Univers Interactif n°11 jui/aoû 1996
Univers Interactif n°11 jui/aoû 1996
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°11 de jui/aoû 1996

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Pressimage

  • Format : (204 x 265) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 77,5 Mo

  • Dans ce numéro : pourquoi nous avons tant de mal à grandir, le Monde des Semi-Adultes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
En réduisant le monde son conformisme de masse et à sa vision horizontale de tout, la nouvelle classe d'adolescents prolongés refuse demande-t-on à Brando dans l'un des films fondateurs du culte moderne de l'adolescence. "Vous proposez quoi ? " répond le blouson noir. >VOILÀ LE SCHÉMA TYPIQUE de l'adolescence prolongée dans l'âge adulte : le refus de l'autorité sans véritable critique organisée de celle-ci crée une génération pour qui mûrir est une abomination. Le résultat est que cette frange SEMI-ADULTE de la population est récupérée par la grande culture de masse. Elle seule développe depuis des décennies des discours spécialement adaptés à ces mal-mûris : ainsi arrive-t-on à croire que le jean - c'est-à-dire le vêtement le plus conformiste de toute l'histoire de l'humanité- est une affirmation d'individualité, que boire du Pepsi est un acte de liberté, que Fun Radio est la soupape du désir d'expression, que l'analyse des Guignols tient lieu de critique des politiques ou encore qu'un 40 >interactif n°11 Eté 1996 de créer des valeurs pour les plus jeunes, met en doute l'expérience apportée par l'âge et oublie quelle doit ce monde a des morts. remix d'un chanteur africain est un mélange innovateur et une aspiration à découvrir la "différence". >LE PARTI-PRIS qui forme la trame de ce refus de l'âge adulte : l'HORIZONTALITE. Insipide et postmoderne. Rien n'est vraiment supérieur à autre chose. Le rapper vaut le jazzman qu'il sample, tel show de variétés est "digne des surréalistes", tel film mal construit est "durassien", telle entreprise s'attribue une "culture" en appelant n'importe quelle fadaise écologiste à son secours... En réduisant le monde à son conformisme de masse et à sa vision horizontale de tout, la nouvelle classe d'adolescents prolongés refuse de créer des valeurs pour les plus jeunes (ou pour ceux qui voudraient d'un autre monde), met en doute l'expérience apportée par l'âge et oublie qu'elle doit ce monde à
des morts. Regardez la position de l'adolescent dans une famille : tout occupé à chercher sa place, il est celui qui se préoccupe le moins des petits ou des aïeuls. >NOTRE CIVILISATION tire ses valeurs de ce modèle semi-adulte. Il n'est que d'en observer les maîtres, stars ou puissants : à mesure qu'ils s'élèvent dans la hiérarchie, beaucoup d'entre eux deviennent de pathétiques préadolescents : l'actrice Demi Moore a six assistants, un pour les vêtements, un autre pour les cheveux... l'un de ces assistants a même un assistant... ce qui est encore assez raisonnable à côté de son mari Bruce Willis, qui en a 22. Les grands hommes d'affaires font lire la presse par des assistants qui leur rédigent des résumés. Liz Taylor n'a jamais mis le pied dans une banque de sa vie, ce qui témoigne d'un âge mental avec lequel les chirurgiens tentent d'accorder son physique. Tout cela ayant le succès que l'on connaît. >Ces bouffées d'insatisfaction puérile, d'incapacité à vivre sa propre vie sont la manifestation d'une ère dont la valeur phare est l'irresponsabilité. Avec ce qu'elle a de "postmoderne" : "L'argent américain est vraiment joli à voir, raconte Andy Warhol. Je l'aime plus que n'importe quel autre. J'en ai jeté dans l'East River, rien que pour le voir flotter". Le fait que toute l'oeuvre de Warhol tournait autour des problèmes de Corps, d'âge... ne surprendra pas. Des individus "bien dans leur âge", des exemples d'adultes, de même que de vrais jeunes, insouciants, sont bien rares. Ne pas vieillir est une obsession qui commence de plus en plus tôt. >En cela, on se trouve à l'exacte antipode d'une authentique civilisation, comme celle des Amérindiens, que le non-conformisme de masse ne se prive pourtant pas de commercialiser abondamment. Dans la vision indienne des choses, la VERTICALITE est quelque chose d'essentiel : penser verticalement c'est regarder en dessous vers l'enfant et au dessus vers l'aïeul, l'ancêtre, les esprits. Comme dans les mythes, ou comme une certaine poésie continue à tenter de le dire, la pensée verticale apprend à connaître ce(ux) dont elle hérite le monde et à former ceux pour qui elle le prépare. Elle instaure le temps plutôt que la montre, installe de vrais âges plutôt qu'une inconfortable et éternelle semi-jeunesse, et fait de la vie de chacun une histoire pleine de sens. Vertical est le DROIT d'être, horizontale est l'obsession de la survie."Le droit de vivre ne se mendie pas. Il se prend." disait le cambrioleur anarchiste Jacob devant ses juges. Garder en tête que ce droit nous vient en lignée verticale et non point hiérarchique, voilà ce qui fit supporter à cet homme vingt ans de bagne. Le souvenir de ce genre d'insurgé fascine par la qualité de la révolte, par sa rigueur. Les premiers soubresauts individualistes étaient des révoltes contre les structures fondées sur une pensée hiérarchique. Elles ont détruit dans leur élan la pensée verticale et les structures hiérarchiques sont restées. On verra bientôt, dans cette lignée, l'effet conjugué de l'ultra-capitalisme et du jeunisme conformiste. Les "libertariens" américains nous promettent un monde d'entreprises sauvages, de drogues en vente libre et de flics privés. Il se pourrait que le scénario plaise autant aux grands enfants riches qu'aux faux adultes pauvres. Nous vivons une ère de faux individualisme. >SOUVENONS NOUS de ce que disait Marshall McLuhan : "Il existe deux sortes de violence liées à la même situation : d'abord celle qui dérive de l'insignifiance de tout un chacun, ensuite celle qui procède de l'impulsion de restaurer notre intime sens de nousmême par des actes de violence". Ces "actes", il faut apprendre à les reconnaître dans des domaines plus variés qu'il n'y parait : de la chirurgie esthétique au port d'arme, du S.M à la gourmandise pour le malheur des stars, du goût pour le cynisme médiatique à l'échangisme... Beaucoup de ce qui nous semble de plus en plus pénible dans le monde est lié à sa grandissante irréalité pour chacun de nous. L'être intime, entier, qui se souvient et qui voit, que sa propre compagnie n'ennuie pas, est pour beaucoup d'entre nous un très vague souvenir. Nous croyons sain de le retrouver de temps à autre dans des "moments d'intensité" choisis. Ils sont nos "BA" d'aujourd'hui. Nous nous regardons les vivre avec autosatisfaction : spiritualité, cinéma "intelligent", tourisme romantique, pratique forcenée d'activités "intellectuelles", solipsisme, humanitaire... Nous tentons tous à un moment ou un autre de fuir la mollesse de l'horizontal, le flou ouaté de cette adolescence qui s'oublie. Toujours le syndrome de l'escalator en panne qu'il faut monter. Prenez un groupe d'amis d'âge adulte, combien vous diront qu'ils se sentent encore "gamins", ou que leur mental est bloqué sur 27 ans, ou encore qu'ils ont la sensation que leur âge physique ne correspond plus à ce qu'ils se sentent encore être ? Qu'est ce qui les retient de grandir ? L'angoisse du vertical. La survie les a forcés à se prendre vite pour des adultes, et ils n'y sont jamais pleinement parvenus. A ce problème, que chacun connaît à sa façon, réfléchir n'est certes pas une solution. C'est pourtant de loin la moins mauvaise. >interactif n°11 Eté 1996 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 1Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 2-3Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 4-5Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 6-7Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 8-9Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 10-11Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 12-13Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 14-15Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 16-17Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 18-19Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 20-21Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 22-23Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 24-25Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 26-27Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 28-29Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 30-31Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 32-33Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 34-35Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 36-37Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 38-39Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 40-41Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 42-43Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 44-45Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 46-47Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 48-49Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 50-51Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 52-53Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 54-55Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 56-57Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 58-59Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 60-61Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 62-63Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 64-65Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 66-67Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 68-69Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 70-71Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 72-73Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 74-75Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 76-77Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 78-79Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 80-81Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 82-83Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 84-85Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 86-87Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 88-89Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 90-91Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 92-93Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 94-95Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 96-97Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 98-99Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 100