Travail n°74 mai 2012
Travail n°74 mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de mai 2012

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : un meilleur départ pour les jeunes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
M. Crozet/OIT 16 | Mai 2012, n o 74 | En couverture travail montre que la croissance est nécessaire mais pas suffisante si elle n’est pas axée sur la création d’emplois. Dans les pays d’Amérique latine, la question de l’emploi des jeunes figure déjà à l’agenda politique. Lors du forum, Services d’emploi et de migration pour les jeunes au Pérou En dépit d’une expansion économique réelle lors de la décennie écoulée, deux chômeurs sur trois au Pérou étaient âgés de 15 à 29 ans en 2010. Quatre jeunes travailleurs sur cinq occupaient des emplois précaires et plus de la moitié (56 pour cent) des huit millions de jeunes Péruviens envisageaient de s’expatrier s’ils en avaient la possibilité. Pour relever ces défis, le Pérou a initié une stratégie nationale et un plan d’action pour l’emploi des jeunes (2009-2012) qui s’attaquent aux problèmes de l’emploi et du sous-emploi des jeunes. Les activités menées dans le cadre du plan favorisent la création d’emplois, l’esprit d’entreprise et l’employabilité. La mise en œuvre est supervisée par une commission tripartite nationale incluant de jeunes représentants des organisations d’employeurs et de travailleurs. Sur les 370 000 personnes concernées, plus de 260 000 jeunes démunis ont pu jusqu’à présent bénéficier des dispositions du plan. S’appuyant sur une enquête nationale montrant que plus de 75 pour cent des microentreprises gérées par des jeunes n’ont pas duré plus d’un an, le gouvernement a introduit une série de réformes institutionnelles. Il s’agit de réduire la « paperasserie » et les coûts liés aux candidatures proposées par les services publics de l’emploi (SPE) ; d’instaurer un certificat unique et gratuit délivré par Si la société ne crée pas d’emplois pour eux, les jeunes auront tendance à perdre confiance dans nos institutions démocratiques des représentants des gouvernements, des organisations d’employeurs et des syndicats se sont mis d’accord sur l’importance de ne pas abandonner les jeunes à leur sort et sur le fait que des politiques spécifiques devaient contribuer à améliorer leur accès à des emplois décents quand ils se présentent sur le marché du travail. L’OIT a récemment commencé à développer des plateformes régionales de coopération sur l’emploi des jeunes. Ces plateformes peuvent aider les pays à partager leurs connaissances, à suivre les progrès de la mise en œuvre des politiques et des programmes et à rassembler des expertises, y compris par le biais d’examen par les pairs et d’apprentissage mutuel.• un « guichet unique » qui regroupe tous les renseignements sur les jeunes candidats (certi joven) ; de moderniser les services d’orientation de carrière ; d’établir un programme de formation (joven emprendedor) destiné aux jeunes entrepreneurs en plus d’un système d’information qui simplifie les études de marché ; et de créer un service d’information et d’orientation pour les jeunes Péruviens expatriés et pour ceux qui prévoient d’émigrer (Infomigra). Certaines des mesures citées ont été intégrées dans la nouvelle politique nationale d’emploi qui incorpore l’emploi des jeunes. L’OIT a travaillé en étroite collaboration avec le ministère du Travail et avec le Comité interministériel pour l’emploi en vue d’élaborer un plan d’action pour l’emploi des jeunes et de mettre en œuvre une politique nationale d’emploi. Les activités ont été soutenues par le Programme pour l’emploi et la migration des jeunes qui est financé à hauteur de trois millions de dollars par le Fonds espagnol pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. Elles ont été mises en œuvre par le ministère du Travail, le ministère des Femmes et du Développement social, le secrétariat d’Etat à la Jeunesse et l’Institut national de statistique. L’assistance technique a été apportée par l’équipe de pays des Nations Unies qui réunit l’OIT, le FNUAP, le PNUD et l’OIM.
M. Crozet/OIT Mai 2012, n o 74 | En couverture | 17 Donner à la nouvelle génération d’Indonésiens les compétences et la confiance en soi pour trouver un travail décent Le Président Susilo Bambang Yudhoyono s’adressant à la 100 e Conférence internationale du Travail à Genève En Indonésie, la nouvelle génération est créative, connectée, impliquée et désireuse de réussir. Mais aujourd’hui, trop nombreux sont ceux qui ne trouvent pas de travail décent. Plus de six jeunes travailleurs sur dix sont piégés dans les professions peu qualifiées et faiblement productives du secteur informel. Mais comme le montre le reportage effectué par le journaliste Eric May en Indonésie, où la création d’emplois pour les jeunes est devenue une priorité absolue, le changement est possible. Wardah est étudiante à l’université ; elle a suivi une formation aux compétences d’entrepreneur intitulée « Démarrez votre entreprise » dans le cadre du Projet OIT EAST dans le Sud- Sulawesi, une région qui enregistre l’un des plus forts taux de chômage des jeunes de toute l’Indonésie. Après la formation, Wardah a investi l’argent qu’elle avait économisé pour lancer sa propre affaire de services de téléphonie mobile. Elle a obtenu un retour sur investissement après deux mois d’activité et les affaires marchent la jeunesse peut apporter une contribution essentielle à la prospérité générale. nous devons investir davantage dans les secteurs qui créent des emplois pour les jeunes tellement bien pour Wardah qu’elle envisage d’ouvrir une plus grande boutique. Wardah est l’une des milliers de jeunes qui ont bénéficié des activités menées par l’OIT et ses partenaires au sein du gouvernement indonésien, ainsi que par les associations d’employeurs et les syndicats du pays. En plus du financement des bailleurs internationaux, ils ont tous apporté une contribution essentielle pour améliorer la situation de l’emploi des jeunes en Indonésie. Il y a dix ans, l’OIT a aidé à attirer l’attention sur le problème de l’emploi des jeunes en Indonésie et a apporté son appui aux responsables politiques pour concrétiser leurs priorités d’action. En 2002, l’Indonésie est devenue l’un des premiers pays à répondre aux Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies concernant l’emploi des jeunes, devenant ainsi un des chefs de file du Réseau pour l’emploi des jeunes des Nations Unies. Le gouvernement indonésien, les organisations d’employeurs et les syndicats, avec le soutien de l’OIT et du gouvernement néerlandais, ont fait énormément pour que la situation de l’emploi des jeunes progresse en Indonésie.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :