TransferT n°1-5 oct 10 à avr 2011
TransferT n°1-5 oct 10 à avr 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-5 de oct 10 à avr 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Session Libre

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : Béton Tour 2010 a posé ses valises dans la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 Music par Je re my Bois L’album du moment : The Black Keys - Brothers (rock) Duo forme a Akron (Ohio) en 2001, les Black Keys n’en finissent pas de surprendre. D’abord minimalistes, tre s enracine s dans la culture blues, ils ne cessent d’expe rimenter au fil des albums balayant toute l’Americana, de la soul au folk en passant me me par le hip-hop (voir le projet « Blakroc » autour duquel ils ont re unis la cre me du rap U.S. underground). A l’heure du septie me album on constate tout d’abord la richesse de la production, loin du triptyque batterie/guitare/voix de leur de but. Le son de basse est monstrueux, les guitares magnifiques taillant a la serpe des effluves de pop vintage, de soul motown ou de blues tendance « delta-spirit » le tout agre mente de claviers tout en finesse et jamais inutiles. Reste la voix, celle d’un crooner blanc au cœur noir, sublime… « Brothers » se place comme une mosaï que impressionnante et cohe rente d’un groupe au sommet de son art. Un album d’une richesse rare de nos jours, qui ensorcelle de s la premie re e coute et qui ne vous la che plus. Intemporel et essentiel. Un chef d’œuvre. Ray LaMontagne – God Willin’and the Creek Don’t Rise (Soul) Mr. Raymond Charles LaMontagne porte bien son nom. Barbe de 5 ans sur gueule de mannequin scandinave, mains de bu cheron et carrure de quaterback, le gars en impose. Mais c’est sans compter sa voix, suave et rauque a la fois qui transforme le plomben velours tout en en gardant la teneur et qui en fait de finitivement le gendre ide al pour votre belle -me re. A l’heure du quatrie me album, ce natif du New Hampshire nous prouve encore une fois qu’il est surement l’un des grand songwritter de l’Ame rique actuelle. Epaule par The Pariah Dogs, groupe qu’il a forme pour l’occasion, le disque s’ouvre sur « Repo Men », tout y est ; riff ente tant, basse groovy, percussions, solis tranchants et la, la voix rentre… On a beau le savoir, s’y pre parer, rien n’y fait. Un cadeau des dieux entre les amidales qui vous pousse a la cher un « Mais p…in l’en…re ! » presque a chaque fois. « Beg Steal or Borrow », « Are we Really Through » … Les pe pites s’enchaï nent dans une ambiance qui sent bon la sciure et la neige qu’on a ramene e sous ses bottes. Un peu comme si The Band avait loue une grange dans le Maine en collocation avec Joe Tex pour y e crire des chansons. A mettre sur la platine au moment de prendre un dernier verre chez vous, ça aide a conclure et c’est toujours moins cliche que Marvin Gaye lors du passage a l’acte. 26
27 Fistful of Mercy - As I Call You Down (Folk) « Supergroupe » : réunion de plusieurs artistes { la notoriété déj{ assise au sein d’un même groupe. Il semblerait donc que nous soyons en pre sence d’un supergroupe. A ma gauche Dhani Harrison, dont le nom de famille vous dit peut-e tre quelque chose, petit indice, son pe re e tait natif de Liverpool et se pre nommait Georges. A ma droite Joseph Arthur, songwritter appre cie de Lou Reed entre autres, e crivain et artiste peintre a ses heures perdues, une dizaine d’albums au compteur. Au milieu, Benjamin Chase Harper, dit Ben Harper et dont on peut se passer de pre sentation. Les gars se rencontrent tranquillement dans un skatepark a Santa Monica (on imagine qu’il y a des « skateparks Hilton » pour V.I.P. parce que ça parait quand me me un peu louche). Puis la entre deux flips ils se disent « Hey les mecs pourquoi on ne jouerait pas ensemble ? ». Ils louent un studio durant trois jours dans lequel ils de barquent sans aucune ide e de ce qu’ils vont faire. En trois jours ils pondront neuf chansons, les mettront en boï te et se complimenteront mutuellement sur leur talent en e coutant le re sultat. On est force de constater qu’effectivement, il y a de quoi. Harmonies vocales magnifiques, guitares acoustiques brillantes parseme es de slide, batterie tout en moderato, arrangement de clavier subtils… De la premie re a la dernie re note on pense a « Crosby, Stills and Nash », le tout agre mente de petites imperfections qui donnent a l’ensemble une beaute fragile, tout en simplicite, de finitivement cool. Au fil des titres ma chambre s’impre gne, respire la Californie, et sur la dernie re chanson, belle a pleurer, je fais comme si la proposition 19 e tait passe e… The Morlocks - Play Chess (garage/punk) On imagine bien les Morlocks en 1984, peu avant qu’ils se forment, arpenter les rue de San Diego, jeans troues, t-shirts des MC5, l’haleine parfum « Jack Daniels » et les yeux rougis par la dope, entre deux bastons avec les videurs d’une boite disco… Alors que Madonna chante partout sa virginite pourtant de ja bien loin (et ce n’e tait que le de but) et que Frankie Goes to Hollywood restent « Relax » malgre la soupe innommable qu’ils produisent, les Morlocks triturent les trois accords qu’ils connaissent pour l’instant et ouvrent une faille spatiotemporelle garage, punk et psyche ou tre s peu de groupe a l’e poque osaient s’aventurer. Vingt-six ans apres, les ganaches sont raye es comme la table en verre de Delarue mais l’agressivite toujours intacte. Les « garagemen » californiens nous livrent avec leur nouvelle galette une relecture des standards blues du de funt label Chess Records, ce le bre maison de Chicago ayant he - berge Chuck Berry, Howlin’Wolf ou John Lee Hooker, rien que ça. Le re sultat sonne comme une de flagration sonique, un truc binaire, sale, qui pue le sexe et la sueur a plein nez. Du « I’m a Man » de Diddley au « Back in the U.S.A » de Berry on prend une claque en pleine face et on tendrait bien l’autre joue. A e couter le plus fort possible. 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :