Travail n°52 novembre 2004
Travail n°52 novembre 2004
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de novembre 2004

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'OIT à 85 ans, de solides fondations pour le travail décent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
M. Crozet/BIT L’OIT DANS L’HISTOIRE L’OIT a 85 ans : Les grandes étapes de son histoire Durant les 85 années qui se sont écoulées depuis sa naissance, l’OIT s’est renouvelée à plusieurs reprises. Au cours de ces dix dernières années, de grands pas ont été faits dans ce sens. En 1998, par exemple, la Conférence internationale du Travail adopta la Déclaration de l’OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail, par laquelle les Etats membres ont réaffirmé leur volonté de « respecter, promouvoir et réaliser » les principes de la liberté d’association et du droit de négociation collective, de l’élimination de toute forme de travail forcé ou obligatoire, de l’abolition effective du travail des enfants et de l’élimination de la discrimination dans le monde du travail. L’année suivante, le Chilien Juan Somavia devint le premier Directeur général du BIT, originaire de l’hémisphère sud. Selon lui, « la raison d’être de l’OIT est aujourd’hui de promouvoir le travail décent pour tous ». Quatre objectifs stratégiques furent adoptés pour orienter l’action de l’Organisation : promouvoir et mettre en œuvre les principes et droits fondamentaux au travail, accroître les possibilités pour les hommes et les femmes d’obtenir un emploi et un revenu convenables, accroître l’étendue et l’efficacité de la protection sociale pour tous et renforcer le tripartisme et le dialogue social. La même année, la Conférence internationale du Travail adopta une nouvelle convention (n o 182) interdisant les formes les plus préjudiciables de travail des enfants et lança une campagne pour l’élimination de ce fléau. La convention s’applique à toute personne de moins de 18 ans, et les Etats qui la ratifient sont tenus de prendre « des mesures immédiates et efficaces pour assurer l’interdiction et l’élimination des pires formes de travail des enfants, et ce de toute urgence ». Elle a depuis été ratifiée par 150 pays, soit la grande majorité des 177 Etats membres de l’OIT. En 2000, le nombre de ratifications des conventions fondamentales de l’OIT, c’est-à-dire celles qui portent sur la liberté syndicale et la négociation collective ainsi que sur l’élimination du travail forcé, du travail des enfants et de la discrimination, a dépassé la barre des mille. Ces conventions, qui énoncent les principes de base de l’OIT, sous-tendent la Déclaration relative aux principes et droits fondamentaux au travail, adoptée en 1998. L’année 2002 fut celle de l’organisation par l’OIT de la première « Journée mondiale contre le travail des enfants ». A cette date, la convention n o 182 avait été ratifiée par plus de cent Etats, ce qui représente le rythme de ratification le plus rapide de toute l’histoire de l’OIT. La même année marqua le début des deux ans de travaux de la Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, instituée par le Directeur général. Et l’année suivante fut celle du lancement de la « Campagne mondiale sur la sécurité sociale pour tous ». La Commission mondiale termina ses travaux en 2004, avec la publication de son rapport intitulé Une mondialisation juste. Depuis, chefs d’Etat et de gouvernement, partenaires sociaux et représentants de la communauté internationale apportèrent leur soutien à ce rapport et à son appel en faveur d’un meilleur équilibre entre politiques sociales et politiques économiques aux échelons national et mondial. Ainsi s’est dessiné et se dessine encore le nouveau « visage » de l’OIT. Celle-ci a su mettre à profit les solides fondations posées dans le passé, sur lesquelles continueront de s’appuyer dans les années à venir ses efforts en faveur du travail décent. 2 TRAVAIL, N°52, NOVEMBRE 2004 Le magazine Travail est publié trois fois par an par le Département de la communication et de l’information publique du BIT, à Genève. Aussi publié en allemand, anglais, arabe, chinois, danois, espagnol, finnois, hindi, hongrois, japonais, norvégien, russe, slovaque, suédois et tchèque. RÉDACTEUR : Thomas Netter EDITION ALLEMANDE : Hans von Rohland EDITION ARABE : Khawla Mattar, Bureau de l’OIT à Beyrouth EDITION ESPAGNOLE : Réalisée avec le concours du Bureau de l’OIT à Madrid RESPONSABLE DE LA PRODUCTION : Kiran Mehra-Kerpelman RECHERCHE PHOTO : Marcel Crozet GRAPHISME : MDP, OIT Turin COUVERTURE : M. Crozet, E. Fortarezza ASSISTANT DE RÉDACTION : Sam Nuttall Ce magazine ne constitue pas un document officiel de l’Organisation internationale du Travail. Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement les vues du BIT. Les désignations utilisées n’impliquent de la part du BIT aucune prise de position quant au statut juridique de tel ou tel pays, zone ou territoire, ou de ses autorités, ni quant au tracé de ses frontières. La mention ou la non-mention de telle ou telle entreprise ou de tel ou tel produit ou procédé commercial n’implique de la part du BIT aucune appréciation favorable ou défavorable. Les textes et les photos du BIT peuvent être librement reproduits, à condition d’en mentionner la source. L’envoi d’un justificatif serait apprécié. Toute correspondance doit être adressée au Département de la communication et de l’information publique du BIT, CH-1211, Genève 22 (Suisse). Tél. +4122/799-7912 Fax +4122/799-8577 www.ilo.org/communication Imprimé par : OIT Turin ISSN 1020-0010
La sécurité économique dans le monde Les pays riches peuvent-ils transformer leur richesse en bonheur ? Selon un nouveau rapport du BIT, le principal déterminant du bonheur n’est pas le niveau du revenu mais la sécurité du revenu. C’est le premier rapport du BIT qui mesure la sécurité économique telle que la perçoivent les travailleurs et le commun des mortels. Il dépeint un monde angoissé et en colère, dans lequel près des trois quarts des travailleurs vivent dans des pays où la sécurité économique laisse à désirer. Page 7 EN COUVERTURE L’OIT a 85 ans : De solides fondations pour le travail décent ARTICLES GÉNÉRAUX La sécurité économique dans le monde : Une planète « angoissée et en colère » Nordea, une société européenne Societas europeae : Un ancien nom pour un concept nouveau Première analyse mondiale : Le VIH/sida aura de graves répercussions sur le monde du travail Dix ans après : Une décennie de progrès pour les peuples indigènes Les enfants de Santa Filomena ne travaillent plus à la mine Nouvelle étude du BIT : Le chômage des jeunes atteint un niveau record 4 7 11 13 17 19 21 M. Crozet/BIT RUBRIQUES L’Organisation internationale du Travail (OIT), créée en 1919, groupe les gouvernements, les employeurs et les travailleurs de ses 177 Etats membres dans une action commune pour l’avancement de la protection sociale et l’amélioration des conditions de vie et de travail partout dans le monde. Le Bureau international du Travail (BIT), à Genève, est le secrétariat permanent de l’Organisation. TRAVAIL, N°52, NOVEMBRE 2004 Planète Travail 24 Les Nouvelles• Consommation de tabac au travail – pourquoi les non-fumeurs sont en train de gagner la partie• Le Conseil d’administration élit un nouveau président• Conférence de Vilnius sur la mondialisation• Haïti : Un nouveau Conseil pour promouvoir le dialogue social• Durée du travail et travail décent• L’OIT ouvre un nouveau Bureau pour l’Amérique latine et les Caraïbes à Lima• Travail et qualité dans le secteur des médias, de la culture et des arts graphiques Champs d’action L’OIT dans la presse Médiathèque 27 33 36 38 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :