Travail n°42 mars 2002
Travail n°42 mars 2002
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°42 de mars 2002

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : plus jamais la guerre, femmes et conflits armés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
L’OIT hier et aujourd’hui HIER Dans certains pays du monde, les travailleurs qui tentent de se syndiquer sont victimes d’actes d’intimidation, de menaces, voire d’assassinats. C’est pourquoi, en 1950, l’OIT a institué une procédure spéciale pour la liberté syndicale. Cette procédure permet d’instruire les plaintes déposées par des gouvernements ou des organisations d’employeurs ou de travailleurs contre un État membre, que celui-ci ait ou non ratifié les conventions correspondantes. Cela est possible parce que tout État membre de l’OIT est tenu de respecter le principe de la liberté syndicale, inscrit dans la Constitution de l’Organisation. Le Comité de la liberté syndicale s’est réuni pour la première fois en 1952 sous la présidence de Paul Ramadier, alors Premier ministre de la France. En cinquante ans, il a dans une large mesure contribué à l’avancée dans de nombreux pays d’un mouvement syndical indépendant et pluraliste, condition préalable à l’instauration de la démocratie dans les autres domaines. À noter dans ce contexte les appels pressants lancés aux gouvernements du Chili, de l’Indonésie, du Nigéria et de la Pologne. Dans chacun de ces cas, le Comité a joint l’acte à la parole en dépêchant sur place une mission de contacts directs, qui a permis de procéder à une évaluation approfondie de la situation et de discuter ouvertement des problèmes. AUJOURD’HUI Le Comité de la liberté syndicale a examiné près de 2 500 plaintes portant sur de nombreux aspects de la liberté syndicale : le droit des travailleurs et des employeurs de constituer des organisations sans autorisation préalable, leur droit de s’affilier à des organisations de leur choix, le droit de grève, la dissolution, la discrimination antisyndicale, la protection contre les actes d’ingérence, la négociation collective… Pour être sûr que son message soit entendu et compris, il est passé de l’ancienne méthode des contacts directs à une approche nouvelle en envoyant une mission tripartite de haut niveau en République de Corée, dans le cadre d’une plainte déposée en 1995. Le fait que cette mission soit tripartite a facilité le dialogue avec les différents partenaires sociaux et mis en évidence le caractère unanime de l’avis du Comité. Grâce à quoi celui-ci a par la suite été en mesure de constater une percée du pluralisme syndical au niveau national et l’enregistrement du syndicat des enseignants, qui avait été interdit. Le Comité continue de suivre certaines questions encore en suspens. 2 TRAVAIL, N O 42, MARS 2002 Keystone Le Comité de la liberté syndicale a tenu sa première réunion en 1952, sous la présidence de Paul Ramadier (à gauche), alors Premier ministre de la France. À droite, l’Américain David Morse, qui était à cette époque le Directeur général du BIT. Travail LE MAGAZINE DE L'OIT Le magazine Travail est publié cinq fois par an par le Département de la communication du BIT, à Genève. Aussi publié en allemand, anglais, arabe, chinois, danois, espagnol, finnois, hindi, hongrois, japonais, norvégien, russe, slovaque, suédois et tchèque. RÉDACTEUR : Thomas Netter ÉDITION ALLEMANDE : Hans von Rohland ÉDITION ARABE : Khawla Mattar, Bureau de l’OIT à Beyrouth ÉDITION ESPAGNOLE : Réalisée avec le concours du Bureau de l’OIT à Madrid RESPONSABLE DE LA PRODUCTION : Kiran Mehra-Kerpelman GRAPHISME : Paprika, Annecy, France ASSISTANT DE RÉDACTION Mat Coakley Ce magazine ne constitue pas un document officiel de l’Organisation internationale du Travail. Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement les vues du BIT. Les désignations utilisées n’impliquent de la part du BIT aucune prise de position quant au statut juridique de tel ou tel pays, zone ou territoire, ou de ses autorités, ni quant au tracé de ses frontières. La mention ou la non-mention de telle ou telle entreprise ou de tel ou tel produit ou procédé commercial n’implique de la part du BIT aucune appréciation favorable ou défavorable. Les textes et les photos du BIT peuvent être librement reproduits, à condition d’en mentionner la source. L’envoi d’un justificatif serait apprécié. Toute correspondance doit être adressée au Département de la communication du BIT, CH-1211, Genève 22 (Suisse). Tél. +4122/799-7912 Fax +4122/799-8577 http://www.ilo.org/communication Imprimé par : SRO-Kundig SA, Genève ISSN 1020-0010 BIT Photos
Courtesy of Merete Johansson PLEINS FEUX ARTICLE GÉNÉRAL 8 11 Journée de la femme 2002 : Femmes et conflits armés De tout temps, les femmes ont plus que quiconque souffert de la guerre et de la violence. Depuis la fin de la guerre froide, les conflits prennent la forme de luttes « civiles » ou internes souvent complexes, qui semblent ne jamais vouloir prendre fin. Dans deux rapports parus récemment, le BIT étudie le changement de nature des conflits et ses conséquences pour les femmes : dans les deux cas, il conclut que les femmes continuent à payer le prix fort. Page 4 En couverture : Femmes et conflits armés 4 L’OIT : Hier et aujourd’hui 2 SÉCURITÉ SOCIALE Vieillissement démographique : Quelles solutions pour l’avenir ? Déclin des services de santé d’Europe centrale et orientale TRAVAIL DES ENFANTS Exploitation sexuelle des enfants Carton rouge au travail des enfants Forums des professionnels de l’informatique en Inde Dans le numéro 40 de Travail (août 2001), le nom de Sandrine Cazes, coauteur de l’article intitulé « Étude du BIT : Les marchés du travail sont moins instables qu’on ne le suppose » a été omis par inadvertance. Le rédacteur déplore cette erreur. 14 18 20 RUBRIQUES Planète Travail Les nouvelles ● Aviation civile : Comment sortir de la crise ? ● Les travailleurs et la mondialisation : L’OIT au cœur de l’offensive ● Résoudre les problèmes psychosociaux liés au travail ● Premiers audits du BIT sur les questions d’égalité entre hommes et femmes Champs d’action L’OIT dans la presse Médiathèque L’Organisation internationale du Travail (OIT), créée en 1919, groupe les gouvernements, les employeurs et les travailleurs de ses 175 Etats membres dans une action commune pour l’avancement de la protection sociale et l’amélioration des conditions de vie et de travail partout dans le monde. Le Bureau international du Travail (BIT), à Genève, est le secrétariat permanent de l’Organisation. TRAVAIL, N O 42, MARS 2002 22 24 33 36 38 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :