TransferT n°1-5 oct 10 à avr 2011
TransferT n°1-5 oct 10 à avr 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-5 de oct 10 à avr 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Session Libre

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : Béton Tour 2010 a posé ses valises dans la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Lou Jul Yan i s en s Bousquet Roudeix Payet A seulement quinze ans ils sont considérés comme la relève du skateboard aurillacois. Petite entrevue avec trois jeunes qui ont toujours le smile et la motivation.L. J. Y. par Edouard Lassus Comment avez-vous débuté le skateboard ? Julien : j’ai attaqué il y a cinq ans parce que mon grand frère, Fabien, faisais déjà du skate depuis quelques mois, ce qui m’a donné envie de m’y mettre à mon tour. Louis : moi j’ai commencé le skate depuis quatre ans après avoir rencontré Julien, qui en faisait déjà, en sixième. Yanis : j’ai débuté il y a trois ans avec un copain, Benoit, qui skatait déjà depuis a peu prés un an, ce qui m’a permis de revoir Louis que je connaissais du primaire, puis de rencontrer Julien et son frère et maintenant on roule toujours tous ensemble. Qu’est-ce qui vous a attiré et qui vous plaît dans le skate ? L : vu qu’on était au collège à Jules Ferry juste à côté de la Place des Carmes on voyait souvent rouler des gars qui skataient déjà depuis un petit moment, comme Jiji ou Ptit Bertrand, à coté de ça je regardais des vidéos sur youtube et ça donne envie d’essayer ! J : ouai, on regardait déjà des vidéos de skate sur internet, moi c’est la éS Ménikmati qui m’a vraiment donné envie de m’y mettre. Puis ça nous a plu de suite et le fait de voir des gars rouler ça nous motivait, l’ambiance était vraiment sympa Place des Carmes, tout le monde se connaissait ! Y : moi aussi c’est les vidéos qui m’ont incité à me lancer et j’ai tout de suite trouvé que l’ambiance était cool, surtout maintenant qu’on a l’Epicentre ou on se retrouve tous c’est encore plus motivant ! 8 Vous roulez ensemble depuis toujours ? Pourquoi ? Y : oui, on était tous du même college, du coup on trainait et skatait ensemble vu qu’on se
9 connaissait et qu’on s’entendait bien, et c’est plus motivant de rouler avec ses potes que tout seul ! J : ça permet d’apprendre des tricks et d’échanger sur ce qu’on sait faire, on sortait de cours et on allait tous Place des Carmes pour faire du skate et se retouver. Moi j’allais déjà un peu au park avec mon frère à cette époque, mais j’étais plus souvent aux carmes parce que le park était encore sur la dalle de béton de la Ponétie, c’était loin et pas en super état comparé à maintenant. L : ouai de rouler ensemble ça nous motive mutuellement, depuis qu’on se connait on skate ensemble et c’est vrai qu’au début on allait plutôt place des carmes, mais après avoir fait le premier Béton Tour où on a appris à dropper les courbes on s’est mis à aller au skatepark plus souvent. Quels sont vos spots préférés à Aurillac ? Y : j’aime bien les Carmes, mais ça roule de moins en moins bien. Vu qu’il y a pas trop de spots en street je vais au Square parfois ou plus à l’Epicentre maintenant. L : mon spot de street préféré c’est le Square mais je préfère quand même aller au skatepark, c’est mieux pour rouler, c’est couvert et il y a de tout, du street comme de la courbe. J : moi aussi en street à Aurillac je vais au Square, certains dimanches, quand l’Epicentre est fermé et qu’il fait beau ! Yanis Payet. Fs Smith. L’Epicentre/photo : ? Quelles étaient vos influences lorsque vous avez débuté ? L : je regardais les parts de James Brockman sur internet Y : moi c’était David Gonzalez J : la vidéo éS Ménikmati et Léo Roméro ! Maintenant on mate les vidéos du Berrics aussi. 9 Qu’Est-ce qu’un skatepark comme l’Epicentre à changé pour vous ? Y : ça nous a permis de progresser rapidement, d’apprendre à pomper, à faire du bowl et aussi à rencontrer tous les gens de Session Libre. L : ouai en plus on peut rouler l’hiver alors qu’avant quand il faisait trop froid, ou pas assez



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :