Univers Interactif n°11 jui/aoû 1996
Univers Interactif n°11 jui/aoû 1996
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°11 de jui/aoû 1996

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Pressimage

  • Format : (204 x 265) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 77,5 Mo

  • Dans ce numéro : pourquoi nous avons tant de mal à grandir, le Monde des Semi-Adultes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
semaine. Sur ce volume, 90% était consacré à la spéculation. Dans ces conditions, le rôle joué par les Banques Centrales, au niveau national, se trouve pour le moins limité. Comme elles perdent rapidement leur pouvoir, des cris d'alarme s'élèvent pour réclamer une nouvelle régulation plus centralisée, organisée à un niveau supranational. D'où le projet controversé de Banque Mondiale Européenne, censée réussir là où les Banques des membres de l'Union éprouvent des difficultés croissantes. Pour contrôler les réseaux, François Fillon, Ministre français des Télécommunications, place ses espoirs dans la collaboration interétatique et l'élaboration d'un nouveau droit international (3). Mais, comme on le voit dans la construction européenne, les Etats ne tombent pas facilement d'accord. Et créer un droit ne suffit pas, encore faut-il qu'il soit appliqué. >ACTUELLEMENT, les Etats occidentaux se lancent sur les autoroutes de l'information. Al Gore a donné le coup d'envoi en 1992, lors de sa candidature à la vice-présidence des Etats-Unis. En employant le terme de "Information Superhighways", il faisait référence au programme de grands travaux publics, sur lequel s'était appuyé le New Deal proposé aux Américains par le président Roosevelt (dont le père d'Al Gore fut l'un des collaborateurs) pour sortir l'Amérique de la crise des années 30. Les superautoroutes de l'information auraient les mêmes vertus. Mais ce qui a changé depuis le New Deal, c'est que l'Etat américain entend ne pas trop investir dans la construction des infrastructures des Autoroutes de l'Information. Ce sont les acteurs privés qui sont censés débourser les 100 milliards de dollars nécessaires, l'Etat se contentant principalement de déréglementer le secteur des 50 >interactif n°11 Eté 1996 télécommunications. Sur les traces des Etats-Unis, l'Union Européenne voudrait, elle aussi, laisser l'initiative privée supporter les coûts de l'opération, estimée à 1000 milliards de francs pour équiper l'ensemble de ses membres. Pareil en France, où l'Etat se veut avant tout incitateur. Et dans les pays pauvres, ce ne sont pas moins de 26 compagnies de téléphone qui seront mises en vente dans les trois prochaines années. Gageons que les entreprises privées, qui bâtiront les autoroutes de l'information, prendront les garanties nécessaires pour être hors d'atteinte des autorités étatiques. >Si elles choisissent de se baser sur un réseau de satellites plutôt que sur un système de câbles, il leur sera sans doute plus facile de réussir. Parce qu'ils bénéficient de conditions réglementaires très favorables et qu'ils n'ont pas à investir dans des réseaux terrestres, les opérateurs de téléphonie mobile et les opérateurs de service par satellite sont devenus extrêmement actifs et ont pour ambition de conquérir une part importante du marché des services de communication. Motorola travaille, par exemple, sur le développement de son projet Iridium, prévu pour 1998, de 66 satellites répartis autour de la Terre et capables d'offrir partout sur le globe un service de téléphonie mobile et d'échanges de données à l'aide d'un combiné téléphonique de poche. >PARALLELEMENT, attirés par l'aubaine d'un nouveau marché, sinon du Nouveau Marché, les grands groupes financiers et industriels s'allient afin de réunir leurs compétences et leurs capacités d'investissement, et ce en dehors de tout contrôle étatique, donc démocratique. Selon l'économiste Ricardo Petrella : "En tenant compte des alliances qu'ils passent entre eux, on peut estimer qu'une dizaine de réseaux mondiaux, plus ou moins intégrés, constituent de véritables machines de guerre dont le but exclusif est la conquête et la domination de nouveaux marchés."(4). "La mondialisation - renchérit l'urbaniste-philosophe Paul Virilio- entraîne l'autonomisation de groupes restreints. Autrement dit, de sectes qui partagent le pouvoir. Il y a une sectorisation et un sectarisme d'Internet, partie intégrante de la mondialisation. On dépasse l'Etat-Nation au profit d'ensembles plus restreints. Il y a une déconstruction de l'Etat national qui ne va pas dans le sens d'un dépassement de l'Etat-Nation mais d'une régression aux tribus, aux groupes de pression qui ont précédé l'Etat national." (5) A côté, les Etats jouent aux équilibristes en tentant de favoriser une croissance dont ils attendent des emplois et des ressources, tout en affichant une volonté de contrôle dont ils sont loin d'avoir les moyens. Ainsi bon gré mal gré, sont-ils contraints d'entrer dans la course et de se livrer une concurrence effrénée. Concurrence qui se résume à une alternative simple, ainsi que le reconnaît Bachrum Harahap, secrétaire d'Etat pour le Développement de la Coopération Bilatérale et Multilatérale de l'Indonésie : "lorsqu'il s'agit d'attirer les investissements, c'est comme à la guerre : tuer ou être tué.". >L'ETAT-NATION est en perte de vitesse, en voie de remplacement par d'autres formes de pouvoir. Comme le soutient l'économiste Kennichi Omhao, père de la théorie de la triade, dans son ouvrage, The borderless world, nous entrons dans l'ère de l'"Interlinked Economy", les trois ensembles régionaux (Europe, Etats-unis, Asie) tissent un tel écheveau de relations croisées que les nationalismes économiques deviennent sans fondement.
Les entreprises privées, qui bâtiront les autoroutes de l'information, prendront les garanties nécessaires pour être hors d'atteinte des autorités étatiques. (1) Les téléservices en France. Quels marchés pour les autoroutes de l'information ? Paris, La Documentation française, collection des Rapports officiels, 1994 (2) Rapport sur quelques conséquences des nouvelles techniques d'information et de communication pour la vie des hommes : l'homme cybernétique, Sénateur Franck Sérusclat au nom de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, mars 1995 (3) Télérama, hors série, Le délire multimédia, 1996 (4) Deux articles de Ricardo Petrella, Les nouvelles tables de la loi et Les patrons de la terre, Le Monde diplomatique, collection Manière de voir n°28 sur "Les nouveaux maîtres du monde", 1995 (5) Interview de Paul Virilio, Cahier multimédia de Libération, 10 mai 1996. >interactif n°10 Eté 1996 51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 1Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 2-3Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 4-5Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 6-7Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 8-9Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 10-11Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 12-13Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 14-15Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 16-17Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 18-19Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 20-21Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 22-23Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 24-25Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 26-27Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 28-29Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 30-31Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 32-33Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 34-35Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 36-37Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 38-39Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 40-41Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 42-43Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 44-45Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 46-47Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 48-49Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 50-51Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 52-53Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 54-55Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 56-57Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 58-59Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 60-61Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 62-63Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 64-65Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 66-67Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 68-69Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 70-71Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 72-73Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 74-75Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 76-77Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 78-79Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 80-81Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 82-83Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 84-85Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 86-87Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 88-89Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 90-91Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 92-93Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 94-95Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 96-97Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 98-99Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 100