Univers Interactif n°2 avr/mai 1995
Univers Interactif n°2 avr/mai 1995
  • Prix facial : 35 F

  • Parution : n°2 de avr/mai 1995

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Pressimage

  • Format : (204 x 266) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 86,9 Mo

  • Dans ce numéro : vers un monde sans papier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
A chaque nouvel espar,'sa nouvelle culture, ses nouveaux codes, ses nouvelles expressions... use the F.A.Q ! Mister 404, are you Rom-brained ? Soudain, l'hypercommunication apparaît... et ça fait peur. L'espéranto sera Cyber par Pascal Forneri Il suffit de passer à peine cinq minutes sur le Net pour se rendre compte que l'on est dans une AUTRE DIMENSION. En fait, non, à peine cinq secondes : dès la première ligne de log-on, ou connexion, c'est le dépaysement. Parce que pour donner des ordres à la machine, il faut connaître son language, rentrer dans un univers qui a son propre jargon, le plus souvent en anglais. Ne pas le connaître, c'est rester sur le quai. Passées les portes du Net, une fois que l'on se retrouve entre humains et que l'on croit avoir gagné le droit de converser normalement, comme au bistrot, là encore le language a mué en une sorte d'argot international, basé sur l'anglais. Et je dis bien basé, car sur le Net, casbah électronique, cette langue ressemble à un étrange hybride composé de mots et d'expressions empruntées à plusieurs dialectes. On y parle d'Infobahn, de Rumorazzi, de Netiquette. Le véritable espéranto ne sortira pas de livres d'école ou de mûres réflexions d'académiciens : il est en marche, aujourd'hui. Et il sera cyber. Que ce soit clair : pour surfer efficacement sur le Net, visiter le village global, il faut s'exprimer en anglais. Histoire de pouvoir se comprendre en se retrouvant sur une plate-forme commune, pratique, entendue. Mais le dialecte cyber est un anglais sérieusement malmené. Le reste des cybernautes s'y est mis, il va falloir s'aligner-n'en déplaise au Ministre de la Culture. La beauté d'Internet, c'est le voyage, et comme dans tout voyage, il convient de faire un effort pour comprendre les autres. Bien sûr, on peut toujours rester entre touristes français. Pour cela, il y a toujours le Minitel, ce petit village irréductible de gaulois... >Internet, c'est un peu la TOUR DE BABEL : une faune y parle une multitude de langues... à la différence que maintenant on s'y comprend. Si l'anglais sert de base, progressivement chaque citoyen du monde aventure au milieu d'une phrase un mot de sa langue natale, un mot qui semble mieux illustrer l'idée. S'il accroche bien, il se répand très vite. C'est donc une vraie conception organique de l'évolution de la langue, un peu comme l'argot. La "Super-Autoroute de 30 >interactif n°2 Avril/Mai 1995 l'Information" ou "Information Super- Highway" est devenue très vite "Infobahn". Pourquoi ? c'est plus court, ça sonne bien, on imagine des colonnes de BMW qui filent à toute allure ?.. Je ne sais pas, mais le mot me plaît. Par contre, il est évident que "Super-Autoroute de l'Information" n'est pas un net progrès. Et ce n'est pas un censeur de l'Académie Française qui pourra me convaincre du contraire. La perméabilité des langues entre elles est un processus entamé depuis des siècles. Rien de nouveau. Mais, au Moyen-Age, à moins de partir aux Croisades, un français avait peu de chance de souiller la pureté de sa langue. L'âge digital écrase le temps et l'espace : ces collisions de langues se font plus fréquemment que jamais, voilà pourquoi on s'inquiète. Cette peur du mélange s'apparente à une conception aryenne des langues. Pour l'instant il n'y a pas de censeur sur le Net et la seule autorité linguistique est celle de ce qui fonctionne pour le plus grand nombre. Le cybernaute se sent citoyen d'un nouveau monde, il est normal qu'il veuille sa propre langue. L'univers électronique est devenu un espace dans lequel on vit et on communique. L'écrivain américain Mark Leyner est un des premiers à jouer avec les mots techniques et à les faire briller comme un poète. William Gibson joue également avec l'espéranto cyber depuis le classique Neuromancer. Avec l'explosion cyber, la terminologie informatique a gagné un sens figuré. "Hardware" et "software" ont fait des petits : on dit "wetware" pour le'[t• cerveau. Pourquoi pas "froufrouware" pour les logiciels féminins ? La première fois que je suis tombé sur un numéro de Mondo 2000, la revue cyber pionnière, le langage m'a donné le vertige. Images fortes, terriblement attirantes, mais relativement incompréhensibles. Je n'arrivais pas à comprendre les textes, tout en ayant conscience qu'un univers cohérent circulait sous cet hermétisme apparent. Pourquoi ce langage différent ? Parce que ce magazine reflétait le fourmillement linguistique du Net, rapportait les bizarreries organiques des collisions entre les langues. Quel foutoir mais quel pied ! Jouissif parce que l'on s'aperçoit que l'on n'est pas le seul à mélanger "hacker", "factoid" "télécharger" et "que tal" dans la phrase. Comme dirait De Funes : I was épaté. >Il existe une telle profusion de mots qui apparaissent sur le Net que Wired, LA GAZE-1 - RICAINE DE TOMME CYBER s'amuse chaque mois à répertorier quelques-unes des apparitions les plus fameuses : ça s'appelle "jargon watch". Il n'y a pas encore de dictionnaire de l'espéranto cyber, mais cet archivage entame le boulot. Qu'un "rumorazzi" soit un paparazzi des rumeurs, ça coule de source. Qu'un "vaporware" soit un logiciel qui n'existe pas, c'est bien. Et je ne parle même pas des abréviations qui rentrent dans une autre famille de la nouvelle langue cyber, avec ses FAQ (Frequently Asked Questions) et autres LOL (Laughing Out Loud). Pensez que ce journal est américain mais que ces expressions sont peut-être aussi répertoriées et publiées au Japon, en Italie, etc... et nous voilà avec l'espéranto cyber en pleine expansion, à l'air libre. A terme, le développement du Net devrait aboutir à la fusion des langues. Le processus est en marche. On peut imaginer que cet espéranto ne remplacera pas les langues maternelles mais deviendra une sorte de seconde langue universelle. Ce qui veut dire qu'elle aura sa propre littérature, ses blagues, ses mots-croisés... Et quand la langue sera truffée d'exotique, pleine de mots et d'expressions qui identifient l'ailleurs, le village global de Mc Luhan sera devenu linguistique.,,
CULTURE. EDUCATION. EVEIL LOISIRS• DIVERTISSEMENT L'édition électronique est aujourd'hui une réalité et vous faites partie des pionniers de ce nouveau marché. Fort de 15 ans d'expérience, de 1000 éditeurs, de la venue de 800 auteurs et de 1300 journalistes, le Salon du Livre vous invite à participer à ce rendez-vous incontournable de l'édition. Peur la première fois, 192 000 visiteurs dont 30 000 professionnels vous attendent dans : L'ESPACE MULTIMÉDIA du 15e SALON DU LIVRE 17-22 MARS 1995 PARIS - PORTE DE VERSAILLES Pour recevoir votre dossier d'inscription, contactez : 01P - Christophe Conte - Tél. : (16-1) 49 53 27 00 - Fax : (16-1) 49 53 27 88 OIP/ESPACE MULTIMÉDIA - 62, rue de Miromesnil 75008 Paris



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 1Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 2-3Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 4-5Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 6-7Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 8-9Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 10-11Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 12-13Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 14-15Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 16-17Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 18-19Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 20-21Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 22-23Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 24-25Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 26-27Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 28-29Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 30-31Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 32-33Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 34-35Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 36-37Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 38-39Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 40-41Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 42-43Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 44-45Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 46-47Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 48-49Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 50-51Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 52-53Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 54-55Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 56-57Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 58-59Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 60-61Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 62-63Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 64-65Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 66-67Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 68-69Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 70-71Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 72-73Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 74-75Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 76-77Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 78-79Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 80-81Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 82-83Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 84-85Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 86-87Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 88-89Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 90-91Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 92-93Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 94-95Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 96-97Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 98-99Univers Interactif numéro 2 avr/mai 1995 Page 100