Tracteurs magazine n°3 jun/jui/aoû 2016
Tracteurs magazine n°3 jun/jui/aoû 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°3 de jun/jui/aoû 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 62,0 Mo

  • Dans ce numéro : nouveautés 2016, les meilleurs modèles du marché.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
Une marque, un homme L’aventure commence… C’est en 1898 que Louis Renault et ses frères fondent leur société. Ils se font rapidement connaître par la compétition automobile, où leurs voiturettes alignent les victoires. Les usines Renault adoptent la production en série en 1905, puis le taylorisme en 1913. Pendant la Première Guerre mondiale, l’entreprise fabrique camions, brancards, ambulances, obus, et même les fameux chars FT17 qui apportent une contribution décisive à la victoire finale et finalement des tracteurs… En 1918, Louis Renault (1877-1944) possède une propriété à Herqueville (27) où il exploite plusieurs milliers d'hectares de terres (4 000). Devant le manque de main-d'oeuvre, il crée le premier char agricole, le type GP à partir de l'expérience acquise lors de la Première Guerre mondiale avec le char FT. Les premiers tracteurs seront donc à chenille. Les roues métalliques ou à bandage seront introduites en 1926 et les pneumatiques en 1933. Les usines du Mans et de Billancourt seront bombardées à plusieurs reprises durant la Seconde Guerre mondiale, ce qui va interrompre la construction des tracteurs. La concurrence étrangère va alors s'engouffrer dans cette brèche. 1903, Louis Renault vainqueur de Paris-Madrid. Cour de ferme en 1917. 66. Tracteurs magazine - Juin-Juillet-Août 2016 Après la Seconde Guerre mondiale, la reconstruction de l’Europe fut très rapide. Il y avait une forte demande de nouveaux tracteurs pour augmenter la production de nourriture. Renault n’est pas sorti indemne de la guerre. Plusieurs parties des usines étaient bombardées et Louis Renault était mort dans des circonstances obscures. Quelques mois après la libération, l’usine était nationalisée et Renault produisait un nouveau modèle basé sur des techniques existantes. On employait 4 chiffres comme indication de type. Renault utilise alors les ressources de Hispano-Hercules et de Perkins, mais aussi leurs usines elles-mêmes. Le retour de Renault dans l'agriculture se situe en 1956 avec la sortie de la série « D ». Renault connaît alors le succès avec ses tracteurs. Pendant les années cinquante, l’agriculture est entrain de se mécaniser très vite. Le nombre des ventes augmente, ainsi que la puissance des moteurs moyens. Les nouvelles séries D et N sont alignées aux agriculteurs modernes. En 1956, le moteur diesel est la source d’énergie la plus populaire, surtout après l’introduction du diesel spécial pour l’agriculture (diesel rouge). Renault achète des moteurs en Allemagne chez MWM (Motor Werke Mannheim), tous avec refroidissement par l’air, mais utilise aussi des moteurs de Perkins (USA) avec refroidissement par eau. Le type N signifie une largeur Normale, type E Étroite et V est pour la Viticulture. De 1960 jusqu’à 1963, le Motomeccanica Super 108 est dans le programme de Renault, causé par la demande de tracteur encore plus puissant. La gamme Renault s'étend ensuite afin de pouvoir proposer une solution dans les différents domaines de l'agriculture. Parmi les principaux concurrents de Renault, on retrouve ainsi Carraro, Mitsubishi, Claas, Ford, Massey Ferguson, John Deere, FiatAgri… A la fin des années 1960, la baisse du marché
Tracteur/char Renault de 1918. porte un coup à l'ensemble des constructeurs et Renault devra se doter d'une gamme plus puissante. Au début des années 90, Renault décide un renouvellement massif de sa gamme, et c'est ainsi que l'on voit apparaître de nombreux nouveaux modèles. Mais le marché est très concurrentiel et pas assez rentable aux yeux de Renault. C'est pourquoi, après un partenariat avec Claas, Renault décide de céder 51% de ses parts à son partenaire en février 2003. L'accord signé prévoit que Claas puisse porter sa participation à 80% du capital, Renault s'engageant de son côté à conserver 20% de sa filiale au moins jusqu'en 2010. Suite à la commercialisation des tracteurs sous la marque CLAAS et la réorganisation du réseau de vente, une forte croissance des ventes s’est produite dans les deux années qui ont suivi cet accord, principalement grâce au développement important des ventes à l’étranger. Au total, les ventes à l’étranger ont augmenté de 22% en Renault FT-17, char TSF de 1922. 2005 selon l'entreprise. Le 18 janvier 2006, Claas est monté à 80% dans le capital de Renault Agriculture. Depuis 1945, près de 770 000 tracteurs ont été livrés par Renault sur les cinq continents. Renault Agriculture a produit 9 343 tracteurs en 2002. Depuis 2008, le géant Allemand CLAAS détient 100% du capital Renault Agriculture S.A.S. Bien sûr, nous n’avons pas la prétention de vous faire découvrir l’histoire de Renault, la plupart d’entre vous la connaisse aussi bien que nous et Juin-Juillet-Août 2016 - Tracteurs magazine. 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 1Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 2-3Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 4-5Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 6-7Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 8-9Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 10-11Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 12-13Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 14-15Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 16-17Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 18-19Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 20-21Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 22-23Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 24-25Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 26-27Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 28-29Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 30-31Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 32-33Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 34-35Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 36-37Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 38-39Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 40-41Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 42-43Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 44-45Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 46-47Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 48-49Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 50-51Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 52-53Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 54-55Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 56-57Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 58-59Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 60-61Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 62-63Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 64-65Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 66-67Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 68-69Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 70-71Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 72-73Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 74-75Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 76-77Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 78-79Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 80-81Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 82-83Tracteurs magazine numéro 3 jun/jui/aoû 2016 Page 84