TransferT n°2-3 mai à nov 2013
TransferT n°2-3 mai à nov 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2-3 de mai à nov 2013

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Session Libre

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 25,2 Mo

  • Dans ce numéro : Red Bull Skylines... l'évènement BMX le plus attendu mais aussi le plus critiqué de l'année 2012.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Rover, de son vrai nom Timothée Régnier, affole la France et l’Europe depuis quasiment un an. Depuis le 27 février pour être exact, date de sortie de son album éponyme, entièrement enregistré par ses soins et signé sur Cinq 7, l’excellent label de Wagram. Mais avant de parler de la musique de Timothée, parlons un peu de sa vie. Car s’il en est des artistes qui portent leur nom de scène comme un gant, Rover en fait indéniablement parti. « To rove » signifie « errer » en anglais et des errances ce jeune homme de 32 ans en a connues. Fils d’un employé de compagnie aérienne (ça ne s’invente pas), il passe ses trois premières années à Manille, aux Philippines. S’en suit un tour du monde en beaucoup plus de 80 jours, le ballotant de l’Allemagne à la Suisse, de la France aux états-Unis… à New-York il fréquente même deux futurs Strokes sur les bancs de l’école. Très tôt il délaisse les études pour se consacrer à la musique et se voit offrir sa première guitare à l’âge de sept ans. Outre les voyages, c’est aussi les vinyles de papa et maman qui lui donnent ses premiers émois. Les Beatles et les Beach Boys usent le diamant du tourne-disque et ne le quitteront plus jamais. Comme on n’a pas le temps de se faire des amis, on partage tout entre frères chez les Régnier, surtout la musique. C’est son frère justement, qui lui propose de venir le rejoindre au Liban, en 2005, pour former un groupe. The New Government voit alors le jour à Beyrouth, dans un pays au bord du chaos. Le post-punk de la formation franco-libanaise touche au but, leur permettant d’enregistrer trois albums et de se produire dans tout le Liban et à travers l’Europe. Mais pendant ce temps-là, Rafiq Hariri est assassiné et la guerre avec Israël est déclarée. Pour finir d’alourdir un contexte déjà difficile, Timothée est expulsé et banni à vie du pays, en 2008, les autorités considérant son visa comme invalide. 42
« Il ne faudra qu’un E.P. quatre titres, publié en OCTObre 2011, pour ouvrir à Timothée les portes des maisons de disques et donc du succès. » C’est le cœur lourd qu’il regagne donc la France, et plus précisément la Bretagne où il s’isole, seul avec ses instruments dans une vieille bâtisse typique de la région. La théorie a malheureusement été démontrée plus d’une fois, c’est lorsque tout va mal que l’on écrit les plus belles chansons. On imagine alors facilement la peine qui rongeait Rover si l’on se fie à la beauté des titres comme Aqualast, Lou ou Silver, tous écrits durant sa retraite en terre celte. Il ne faudra qu’un E.P. quatre titres, publié en octobre 2011, pour ouvrir à Timothée les portes des maisons de disques et donc du succès. L’album paraît quatre mois plus tard et la tournée lui permet de retourner à ses voyages, à ses errances, à la vie telle qu’il l’a toujours connue et appréciée. Ce soir là, au restaurant de la Coopérative de Mai, je rencontre un personnage cultivé, touchant et à l’humour grinçant. Sa diction quasi-aristocratique ajoute une dimension terriblement rassurante à son physique de Gérard Depardieu aux cheveux roux. On parle de la vie sur la route, de son envie du moment de booster le son de sa guitare (une magnifique Rickenbacker 620 noire) et de rajouter du fuzz partout. On parle cinéma surtout, l’autre passion de Timothée. On peut d’ailleurs l’apercevoir dans le rôle d’un vendeur de voitures d’occasion dans le fabuleux Robert Mitchum est mort, road trip halluciné et rock’n’rollaux côtés d’Olivier Gourmet et Pablo Nicomedes. Vient l’heure pour lui de s’emparer de la scène. Bien qu’il soit le seul musicien crédité sur l’album, c’est à quatre et en formation serrée qu’ils le défendent. La cohérence sonore est saisissante. Alors que le disque est aérien et forcément rempli de solitude c’est un vrai groupe de rock, compact et teigneux qui assène son set au public clermontois ce soir-là. Le duo basse/batterie peut aisément prétendre à l’élite hexagonale, et, les guitares tantôt cristallines, tantôt saturées portent à merveille la voix du leader. Cette voix justement, parlons-en, à la tessiture si particulière, capable de passer du grave à l’aigüe en une demi-mesure. On pense à Bowie forcément, à Buckley aussi, ce placement presque crooner sur des chansons gorgées de pop sixties. Chacun des membres ayant un clavier à portée de main la chapelure sonique devient délicieusement futuriste, alors qu’une fois encore les arrangements du CD lorgnent clairement vers le passé. MUSICFocus La Coopérative de Mai - Photo : Hélène Maury 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 1TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 2-3TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 4-5TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 6-7TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 8-9TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 10-11TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 12-13TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 14-15TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 16-17TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 18-19TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 20-21TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 22-23TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 24-25TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 26-27TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 28-29TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 30-31TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 32-33TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 34-35TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 36-37TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 38-39TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 40-41TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 42-43TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 44-45TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 46-47TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 48-49TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 50-51TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 52-53TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 54-55TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 56-57TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 58-59TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 60-61TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 62-63TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 64-65TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 66-67TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 68-69TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 70-71TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 72-73TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 74-75TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 76-77TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 78-79TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 80-81TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 82-83TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 84-85TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 86-87TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 88-89TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 90-91TransferT numéro 2-3 mai à nov 2013 Page 92