Travail n°74 mai 2012
Travail n°74 mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de mai 2012

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : un meilleur départ pour les jeunes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 | Mai 2012, n o 74 | En couverture « La formation à elle seule ne crée jamais d’emplois » Le spécialiste de l’OIT avertit cependant que « la formation à elle seule ne crée jamais d’emplois ». Selon M. Axmann, la formation en entreprise aide les jeunes gens à mettre un pied dans le monde du travail. En raison du manque d’expérience professionnelle, ce type de formation aide les jeunes et les employeurs à faire connaissance. « Les lieux de travail offrent un environnement propice à l’apprentissage, à l’acquisition de savoir-faire sur les équipements modernes et de compétences générales – esprit d’équipe, communication et négociation – liées à l’expérience du monde réel. La formation en entreprise facilite le recrutement en permettant aux employeurs et à leurs futurs employés d’apprendre à se connaître, tandis que les stagiaires contribuent au chiffre d’affaires des organismes de formation », explique l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) dans un récent rapport. L’emploi des jeunes en Serbie En Serbie, le taux de chômage parmi les jeunes est trois fois supérieur à celui des adultes (respectivement 37,4 et 12,3 pour cent en 2010). Les jeunes les moins éduqués, les jeunes Roms, les jeunes déplacés et réfugiés, sont confrontés à des problèmes encore plus graves : sous-emploi, emplois précaires, mauvaises conditions de travail et travail dans le secteur informel de l’économie. La politique et le plan d’action en faveur de l’emploi des jeunes (2009-2011) du pays mettent l’accent sur une croissance intensive en emploi, sur l’employabilité et l’insertion sur le marché du travail grâce à des mesures ciblées, et sur la gouvernance du marché de l’emploi des jeunes. Environ 3,9 millions de dollars, émanant de fonds publics et de donateurs et distribués par le fonds pour l’emploi des jeunes, ont appuyé la mise en œuvre de toute une série de mesures intégrées pour l’emploi des jeunes. Les programmes actifs du marché du travail ont ciblé plus de 3500 jeunes démunis. La plupart de ces jeunes gens ont un faible niveau d’instruction (85 pour cent), sont au chômage de longue date (60 pour cent) et n’ont aucune expérience professionnelle (52 pour cent). Les données produites par le gouvernement montrent que, parmi les jeunes bénéficiaires qui travaillent, pas moins de 85 pour cent occupent un emploi à plein temps. Plus de la moitié d’entre Le rapport de l’OCDE insiste sur le fait que « les possibilités de formation en entreprise sont aussi l’expression directe des besoins des employeurs qui sont les mieux à même d’offrir des débouchés dans les domaines où les qualifications font défaut ». Adapter les compétences aux emplois d’avenir Dans tous les pays, les conséquences pour le développement des compétences sont considérables. La plupart des emplois qui seront créés au cours des vingt prochaines années n’existent pas aujourd’hui ; pourtant l’essentiel de la main-d’œuvre de ces années est déjà en cours d’instruction ou de formation. Le développement des compétences devrait jouer un rôle majeur dans la conversion des économies à l’utilisation d’énergies propres en créant de nouveaux « emplois verts ». Plusieurs pays font déjà état de pénuries de compétences dans les énergies renouvelables et d’autres secteurs « verts ». « Il existe un besoin impérieux de formation pour toute une eux travaillent dans l’entreprise où ils ont suivi leur formation (57 pour cent) et utilisent les compétences acquises grâce à la formation sur le tas (62 pour cent). Qui plus est, les salaires des participants au programme sont entre 10 et 20 pour cent au-dessus du salaire minimum légal. L’OIT a collaboré avec les ministères de l’Economie et du Développement régional, du Travail et de la Politique sociale, et avec les partenaires sociaux, au développement et à l’application de la politique et du plan d’action en faveur de l’emploi des jeunes ; à la création du Fonds pour l’emploi des jeunes ; au développement d’objectifs et de cibles spécifiques à l’emploi des jeunes fondés sur l’expérience ; à l’intégration du marché du travail, des services sociaux et de migration ; et au renforcement des capacités du marché du travail. YEM
série de compétences requises dans ces divers emplois afin que les économies puissent à la fois continuer à se ‘verdir’et à réaliser le potentiel de croissance de l’emploi que recèle cette mutation », indique l’OIT dans un rapport à paraître sur les compétences et les emplois verts. Dans bien des cas, il a fallu réformer les programmes de formation pour qu’ils répondent aux exigences du monde du travail actuel. « Cela implique souvent une refonte complète de la manière dont les compétences sont acquises. Plutôt que d’apprendre à mémoriser de grandes quantités de détails techniques, les étudiants Mai 2012, n o 74 | En couverture | 15 doivent apprendre à réfléchir dans des contextes fonctionnels et à adopter une approche analytique des problèmes », explique M. Axmann. « Dans l’enseignement et la formation professionnels, nous avons trop longtemps incité nos étudiants à façonner leur cerveau comme un ordinateur doté d’un petit processeur et d’une vaste mémoire ; or, ce dont ils ont vraiment besoin pour réussir dans le monde du travail aujourd’hui, c’est d’un cerveau avec un processeur beaucoup plus performant, les capacités de mémoire pouvant être largement réduites », conclut le spécialiste de l’OIT.• Etre à l’écoute des jeunes d’Amérique latine « Il ne saurait y avoir de progrès social et économique durable sans que l’on relève le défi de la création de meilleures perspectives d’emploi pour les jeunes », a déclaré la directrice régionale de l’OIT pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Elizabeth Tinoco, aux participants du En Amérique latine, quand un jeune trouve du travail, il s’agit très souvent d’un emploi dans le secteur informel – où travaillent 60 jeunes sur 100 de la région. La pénurie d’emplois disponibles pour les jeunes, ainsi que la piètre qualité de ces emplois, est source de frustration et de colère. En Amérique latine, près de 20 millions de jeunes gens ne sont ni scolarisés ni en formation et n’ont pas non plus de travail. « Ecoutons ce qu’ils ont à nous dire. Le chômage et le sous-emploi des jeunes nous ont empêché d’exploiter le potentiel de cette génération, la plus qualifiée et la mieux formée que nous ayons jamais eue. Les répercussions politiques sont aussi très Forum international « Emploi, jeunesse et gouvernance démocratique » à Lima, au Pérou, en décembre dernier. « Si la société ne crée pas d’emplois pour eux, les jeunes auront tendance à perdre confiance dans nos institutions démocratiques. » fortes parce que les jeunes sont descendus dans la rue pour demander des comptes aux démocraties. Ils veulent des débouchés. Ecoutons ce qu’ils ont à dire et agissons en conséquence », a déclaré M me Tinoco lors du forum. Appel à une croissance tirée par l’emploi Les participants se sont accordés pour dire que les problèmes d’emploi des jeunes sont structurels et exigent des politiques spécifiques pour y remédier. Le fait que le chômage des jeunes, le sousemploi et l’informalité demeurent élevés même lorsque la région améliore ses performances pour d’autres indicateurs du marché du M. Crozet/OIT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :