Travail n°58 décembre 2006
Travail n°58 décembre 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°58 de décembre 2006

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : s'affranchir ensemble de la pauvreté par le travail.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
LECTURE LA PROTECTION DES PAUVRES : GUIDE DE LA MICRO-ASSURANCE » D’après La protection des pauvres, la micro-assurance est la protection des populations à faible revenu contre des dangers spécifiques en échange du versement d’une prime d’assurance proportionnée à la probabilité de survenance et au coût du risque encouru. Cette définition est en fait très proche de celle qui s’applique aux systèmes classiques d’assurance, à la différence que dans ce cas le segment de marché visé est constitué par les populations à faible revenu. Pour autant, comme il est démontré tout au long de l’ouvrage, cette particularité fait toute la différence. A partir de quel niveau de revenu relève-t-on de la micro-assurance ? En règle générale, la micro-assurance est réservée aux personnes en marge des régimes d’assurance commerciale et sociale de type classique, qui n’ont pas eu accès aux produits appropriés. Etant donné qu’il est plus facile de proposer une assurance aux personnes dont les revenus sont prévisibles – même s’il s’agit de petites sommes – qu’aux travailleurs du secteur informel, dont les revenus sont irréguliers, c’est précisément là que se situe la frontière de la micro-assurance. de microcrédit (IFM), une approche axée sur le contexte local, des compagnies d’assurances détenues par des réseaux de coopératives d’épargne et de crédit, et une distribution réalisée à travers des détaillants. L’ouvrage étudie par ailleurs le rôle joué par les différents acteurs intéressés, tels que les donateurs, les organismes de surveillance, les gouvernements, les agents d’assurance et de réassurance, ainsi que le personnel d’assistance technique. Il récapitule les stratégies permettant de dépasser les compromis entre le niveau de couverture, les coûts et les prix, de même Partant de l’expérience et du savoir accumulé de sa société mère – la compagnie de réassurance Munich- Re – la Fondation Munich-Re vise à mettre son savoir au service de l’humanité. Afin d’aider les gens dans la gestion du risque et dans l’amélioration de leurs conditions de vie, la fondation concentre ses efforts sur les situations à risque accentuées par les défis mondiaux que sont la croissance démographique, la diminution des ressources, la pollution environnementale et le changement climatique. La fondation est activement impliquée dans des domaines regroupant l’éducation et la formation, la science et la recherche, la prévention des sinistres, la protection environnementale et la santé publique. Pour plus d’information, veuillez consulter le site : www.munichrefondation.org. Le Consultative Group to Assist the Poor – CGAP – (Groupe consultatif pour l’assistance des pauvres) est QU’EST-CE QUE LA MICRO-ASSURANCE ? LA FONDATION MUNICH-RE ET LA CGAP 20 TRAVAIL, N°58, DÉCEMBRE 2006 Le terme de micro-assurance ne renvoie pas à la taille du preneur de risques, bien que certains assureurs soient de taille modeste et appartiennent parfois au secteur informel. Au demeurant, il existe des exemples de très grandes compagnies qui proposent de la micro-assurance, telles qu’AIG Ouganda, Delta Life au Bangladesh et plusieurs compagnies d’assurances en Inde, qui offrent une ligne de produits adaptée aux personnes à bas revenu. La micro-assurance ne vise pas non plus l’étendue du risque tel que perçu par le client. En soi, les risques n’ont rien de « micro » aux yeux des ménages qui les subissent. La micro-assurance peut couvrir une très grande quantité de risques divers, comme la maladie, le décès et les pertes matérielles – soit à peu près tous les risques susceptibles d’être assurés. Cet ouvrage se centre cependant essentiellement sur l’assurance vie et l’assurance décès, dans la mesure où il s’agit là – comme en témoignent les études sur les besoins réalisées dans plusieurs pays – des principales priorités de la plupart des ménages à bas revenu. qu’il donne un aperçu des prochaines étapes du développement de la micro-assurance. De façon générale, l’ouvrage présente la micro-assurance comme un plaidoyer en faveur d’un « retour aux fondamentaux », en appelant l’attention sur la gestion des risques des populations vulnérables dans la perspective d’un partage solidaire de ces risques. Bien que tous les dispositifs de micro-assurance ne soient pas fidèles à ces valeurs, plus on s’en rapprochera plus celles-ci seront en mesure de bénéficier aux personnes qui en ont le plus besoin. un consortium de 33 organismes de développement publics et privés œuvrant ensemble pour permettre aux populations pauvres des pays en développement d’accéder plus facilement aux services financiers. Le groupe de travail sur la micro-assurance du CGAP comprend des donateurs, des assureurs et d’autres acteurs souhaitant coordonner les activités d’aide financière dans la mesure où elles concernent le développement de la diffusion et des services d’assurance en faveur des ménages à faible revenu. Les principales activités du groupe de travail consistent notamment à élaborer des directives à l’intension des donateurs, à faire réaliser des recherches, à publier un bulletin trimestriel sur la micro-assurance et à gérer le site internet sur la micro-assurance : www.microfinancegateway.org/section/resourcecenters/microinsurance.
REPORTAGE PHOTO FÉDÉRATION DE RUSSIE La Russie à l'œuvre Défis et évolutions L a Russie est aujourd’hui parvenue à un stade de son évolution qui aurait été impensable il y a dix ans à peine. Quand bien même les défis qui restent à relever sont considérables, le vent du changement souffle bel et bien sur ce vaste pays, de Moscou à Mourmansk. En septembre dernier, le photographe du BIT Marcel Crozet a parcouru la Fédération de Russie sept jours durant. Les clichés rapportés – de ports et de mines, d’entreprises agricoles et d’usines de travailleurs handicapés, d’enfants des rues et de migrants – dressent un portrait bouleversant d’un pays en proie à une modernisation accélérée, qui se trouve à l’aube d’une nouvelle ère de son développement économique et social. Toutefois, malgré les importants revenus tirés de ses ressources pétrolières et sa croissance économique soutenue, la Russie continue à rencontrer des difficultés dans différents secteurs, notamment au chapitre de la protection sociale, de la répartition des revenus, de l’emploi, des réformes salariales et des migrations. L’OIT et son bureau basé à Moscou ont contribué à aplanir ces difficultés. Ils ont travaillé étroitement avec des représentants du gouvernement, des travailleurs et des employeurs pour partager leurs compétences en matière de réforme de la législation du travail et pour mettre en place des projets visant à promouvoir l’emploi et le développement des entreprises, la sécurité et la santé au travail, la prévention du VIH/sida sur le lieu de travail et la lutte contre le travail des enfants … pour ne citer que quelques exemples. Les photos ne peuvent rendre compte de tous les aspects de la vie en Russie, mais peuvent en revanche saisir la singularité de ce vaste et dynamique pays. Cidessous sont présentées quelques vues de la Russie, telles qu’elles ont été captées par l’œil du photographe. TRAVAIL, N°58, DÉCEMBRE 2006 Photos : M. Crozet/BIT » 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :