Travail n°66 août 2009
Travail n°66 août 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de août 2009

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : endiguer la crise, les dirigeants du monde adoptent un « Pacte mondial pour l'emploi ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Droits réservés L’OIT DANS L’HISTOIRE Dès 1750 environ, les travailleurs avaient commencé à s’organiser en Europe. Les gouvernements et les employeurs avaient réagi rapidement ; des lois et des règlements furent adoptés pour restreindre ces activités. En Grande- Bretagne par exemple, la loi sur les coalitions de 1799 est demeurée en vigueur pendant vingt-cinq ans, réglementant et même interdisant les organisations de travailleurs, entre autres. Mais au fil du temps, le droit de « se coaliser » a gagné du terrain. Le Traité de Versailles et la Constitution originale de l’OIT en 1919 ont reconnu « le principe de la liberté d’association pour tous objets non contraires aux lois » parmi les principes fondateurs de l’OIT. Cependant, la nouvelle Organisation n’a pas immédiatement réussi à adopter des normes pour matérialiser ce droit malgré plusieurs tentatives à la fin des années 1920. L’erreur flagrante de la convention (n o 11) sur le droit d’association (agriculture) adoptée en 1921 fut de n’avoir pas défini le droit à la liberté d’association. Les choses ont changé quand l’OIT a adopté ses conventions fondamentales n os 87 et 98 1 recouvrant la liberté syndicale, le droit de s’organiser et de négociation collective en 1948 et 1949. Soixante ans plus tard, les deux conventions ont été ratifiées respectivement par 149 et 159 des 183 Etats Membres de l’OIT. Elles ont aussi été transcrites dans les constitutions et les législations nationales. Associées à une liberté syndicale forte, des pratiques de négociation collective bien ancrées assurent aux employeurs et aux travailleurs un poids égal dans les négociations et un résultat juste et équitable. La négociation collective permet aux deux parties de négocier une relation de travail équitable et prévient des conflits sociaux coûteux. 2 Du droit de « se coaliser » au droit de s’organiser J.J. Ettor s’adressant à des coiffeurs en grève, Union Square, New York, 1913 En 1951, l’OIT a ajouté un mécanisme de traitement des plaintes entièrement original qui autorise les organisations de travailleurs et d’employeurs à déposer des plaintes alléguant de violations du principe fondamental de la liberté d’association contenu dans la Constitution de l’OIT, même quand les conventions concernées n’ont pas été ratifiées par les Etats Membres visés. Le travail du Comité de la liberté syndicale de l’OIT et d’autres mécanismes de contrôle garantissent que la liberté syndicale, en tant que droit humain fondamental, est respectée dans le monde entier. Le mécanisme est même accessible dans le cas de plaintes contre des Etats non membres. Il est important de noter que les conventions comprennent des droits pour les travailleurs et pour les employeurs : un nombre certes limité mais significatif de cas portés devant les organes de contrôle de l’OIT ont vigoureusement défendu ces derniers. Des pratiques de négociation collective bien établies sont l’un des éléments qui ont permis à la République de Corée d’atténuer la crise financière asiatique et le mécanisme de traitement des plaintes susmentionné a permis à l’Afrique du Sud de réaliser une transition relativement pacifique vers la période de l’aprèsapartheid. Les normes de l’OIT favorisent la négociation collective et contribuent à garantir que de bonnes relations de travail profitent à tous. Le principe de la liberté d’association est au cœur des valeurs de l’OIT : il est consacré par la Constitution de l’OIT (1919), la Déclaration de l’OIT de Philadelphie (1944) et la Déclaration de l’OIT relative aux principes et aux droits fondamentaux au travail (1998). C’est aussi un droit proclamé par la Déclaration universelle des droits de l’homme (1948). 1 Convention (n o 87) sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948 ; convention (n o 98) sur le droit d’organisation et de négociation collective, 1949. TRAVAIL, N O 66, AOÛT 2009 Le magazine Travail est publié trois fois par an par le Département de la communication et de l’information publique du BIT, à Genève. Aussi publié en anglais, arabe, chinois, danois, espagnol, finnois, hindi, japonais, norvégien, suédois et tchèque. Ce magazine est distribué à titre gracieux. RÉDACTEUR : Hans von Rohland EDITION ESPAGNOLE : Réalisée avec le concours du Bureau de l’OIT à Madrid RESPONSABLE DE LA PRODUCTION : Kiran Mehra-Kerpelman ASSISTANTE DE PRODUCTION : Corine Luchini RECHERCHE PHOTO : Marcel Crozet, Arnaud Dubois GRAPHISME : MDP, OIT Turin COUVERTURE : Yvonne Mourglia, OIT Turin COMITÉ DE RÉDACTION : Thomas Netter (président), Charlotte Beauchamp, Kiran Mehra-Kerpelman, Corinne Perthuis, Hans von Rohland Ce magazine ne constitue pas un document officiel de l’Organisation internationale du Travail. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement les vues du BIT. Les désignations utilisées n’impliquent de la part du BIT aucune prise de position quant au statut juridique de tel ou tel pays, zone ou territoire, ou de ses autorités, ni quant au tracé de ses frontières. La mention ou la non-mention de telle ou telle entreprise ou de tel ou tel produit ou procédé commercial n’implique de la part du BIT aucune appréciation favorable ou défavorable. Les textes et les photos du BIT peuvent être librement reproduits, à condition d’en mentionner la source. L’envoi d’un justificatif serait apprécié. Toute correspondance doit être adressée au Département de la communication et de l’information publique du BIT, CH-1211, Genève 22 (Suisse). Tél. +4122/799-7912 Fax +4122/799-8577 www.ilo.org/communication Imprimé par : OIT Turin ISSN 1020-0010
Endiguer la crise économique et sociale Confrontée au spectre d’une hausse prolongée du chômage, de la pauvreté et des inégalités à l’échelle mondiale et à la multiplication des faillites d’entreprises, la Conférence internationale du Travail a adopté un Pacte mondial pour l’emploi de portée historique, conçu pour orienter les politiques nationales et internationales qui visent à stimuler la reprise économique, à créer des emplois et à fournir une protection aux travailleurs et à leurs familles. Page 4 EN COUVERTURE Endiguer la crise : Les dirigeants du monde adoptent un « Pacte mondial pour l’emploi » ARTICLES GÉNÉRAUX RUBRIQUES Conférence internationale du Travail 2009 : Les dirigeants du monde soutiennent le « Pacte mondial pour l’emploi » Des visages derrière la crise La crise et l’avenir de l’industrie automobile : Faire redémarrer l’industrie automobile La crise dans l’industrie du bâtiment Journée mondiale contre le travail des enfants 2009 : Donnons une chance aux filles Une réunion de l’OIT consacrée à l’impact de la crise sur l’industrie pétrolière et gazière Le dialogue social en période de crise : Les leçons du passé 4 8 10 12 16 18 20 22 LECTURE Construire des sociétés décentes : Repenser le rôle de la sécurité sociale dans le développement Les nouvelles• Conférence internationale du Travail• Normes internationales du travail• Le Conseil d’administration du BIT élit un nouveau président• L’OIT a 90 ans : Œuvrer pour la justice sociale sur les cinq continents• Le coût économique et social du travail forcé Champs d’action Médiathèque L’Organisation internationale du Travail (OIT), créée en 1919, groupe les gouvernements, les employeurs et les travailleurs de ses 183 Etats Membres dans une action commune pour l’avancement de la protection sociale et l’amélioration des conditions de vie et de travail partout dans le monde. Le Bureau international du Travail (BIT), à Genève, est le secrétariat permanent de l’Organisation. TRAVAIL, N O 66, AOÛT 2009 3 24 26 33 36 M. Crozet/BIT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :