Univers Interactif n°11 jui/aoû 1996
Univers Interactif n°11 jui/aoû 1996
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°11 de jui/aoû 1996

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Pressimage

  • Format : (204 x 265) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 77,5 Mo

  • Dans ce numéro : pourquoi nous avons tant de mal à grandir, le Monde des Semi-Adultes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
• par Francis Mizio Ceci est une croûte (mais que c'est moi qui l'ai faite) >Des plumes d oie, du café, une bougie en suit et un stock invraisemblable de cahiers pour recopier cent fois au propre les vingt tomes des Rougon-Macquart. On n'imagine pas l'extase dans l'effort qu'a dû connaître un type comme Zola. Heureux écrivain... Mais quel tâcheron ! 32 >interactif n°11 Eté 1996 >
>DE NOS JOURS, un coup de traitement de texte et voilà que je t'accouche sans douleur d'un tapuscrit taille Bible tous les deux jours et que je t'inonde de liasses de papier les éditeurs : "Avez-vous reçu mon dernier tome -le n°24- celui qui parle de ma première communion ? ". Exit les Balzac, Tolstoï et autres petits producteurs : s'ils avaient connu Word 5 (pas le six, c'est une usine à gaz), ils auraient pu produire une oeuvre conséquente. Du sérieux, pas de l'artisanat laborieux. C'est que le microordinateur facilite la création. Il la suscite même. Tous Faulkner ! : copier-coller-couper, hop combien de signes, hop un vérificateur d'orthographe, hop, hop... Le PC et le Mac m'ont inoculé la logorrhée, docteur. >ENSUITE, IL Y A EU L'ARRIVEE DE LA PAO : Aldus Page Maker 1.0, Mac Draw, Mac Paint. Avec la version 1.5 de Page Maker sont apparus les encadrés, les cercles, la superbe police Zapf Dingbats pour faire de beaux papiers à entête avec des palmiers pixellisés, ou pour dessiner un train entier avec les wagons derrière son nom. Des horizons nouveaux s'ouvrirent. Le flash : Gutenberg, c'est toi, c'est moi, c'est nous tous. L'association des boulistes mayennais, Le club des drosophiles dorées : tout le monde s'est mis à publier, à faire de la PAO. On pouvait identifier la version du logiciel utilisée rien qu'en observant les dérapages d'une mise en page toujours très avant-gardiste. Aucun respect des règles typo. Le sens de lecture bouleversé. Des encadrés (coins courbes) et des ronds partout. Des polices de caractères torturées. Et que je t'étroitise avec Xpress les polices à 35%. Et que je t'habille le texte avec des dessins remplis des charmants motifs "briques" ou "tuiles" de Mac Draw/Paint. Plus tard, mes cartes de voeux, mes invitations, mes flyers pour les rave-parties dans le garage se sont mis à relever d'une forme hardcore de l'imprimé. Rien qu'à les regarder, t'hallucinais. On dira ce qu'on voudra : l'ectasy ne remplacera jamais la force psyché de l'écrit. Au niveau du papier, je veux dire. Tu vois... C'était le bon vieux temps. Parce qu'aujourd'hui, je ne sais plus où donner de la tête : voilà que je publie sur le Web. J'ai assimilé Illustrator et Photoshop. J'ai mon scanner pour recycler les motifs de mon tapis d'escalier (plus "matière" qu'une simple image de magazine). Je passe des nuits blanches à faire l'aller et retour entre Netscape et mon éditeur HTML qui n'est pas WYSIWYG. 2h34 pour tapisser la page d'accueil en répétant le même motif (un kouglof aux raisins sur une table en Formica, derrière : des biches au bord d'un lac). Oubliés, les fanzines photocopiés dans le dos du patron (le toner d'imprimantelaser n'est pas donné) et diffusés dans un périmètre qui ne dépassait pas deux rues. Je fais dans le planétaire. Après tout, un bouquin, ça ne reste que deux mois en librairie. Alors que le Web, lui au moins... 10 images cliquables par page (des bidouillages personnels à coup de filtre d'emboutissage et d'effet auréoles de Photoshop = 1,2 Mo au minimum, soit 3 quarts d'heure de chargement) sur mon site qui parle de mon chat. Du texte qui clignote de partout. Un fond de page rose pour valoriser le texte rouge taille 12. Des liens qui renvoient deux lignes plus bas... Et puis les animations Java et ShockWave, les images Gif animées, un compteur de visiteurs (vous êtes le 2ème, etc.), l'heure locale... Ça vit. Ça bouge. Les gens n'en reviennent pas. D'ailleurs, ils disent (bluffés ?) : "je n'aurais jamais cru qu'un truc pareil soit possible". Et pourtant..., vingt siècles de technologie ont abouti à ce miracle. >MAIS CE N'EST PAS TOUT : je suis devenu un créateur polymorphe, polyvalent, polystyle, polytechnique. Rien ne peut plus m'arrêter. Grâce au numérique, j'ai trouvé l'équation gagnante. La voici : [(Camescope numérique ou scanner APS ou PhotoCD Kodak) + (microphone + bruits de pets et de lavabos qui se vident + accoloratIons morceaux de bandes d'actus des années 50 Quicktime + images de Tahitiennes)] x100% de [(récupération tous azimuts sur des CD- ROM) + (logiciel de création de films et de dessins animés + création d'images de synthèse + images fractales + paysages à la KptBryce)] x (six mois de boulot) = UN CLIP ! Et pas de la petite bière : pas du diaporama tristounet et bricolo de famille en vacances à Palavas, avec des ektas voilés grattés à l'épingle pour rédiger les bancstitres. Non ! Du quasi-pro avec lequel, franchement, je peux me mesurer aux plus grands. Terminés, là aussi, les albumsphotos avec bandes de texte rajoutées à la colle blanche grumeleuse qui pue l'orgeat ; oubliées les soirées diapos assommantes avec un drap tendu sur la fenêtre du salon pour une projection gondolée. Maintenant, on se retrouve à quinze personnes serrées devant mon 13" pour découvrir mon oeuvre qui défile sur une fenêtre taille 6x6. Il y a du contact, des échanges. Il se passe indéniablement quelque chose. Je peux vraiment dire maintenant qu'on se bouscule pour voir ce que Je réalise. >VIVEMENT les logiciels de pilotage de formes que je puisse sculpter un nain de bureau (je n'ai pas de jardin). En attendant, afin de mieux étudier les attitudes humaines, je travaille sur un logiciel de création de jeu d'arcade. Dès que j'ai un mois de libre, je me programme un logiciel d'édition d'étiquettes de pots de confitures. Six mois : une banque de données multi-entrées (par thèmes, dates, tailles et avec moteur de recherche) pour indexer ma collection de boîtes d'allumettes. Un an : je me lance pour un calendrier fond d'écran qui chante Happy Birthday To You à la date convenue. >MAIS JE VOUS VOIS SOURIRE. Je vous sens railleur. Vous ricanez, même. Vous pensez que l'expression artistique et la création protéiformes ne sont réservées qu'à ceux qui ont du goût, et du bon. Sachez que si vous êtes de ces eugénistes des arts personnels maintenant démocratisés, que si ce que je fais naître dans l'effort et la nuit calme n'a pas l'heur de vous plaire, cela n'a strictement aucune importance. Parce que c'est moi qui l'ai fait. Et ça, c'est ma liberté. >interactif n°11 Eté 1996 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 1Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 2-3Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 4-5Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 6-7Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 8-9Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 10-11Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 12-13Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 14-15Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 16-17Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 18-19Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 20-21Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 22-23Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 24-25Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 26-27Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 28-29Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 30-31Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 32-33Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 34-35Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 36-37Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 38-39Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 40-41Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 42-43Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 44-45Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 46-47Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 48-49Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 50-51Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 52-53Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 54-55Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 56-57Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 58-59Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 60-61Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 62-63Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 64-65Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 66-67Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 68-69Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 70-71Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 72-73Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 74-75Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 76-77Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 78-79Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 80-81Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 82-83Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 84-85Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 86-87Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 88-89Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 90-91Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 92-93Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 94-95Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 96-97Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 98-99Univers Interactif numéro 11 jui/aoû 1996 Page 100