Travail n°24 avr/mai 1998
Travail n°24 avr/mai 1998
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de avr/mai 1998

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : un rapport spécial du BIT, la protection de la maternité à travers le monde.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
1919 2 L’OIT et le travail des enfants : éveiller la conscience Travailleurs enfants des mines de charbon (Allemagne) (Photo BIT) L’OIT dans l’Histoire Comme les routes, l’histoire des institutions est jalonnée de bornes qui marquent, de loin en loin, une progression. Dans la longue lutte de l’OIT contre le travail des enfants, qui commença dès la création de l’Organisation, en 1919, avec la convention n o 5 sur l’âge minimum (industrie), la dernière borne en date remonte à un quart de siècle. Le 26 juin 1973, la Conférence internationale du Travail adoptait, par 238 voix sans opposition et seulement 24 abstentions, la convention n o 138 qui fixait l’âge minimum d’admission à l’emploi à l’âge auquel cesse la scolarité obligatoire ou en tous cas à 15 ans (14 ans dans un premier temps pour les pays en développement). Bien que ne remettant pas le principe en question, le débat fut très animé. Les orateurs admettaient que travailler compromettait l’avenir des enfants et que l’enfance devrait être consacrée à l’éducation et au développement, non pas au travail. Mais à quel âge fixer la limite, surtout dans les pays accablés par la pauvreté où le moindre revenu de tout membre de la famille est perçu comme une véritable bouée de sauvetage ? Et que faire des jeunes lorsque le système scolaire ne peut les prendre en charge ? Au sein de la commission tripartite chargée d’élaborer le texte, le porte-parole des employeurs exprima ainsi le dilemme des pays du Sud : « d’un côté les écoles sont rares, d’un autre côté la convention, en fixant l’âge de 15 ans pour l’admission à l’emploi, empêcherait quiconque d’employer les jeunes de 14 ans. A quoi cela aboutirait-il ? A créer un problème social dont l’OIT serait en partie responsable. » TRAVAIL – N o 24 – 1998
Finalement, en adoptant des clauses de souplesse et de progressivité, la Conférence devait établir des normes qui, aujourd’hui encore, constituent les points de repère essentiels des politiques proposées par l’Organisation à ses pays membres. A ce jour, 61 pays ont ratifié la convention n o 138. En outre, les chiffres qui rendent compte du travail des enfants n’ont cessé d’augmenter, parce que la réalité est mieux connue, certes, mais aussi parce que le fléau n’a guère régressé. TRAVAIL – N o 24 – 1998 1998 La marche mondiale contre le travail des enfants arrivera à Genève durant la 86 e Conférence internationale du Travail, au mois de juin prochain. Dès 1972, le porte-parole des travailleurs au sein de la commission tripartite, le syndicaliste malais P.P. Narayanan, avait parfaitement résumé la difficulté majeure : « tant que la conscience de tous les Etats membres ne sera pas éveillée, tant que les personnes à qui il incombe de militer en faveur des réformes sociales, y compris les syndicalistes, n’auront pas entrepris une action vigoureuse et créé un mouvement de libération en faveur de l’abolition du travail des enfants, nous ne parviendrons pas au résultat souhaité. » Aujourd’hui, grâce aux efforts de sensibilisation déployés par l’OIT – notamment dans le cadre de son Programme international pour l’abolition du travail des enfants (IPEC) – et un grand nombre d’ONG, grâce au relais des médias du monde entier, la prise de conscience a eu lieu. En témoignera l’arrivée à Genève, en juin prochain, durant la 86 e Conférence internationale du Travail, des défenseurs des droits de l’enfant, des ONG, des syndicalistes et de tous les jeunes qui participent à la marche mondiale contre le travail des enfants. Au même moment, la Conférence procèdera au premier examen d’une nouvelle convention préconisant la suppression immédiate des formes extrêmes de travail des enfants. Et l’OIT pourra poser un nouveau jalon dans sa longue lutte contre ce fléau. Sources : Comptes rendus de la Conférence internationale du Travail, 1972, 1973. En vue de la première discussion de la Convention, le Bureau international du Travail a préparé deux rapports : premièrement, – Le travail des enfants, l’intolérable en point de mire –, Conférence internationale du Travail, 86 e session, 1998, Rapport VI(1), qui résume les principaux aspects du problème, et deuxièmement un résumé des réponses des gouvernements à un questionnaire du BIT sur le contenu des nouveaux instruments, accompagné d’un projet de Conclusions. T ravail T ravail Le magazine Travail est publié quatre fois par an par le Bureau de l’information publique du BIT, à Genève. Aussi publié en allemand, anglais, arabe, chinois, danois, espagnol, finnois, hongrois, japonais, norvégien, russe, slovaque, suédois et tchèque. ■ Rédacteur : Thomas Netter ■ Edition allemande : Hans von Rohland ■ Edition arabe : Khawla Mattar, Bureau de l’OIT à Beyrouth. ■ Edition espagnole : Réalisée avec le concours du Bureau de l’OIT à Madrid. ■ Responsable de la production : Kiran Mehra-Kerpelman Ce magazine ne constitue pas un document officiel de l’Organisation internationale du Travail. Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement les vues du BIT. Les désignations utilisées n’impliquent de la part du BIT aucune prise de position quant au statut juridique de tel ou tel pays, zone ou territoire, ou de ses autorités, ni quant au tracé de ses frontières. La mention ou la nonmention de telle ou telle entreprise ou de tel ou tel produit ou procédé commercial n’implique de la part du BIT aucune appréciation favorable ou défavorable. Les textes et les photos peuvent être librement reproduits, à condition d’en mentionner la source. L’envoi d’un justificatif serait apprécié. Toute correspondance doit être adressée au Bureau de l’information publique du BIT, CH-1211, Genève 22 (Suisse). Tél. +4122/7997912 Fax +4122/7998577 http://www.ilo.org Imprimé par ATAR S.A. Genève ISSN 1020-0002 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :