de la société française », analyse Gilles de Labarre. Pour lui, elle illustre « la méconnaissance de ce qu’est la vie d’un chômeur au quotidien ». Selon Gilles de Labarre, il est de la stigmatisation comme de la calomnie. Il en reste toujours quelque chose. « Au-delà des piètres résultats découlant de la lutte contre le chômage, il est une chose tout aussi grave vis-à-vis des personnes touchées par ce mal social récurrent, c’est la stigmatisation dont ils sont victimes. Cette double peine que nous pourrions soulager est insupportable. » Sur Internet : www.snc.asso.fr ou www.snctoulon.fr « Lutter contre le chômage, pas contre les chômeurs » « Un chômeur n’est pas un fainéant » Les syndicatsque nous avons interrogés se rejoignent tous sur un point. Cette mesure donne le sentiment que les chômeurs profitent du système. Jean- Manuel Gomes, élu CCE CFDT, secrétaire du comité central d’entreprise, prévient : « Certains vont se dire qu’on va enfin contrôler les fainéants. Sauf qu’un demandeur d’emploi n’est pas un fainéant. » De manière générale, la CFDT est malgré tout favorable à cette organisation. Selon elle, ce dispositif permettra surtout de mieux repérer et remotiver des demandeurs d’emploi en situation de décrochage. « Nous pouvons parfois nous tromper dans l’orientation d’un chômeur. Là, ce sera l’occasion de réévaluer son suivi et sa situation. » Un autre point inquiète la CGT. Selon Émilie Cantrin, cette méthode ne s’attaque qu’aux gens en difficulté : « Quand on est instruit, il n’est pas dur d’échapper aux contrôles. C’est plus difficile pour ceux qui maîtrisent mal la langue française. » SNU et CGT y voient une tentative masquée pour faire baisser les chiffres du chômage. Ce que réfutela direction de Pôle emploi (lire ci-contre). Pour Eric Almagro du SNU, ce dispositif ne serait là que pour satisfaire l’opinion publique. « Chaque gouvernement fait hélas la même chose. » 1. La CFDT, la CFE-CGC et la CFTC ont voté pour, CGT et FO se sont abstenus.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 1Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 2-3Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 4-5Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 6-7Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 8-9Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 10-11Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 12-13Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 14-15Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 16-17Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 18-19Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 20-21Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 22-23Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 24-25Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 26-27Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 28-29Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 30-31Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 32-33Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 34-35Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 36-37Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 38-39Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 40-41Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 42-43Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 44-45Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 46-47Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 48-49Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 50-51Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 52-53Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 54-55Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 56-57Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 58-59Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 60-61Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 62-63Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 64-65Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 66-67Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 68-69Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 70-71Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 72-73Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 74-75Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 76-77Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 78-79Var-Matin numéro 2015-05-22 vendredi Page 80