Travail n°43 juin 2002
Travail n°43 juin 2002
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de juin 2002

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : un avenir sans travail des enfants.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
BIT Photo Le Canada et l’OIT 2 Le BIT a commencé à envisager son évacuation hors d’Europe dès la crise de Munich, en 1938. Au printemps de 1940, il était évident qu’il ne pouvait rester plus longtemps en Suisse. Durant l’été de la même année, le Directeur général de l’époque, John Winant, a fait rapidement déménager un noyau d’une cinquantaine de fonctionnaires et de nombreuses caisses de documents à Montréal, où ils devaient rester jusqu’en 1948. (Winant fut l’un des derniers à partir, réussissant à passer en Espagne par une petite route, deux jours après que Franco eut, à la demande de Hitler, fermé la frontière à la Société des Nations et au personnel du BIT.) Mackensie King, Premier ministre du Canada, proposa d’installer le BIT à l’Université McGill de Montréal, offre que Winant accepta, pensant sans doute que l’Organisation se sentirait à l’aise dans cette ville bilingue et internationale. Edward Phelan, son adjoint qui devait lui succéder en 1941, et Wilfred Jenks, son conseiller juridique (qui devint par la suite Directeur général) arrivèrent peu de temps après son installation et celle du personnel dans une chapelle désaffectée. Bien qu’étant l’une des puissances belligérantes, le Canada a consenti des efforts considérables pour permettre au BIT de s’acquitter de son mandat d’organisme international indépendant. McGilla consacré 25000 dollars, somme qui était à l’époque bien au-dessus de ses moyens, pour lui aménager des locaux. Plus tard, la situation financière du BIT s’étant améliorée, Phelan proposa de payer un loyer annuel de 5000 dollars en guise de remboursement. McGilla été beaucoup plus qu’un lieu d’hébergement temporaire. Bien que les contacts avec les gouvernements, les syndicats et les employeurs fussent souvent difficiles, le BIT continua à publier son bulletin trimestriel et fit paraître plusieurs études de qualité. Il était en outre le centre d’une très grande activité diplomatique. Dès leur arrivée au Canada, Winant, Phelan et Jenks travaillèrent en étroite coopération avec les dirigeants alliés afin de préparer le BIT à être un acteur clé de la reconstruction une fois la guerre terminée. Leur action aboutit à l’adoption, lors de la session de la Conférence internationale du Travail tenue en 1944 à Philadelphie (Pennsylvanie), d’une déclaration qui a institué une nouvelle méthode d’instauration de la paix par le développement économique et social. De nos jours, les termes de la Déclaration de Philadelphie sont plus que jamais actuels : « Tous les êtres humains, quels que soient leur race, leur croyance ou leur sexe, ont le droit de poursuivre leur progrès matériel et leur développement spirituel dans la liberté et la dignité, dans la sécurité économique et avec des chances égales ; la réalisation des conditions permettant d’aboutir à ce résultat doit constituer le but central de toute politique nationale et internationale. » TRAVAIL, N O 43, JUIN 2002 Travail LE MAGAZINE DE L'OIT Le magazine Travail est publié quatre fois par an par le Département de la communication du BIT, à Genève. Aussi publié en allemand, anglais, arabe, chinois, danois, espagnol, finnois, hindi, hongrois, japonais, norvégien, russe, slovaque, suédois et tchèque. RÉDACTEUR : Thomas Netter ÉDITION ALLEMANDE : Hans von Rohland ÉDITION ARABE : Khawla Mattar, Bureau de l’OIT à Beyrouth ÉDITION ESPAGNOLE : Réalisée avec le concours du Bureau de l’OIT à Madrid RESPONSABLE DE LA PRODUCTION : Kiran Mehra-Kerpelman GRAPHISME : Paprika, Annecy, France ASSISTANT DE RÉDACTION Mat Coakley Ce magazine ne constitue pas un document officiel de l’Organisation internationale du Travail. Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement les vues du BIT. Les désignations utilisées n’impliquent de la part du BIT aucune prise de position quant au statut juridique de tel ou tel pays, zone ou territoire, ou de ses autorités, ni quant au tracé de ses frontières. La mention ou la non-mention de telle ou telle entreprise ou de tel ou tel produit ou procédé commercial n’implique de la part du BIT aucune appréciation favorable ou défavorable. Les textes et les photos du BIT peuvent être librement reproduits, à condition d’en mentionner la source. L’envoi d’un justificatif serait apprécié. Toute correspondance doit être adressée au Département de la communication du BIT, CH-1211, Genève 22 (Suisse). Tél. +4122/799-7912 Fax +4122/799-8577 www.ilo.org/communication Imprimé par : SRO-Kundig SA, Genève ISSN 1020-0010
BIT/Crozet M. PLEINS FEUX En couverture : Le travail des enfants : un fléau persistant et omniprésent Protester contre le travail des enfants La famille des Nations Unies s’unit contre la traite des enfants L’OIT et l’Union interparlementaire ARTICLES GÉNÉRAUX Le BIT au Cambodge : Dix ans après Le harcèlement moral fait des ravages chez les syndiqués En Inde, une industrie cherche à conserver son lustre Timor-Oriental : Un Code du travail pour un nouvel État 4 7 8 8 9 12 15 18 Message de Juan Somavia, Directeur général du BIT Le 12 juin 2002, l’Organisation internationale du Travail a célébré la première « Journée mondiale contre le travail des enfants ». Ensemble, œuvrons pour un monde dans lequel aucun enfant ne sera privé d’une enfance normale, en bonne santé, pour un monde dans lequel les parents auront des emplois décents et pourront envoyer leurs enfants à l’école. Aidez-nous à transmettre le message : pour un monde sans travail des enfants. Familles et collectivités, écoles, travailleurs, entreprises, gouvernements et médias, nous pouvons tous contribuer à ce que se réalise le droit de chaque enfant à être protégé du travail dangereux et de l’exploitation. Ensemble, faisons en sorte que vienne rapidement le jour où nous n’aurons plus besoin d’une « Journée mondiale contre le travail des enfants ». Page 4 RUBRIQUES Planète Travail Les nouvelles ● Réunion de la Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation ● Journée des travailleurs victimes d’accidents du travail ● Les services de santé menacés par la violence au travail ● Verdict mitigé du BIT sur les conditions de travail dans l’industrie cambodgienne du vêtement ● Monterrey : Des idées pour remédier à la pauvreté des nations ● 283 e session du Conseil d’administration Champs d’action L’OIT dans la presse Médiathèque L’Organisation internationale du Travail (OIT), créée en 1919, groupe les gouvernements, les employeurs et les travailleurs de ses 175 États membres dans une action commune pour l’avancement de la protection sociale et l’amélioration des conditions de vie et de travail partout dans le monde. Le Bureau international du Travail (BIT), à Genève, est le secrétariat permanent de l’Organisation. TRAVAIL, N O 43, JUIN 2002 20 22 31 32 34 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :