Travail n°19 mar/avr/mai 1997
Travail n°19 mar/avr/mai 1997
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de mar/avr/mai 1997

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : importun, injurieux et, de plus en plus, illégal, le harcèlement sexuel au travail.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
L’OIT dans l’Histoire La naissance de la convention n o 87 C’est il y a cinquante ans, en 1947, que la convention n o 87 sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, texte fondamental de l’OIT sur les droits de l’homme, a commencé à prendre forme. La question avait été inscrite à l’ordre du jour de la Conférence internationale du Travail par un chemin quelque peu détourné, via le Conseil économique et social (ECOSOC) d’une Organisation des Nations Unies qui n’en était encore qu’à ses balbutiements. La Fédération syndicale mondiale s’était plainte à l’ECOSOC de ce que les atteintes aux droits syndicaux témoignaient de la persistance, dans certains pays, des idéologies scélérates qui avaient placé le monde en danger de mort, et avait ajouté que ces droits essentiels pour la paix et la coopération devaient être garantis à l’échelle internationale. Recourant pour la première fois à une procédure qui venait d’être établie entre les deux organismes, l’ECOSOC avait alors soumis la question à l’OIT. La Conférence de 1947 en confia l’examen à une commission tripartite qui, dans une résolution adoptée à l’unanimité, réclama l’institution d’un mécanisme de surveillance de la liberté syndicale et présenta une liste de points à débattre l’année suivante en seconde discussion, en vue de l’adoption d’une convention. La Conférence appuya cette résolution, elle aussi, à l’unanimité. Le rapporteur de la commission, le dirigeant syndical français Léon Jouhaux (qui devait bientôt se voir décerner le Prix Nobel de la paix), insista pour que la résolution aboutisse à une convention, déclarant que la liberté syndicale devait être la pierre angulaire sans laquelle le monde nouveau ne verrait jamais le jour. En 1947, le président de cette commission était David. A. Morse, sous-secrétaire d’Etat au Travail et représentant du gouvernement des Etats-Unis au Conseil d’administration du BIT. L’année suivante, lorsque naquit la convention n o 87, il n’était plus là. Il avait été élu Directeur général du BIT, poste qu’il devait occuper pendant un mandat record de vingt-deux ans. Le chef de la délégation suisse, William Rappard, a commenté en termes très élogieux la conduite des débats de la Commission de 1947 par M. Morse, dont il a loué la sagesse, l’impartialité et la patience. William Rappard a donné son nom à l’ancien siège de l’OIT, qui abrite aujourd’hui l’Organisation mondiale du Commerce. Référence : Compte-rendu des débats de la Conférence de 1947. 2 T ravail T ravail Le magazine Travail est publié quatre fois par an par le Bureau de l’information publique du BIT, à Genève. Aussi publié en chinois, danois, finnois, hongrois, japonais, norvégien, russe, slovaque, suédois et tchèque. ■ Rédacteur : Thomas Netter ■ Edition allemande : Hans von Rohland ■ Edition arabe : Khawla Mattar, Bureau de l’OIT à Beyrouth. ■ Edition espagnole : Réalisée avec le concours du Bureau de l’OIT à Madrid. ■ Responsable de la production : Kiran Mehra-Kerpelman ■ Photos de couverture : Jacques Maillard Ce magazine ne constitue pas un document officiel de l’Organisation internationale du Travail. Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement les vues du BIT. Les désignations utilisées n’impliquent de la part du BIT aucune prise de position quant au statut juridique de tel ou tel pays, zone ou territoire, ou de ses autorités, ni quant au tracé de ses frontières. La mention ou la nonmention de telle ou telle entreprise ou de tel ou tel produit ou procédé commercial n’implique de la part du BIT aucune appréciation favorable ou défavorable. Les textes et les photos peuvent être librement reproduits, à condition d’en mentionner la source. L’envoi d’un justificatif serait apprécié. Toute correspondance doit être adressée au Bureau de l’information publique du BIT, CH-1211, Genève 22 (Suisse). Tél. +4122/7997912 Fax +4122/7998577 http://www.ilo.org Imprimé par ATAR S.A. Genève ISSN 1020-0002 TRAVAIL – N o 19 – 1997
SOMMAIRE Notes du rédacteur... 4 La dimension sociale de la libéralisation des échanges... 5 Importun, injurieux et, de plus en plus souvent, illégal : Le harcèlement sexuel au travail.. 7 L’ère de l’information engendrera-t-elle une révolution virtuelle de l’emploi ? 10 La stratégie de l’Espagne : des valeurs à défendre, des changements à entreprendre... 12 L’eau, source d’emplois. 28 Le microcrédit, vedette du Sommet de Washington 30 Gestion de la productivité et de la qualité – Productivity and Quality Management : A Modular Programme (Compte-rendu de lecture).. 33 TRAVAIL – N o 19 – 1997 Pour délivrer les enfants du travail : l’exemple de Sialkot. 14 Association du BIT et de l’industrie dans la lutte contre le travail des enfants. 16 L’OIT dans la presse 17 Présence de l’OIT dans le monde.. 18 Nouvelles armes contre la traite des enfants en Asie... 22 CHAMPS D'ACTION... 24 PLANÈTE TRAVAIL 26 MÉDIATHÈQUE.. 34 L’Organisation internationale du Travail (OIT), créée en 1919, groupe les gouvernements, les employeurs et les travailleurs de ses 174 Etats membres dans une action commune pour l’avancement de la protection sociale et l’amélioration des conditions de vie et de travail partout dans le monde. Le Bureau international du Travail (BIT), à Genève, est le secrétariat permanent de l’Organisation. 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :