Travail n°74 mai 2012
Travail n°74 mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de mai 2012

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : un meilleur départ pour les jeunes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
DR 34 | Mai 2012, n o 74 | Articles généraux La production d’origan est le nouveau visage du développement de cette région : c’est une culture facile et économique, qui ne nuit à la santé de personne, au goût et à l’odeur agréables. La promotion de cette activité fait partie du plan global de soutien lancé par l’OIT et financé par le Fonds de redressement du Liban, en 2008, afin d’encourager la reprise socio-économique dans les régions du Sud-Liban affectées par la guerre de juillet 2006 avec Israël. « Je voulais changer de voie depuis longtemps mais je ne connaissais aucune alternative viable jusqu’à ce que notre coopérative locale soit approchée par l’OIT pour la production d’origan », déclare Hassan. Hassan a entrepris cette transition parce que, comparé à la culture du tabac, l’origan est une activité à bas coût, qui consomme moins d’eau et requiert moins d’efforts. Il peut aussi être plus rentable : les récoltes d’origan peuvent représenter une hausse du revenu annuel de 850 000 livres libanaises (566 dollars) par famille par rapport à celles du tabac. Cependant, diversifier les cultures et assurer la vente de nouveaux produits tels que l’origan reste un défi. Quelque 25 000 familles du Sud-Liban – environ 60 pour cent de la population locale – continuent de dépendre du secteur du tabac subventionné par l’Etat pour leurs moyens de subsistance. En raison d’une longue politique gouvernementale de soutien aux prix, le tabac est considéré par beaucoup de gens de la région comme une culture commerciale sûre – offrant au cultivateur moyen un revenu annuel équivalant à 2400 dollars. Un impact économique et social terrible Mais en plus des risques sanitaires bien connus liés à la consommation du tabac, la plante amère peut avoir des conséquences sociales et économiques terribles. Une bonne partie du tabac dans le monde est cultivé grâce au travail des enfants et le Liban ne fait pas exception. Hassan, 41 ans, a lui-même travaillé dès l’âge de 7 ans sur les 8 hectares de la plantation familiale de tabac. La culture du tabac est souvent une affaire de famille qui débouche sur la déscolarisation des enfants et la surexploitation des femmes. Plus d’un tiers des 100 000 enfants qui travaillent au Liban sont employés dans des plantations de tabac. Travailler dans le secteur du tabac est une tâche à la fois très intensive et épuisante. Femmes, hommes et enfants endurent de longues heures de travail, courbés, exposés à la nicotine et aux pesticides. Qui plus est, cultiver le tabac participe aussi à la dégradation de l’environnement : l’usage du bois pour le séchage contribue à la déforestation ; les pesticides polluent les sols et les ressources en eau ; l’énorme besoin d’irrigation épuise les réserves d’eau. A côté de sa contribution à une économie plus respectueuse de l’environnement, le programme d’appui de l’OIT a aussi pour objectif d’aider les zones rurales du Sud-Liban à se redresser après le conflit de juillet 2006. Par l’intermédiaire de 12 coopératives partenaires, l’OIT a formé plus de 110 producteurs dans 28 villages sur la façon de préparer les sols, de planter et de cultiver l’origan ; elle a fourni les semences et les matériels d’irrigation. Les plants d’origan servent aussi de fleurs aromatiques pour les ruches des apiculteurs que soutient l’OIT aux alentours. Parallèlement à la culture de l’origan, le programme de l’OIT apporte aussi son appui à la culture des olives, l’apiculture, le bétail et la pêche ; à la formation qualifiante de personnes handicapées pour les aider à s’insérer dans la vie active ; au renforcement des capacités des syndicats, des municipalités et des coopératives, et aux mécanismes de microcrédit. « Notre maison a été sévèrement endommagée et notre récolte a été brûlée pendant la guerre, nous nous réjouissons donc de l’assistance de l’OIT. Dans un premier temps, nous avons planté 1 hectare d’origan à titre d’essai. J’en suis maintenant à ma troisième saison et je consacre la moitié de mon terrain – 4 hectares – entièrement à l’origan », dit Hassan.•
M. Crozet/OIT Mai 2012, n o 74 | Articles généraux | 35 Une coopérative kényenne vend des microassurances par téléphone La décision prise par les Nations Unies de déclarer 2012 Année internationale des coopératives permet d’attirer l’attention sur une nouvelle forme d’organisation commerciale, établie de longue date mais parfois ignorée. L’OIT considère les coopératives comme utiles pour améliorer les conditions de vie et de travail des hommes et des femmes dans le monde, ainsi que pour mettre à disposition des infrastructures et des services de base. Reportage d’Andrew Bibby, journaliste basé à Londres, depuis le Kenya où un assureur coopératif propose une assurance de base grâce à la technologie des téléphones portables. Pour les commerçants des rues de Nairobi et des autres grandes villes du Kenya, il suffit de saisir le simple code *547# sur un téléphone portable pour bénéficier de la sécurité liée à la souscription d’une assurance de base – une couverture pour des risques comme la maladie et les accidents. Les primes peuvent être payées par des versements périodiques de seulement 20 shillings kényens (20 cents de dollar E.-U.) à la fois, effectués automatiquement grâce au système de transfert de fonds par téléphonie mobile. L’assureur coopératif kényen CIC a introduit un dispositif permettant d’utiliser la technologie mobile à la fin de 2010 ; son directeur exécutif, Nelson Kuria, est enthousiaste quant aux opportunités ainsi offertes à la vaste majorité des Kényens qui n’ont aucune assurance du tout. Il souligne par CIC



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :