Univers Interactif n°11 jui/aoû 1996
Univers Interactif n°11 jui/aoû 1996
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°11 de jui/aoû 1996

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Pressimage

  • Format : (204 x 265) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 77,5 Mo

  • Dans ce numéro : pourquoi nous avons tant de mal à grandir, le Monde des Semi-Adultes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
et autres pseudo-euphorisants naturels. Aucun doute ne subsiste quant aux vertus excitantes de ces produits : mélangez un complexe vitaminé actif, de l'éphédrine, dont les capacités excitantes sont médicalement reconnues, de la caféine, et quelques autres substances du même acabit, et le tour est joué. Un quart d'heure après l'ingestion, l'heureux consommateur reçoit une claque énergétique lui permettant de tenir jusqu'au bout de la nuit, et plus si nécessaire. >QUANT aux promesses de "visions internes", de "sensations sexuelles", de "conscience cosmique" ou de "protection contre la dégénérescence des cellules", elles ont surtout comme Sur Internet, la moindre assises l'autopersuasion du consommateur... La loi américaine autorise la vente libre des produits à base de plantes et vitamines, tant que celles-ci n'ont pas été formellement reconnues comme dangereuses et réservées à l'industrie pharmaceutique par le Département de la Santé. Pourtant, les composants de ces produits ne sont parfois pas sans danger. L'Ephedra, la plante la plus souvent utilisée dans ses "nouvelles potions magiques", tire ses facultés d'un de ses composants chimiques : l'éphédrine. Et les facultés de celle-ci ne sont plus à démontrer : augmentation du rythme cardiaque et hypertension pouvant entraîner chez certains sujets des syncopes lors de surdosage. Alternative Health Research Inc., la firme qui distribue "Ultimate Xphoria" s'est d'ailleurs retrouvée dans le box des accusés lors d'un procès cherchant à établir les causes de la mort de Peter Schlendorf, un étudiant américain de vingt ans. Les lois européennes, et surtout françaises, sont, quant à elles, beaucoup plus draconiennes, fonctionnant sur le principe de l'interdiction préalable : un produit "pharmacologique" doit être spécifiquement autorisé à la vente. Les "extases" à base de plantes sont donc purement et simplement interdites sur le territoire national. Ce qui ne semble malgré tout pas trop gêner quelques VPCistes. L'Allemagne est le pays européen le 60 >interactif n°11 Eté1996 plus en avance dans le domaine des compléments nutritionnels et des "energy drinks" qui peuvent leur être assimilés. Encore une fois, on mise sur un public jeune, proche de la scène techno, à qui l'on promet les mêmes effets qu'avec les psychotropes traditionnels, sans l'illégalité et de façon bien moins onéreuse. >Comme les "smart drugs" américaines, les "energy drinks" possèdent des noms évocateurs qui ne laissent que peu de place à l'imagination : "Red Bull", "Black Panther", "Flying Horse", etc. Se démarquant nettement des "boissons d'apport glucidique de l'effort" telles que "Athlon" ou "Isostar", ces breuvages s'adressent à une clientèle de jeunes branchés. "Smart" n'hésite pas pour cela à concevoir une boisson d'un bleu pur qui prend plus naturellement sa place dans le bar à cocktail que dans le vestiaire de la salle de gymnastique. Et ce positionnement a réussi à implémenter de façon durable un nouveau type de produits lié à la mentalité "new age", à la mode du moment : ce sont plus de 78 millions de litres qui ont été vendus dans la communauté européenne en 1995 ! Mais les freins législatifs français ont jusqu'ici empêché la pénétration des "energy drinks" sur le marché hexagonal. Les dirigeants d'ADN Marketing, le distributeur de "Smart", en on fait les frais. Ayant positionné leur produit dans la catégorie des compléments alimentaires, ils se sont vus refuser purement et simplement l'autorisation de commercialisation. La société française Kanel a su négocier habilement le problème en sortant son produit "X-Energy drink" dans la catégorie des soft-drinks, se positionnant comme concurrent direct des sodas classiques (Coca-Cola et Sprite). Aucune barrière légale ne l'interdisait, même si la descente d'une canette de X-Energy drink peut provoquer un net changement dans votre comportement. Il est vrai que Kanel a pris toutes les précautions nécessaires pour ne fournir dans sa boisson que des ingrédients sans aucune contre-indication ni effets secondaires indésirables. Avec X-Energy drink la voie est ouverte en France pour toute une nouvelle gamme de produits. Vous ne pourrez d'ailleurs pas manquer la campagne de publicité que Kanel va mener cet été sous la forme d'opérations coup de poing. Et il est d'ores et déjà certain que 1997 verra le rayon soft-drink de vos supermarchés s'étoffer considérablement. >MAIS IL EST POSSIBLE d'aller toujours plus loin, et les gourous bio de cette fin de siècle vous offrent, en prime, l'intelligence dans votre assiette ! Car à côté des "smart drugs" et des "energy drinks", pour lesquelles on se rappellera les (présupposées) vertus euphorisantes, sont également mises en
avant les "brain drugs", qui promettent, mentalement", les trucs qui permettent elles, ni plus ni moins que de pouvoir d'obtenir en vente par correspondance les augmenter son intelligence. Ces drogues médicaments délivrés sur ordonnance, (qui ne sont que très rarement naturelles) etc. sont le plus souvent des médicaments >ON RETROUVE PELE-MELE prescrits pour certains troubles dans le capharnaüm du petit chimiste neurologiques (maladie d'Alzheimer, adepte des "brain drugs" : des acides Parkinson, etc) ou leurs dérivés. Plusieurs aminés, des vitamines (B1, B3, B12...), types d'actions sur le cerveau seraient à des neuroleptiques puissants, etc. Le même de stimuler directement discours sous-tendant l'utilisation de ces l'intelligence : création de liens entre substances oscille allègrement entre le neurones, oxygénation du cerveau, jargon scientifique le plus abstru et la augmentation des niveaux électriques des philosophie zen. Pour expliquer les transmissions entre neurones, etc. Les bienfaits de l'oxygénation du cerveau, on adeptes de ces "brain drugs" se pourra donc choisir librement entre la transmettent leurs petites "recettes", version "priver le cerveau d'oxygène cherchant les médicaments en vente libre entraîne des lésions qui, si le manque qui permettent de "s'optimiser dépasse 300 secondes, peuvent causer la recherche sur les mort" et l'impayable version orientalisante : la respiration est à la base des philosophies orientales de bien-être (Yoga, Chi Kung et arts martiaux), les orientaux pratiquant ces doctrines sont en meilleure forme physique et mentale que la moyenne, DONC l'oxygénation est vitale pour l'intelligence... Imparable, non ? >INTERNET est un milieu particulièrement fécond pour ce genre de réflexions, et la moindre recherche sur les "brain drugs" (ou "nootropics") aboutit à plus de 1400 pages Web ! La frontière est souvent assez floue entre les "brain drugs", "smart drugs", "smart drinks" et autres "energy drinks", certaines substances prisées par les amateurs de l'amplification mentale sont "brain drues" aboutit à plus de 1400 pages Web ! souvent les ingrédients inclus dans les "smart drugs", censés provoquer l'état euphorique annoncé. Timothy Leary, le pape du LSD récemment disparu, doit déjà se retourner dans sa tombe. Car toute cette mouvance n'a finalement que très peu à voir avec la recherche d'états psychédéliques des Leary, Burroughs et autres Huxley... Là où ceux-ci recherchaient, grâce aux psychotropes, un "trip", un voyage dans la pensée, une conscience amplifiée, un "chaos merveilleux", les adeptes des "smart drugs" ne cherchent qu'à s'ancrer dans la réalité, à augmenter leur efficacité. Le désir ne consiste pas en la découverte d'horizons, mais en un repli sur soi, sur ses propres capacités, prétendument augmentées. Le credo des aficionados de la pastille vitaminée est clairement évocateur en ce sens là : "un esprit sain dans un corps sain"... >Pas de surprise alors lorsque l'on apprend que les chewing-gums que mâchent plg de 10% des japonais s'appellent "Strong Punch", "Black Black" ou "Super Black" et appartiennent à cette nouvelle famille de produits dopants. >interactif n°11 Eté 1996 61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 1Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 2-3Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 4-5Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 6-7Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 8-9Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 10-11Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 12-13Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 14-15Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 16-17Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 18-19Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 20-21Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 22-23Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 24-25Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 26-27Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 28-29Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 30-31Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 32-33Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 34-35Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 36-37Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 38-39Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 40-41Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 42-43Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 44-45Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 46-47Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 48-49Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 50-51Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 52-53Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 54-55Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 56-57Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 58-59Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 60-61Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 62-63Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 64-65Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 66-67Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 68-69Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 70-71Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 72-73Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 74-75Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 76-77Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 78-79Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 80-81Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 82-83Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 84-85Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 86-87Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 88-89Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 90-91Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 92-93Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 94-95Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 96-97Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 98-99Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 100