Tous Pros n°51 mai 2016
Tous Pros n°51 mai 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°51 de mai 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Promocash

  • Format : (200 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : Christophe Hay, chef étoilé

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
XXXXXXX/Xxxxx Une te Des arêtes croustillantes Une expérience gustative inédite 40 Mai 2016 Faites la différence en renouvelant vos garnitures ECI A L re.ffiee) r des burgers originaux Utilisation facile éthode de cuisson flexible
Social QUELLE PÉRIODE D’ESSAI POUR UN SAISONNIER ? Un contrat saisonnier est nécessairement un CDD, autrement dit un contrat à durée déterminée. Le salarié saisonnier peut être amené à faire une période d’essai mais celle-ci doit obligatoirement figurer dans son contrat de travail pour être effectuée. Pour la calculer, il faut prendre en compte la durée initialement prévue de son CDD. S’il s’agit d’un contrat inférieur ou égal à six mois, la période d’essai se calcule à raison d’une journée par semaine. Ainsi, d’après l’articleL. 1242-10 du code du travail, la période d’essai sera de quatre jours pour un CDD d’un mois, de 12 jours pour un CDD de trois mois, etc. Attention, la durée maximale de la période d’essai est fixée à deux semaines, même s’il s’agit d’un CDD de quatre, cinq ou six mois. En revanche, si le CDD est supérieur à six mois, la période d’essai sera calculée par rapport à la durée minimale du contrat de travail et ne pourra excéder un mois. Attention, si vous renouvelez la période d’essai d’un salarié et que la durée maximale autorisée est dépassée, vous serez tenu de l’employer jusqu’à la fin de son contrat, sauf à invoquer une faute grave ou un cas de force majeure. Cependant, il est aussi possible de rompre le contrat par écrit à condition d’avoir l’accord des deux parties. Hygiène QUELLE EST LA PROCÉDURE POUR LA RÉCEPTION DES MARCHANDISES ? oD, Il est nécessaire de suivre un protocole strict à chaque livraison de matières premières. Il convient de vérifier… Le délai entre l’heure de livraison et l’heure de stockage. Celui-ci ne doit pas dépasser 15 minutes. La quantité des produits livrés, qui doit être conforme à la commande. La présence de l’estampille sanitaire sur les denrées d’origine animale. La validité de la date limite de consommation. La validité de la date limite d’utilisation optimale. La propreté et l’état des conditionnements et des emballages – absence de boîtes cabossées, de cartons éventrés ou de poches percées. L’aspect qualitatif du produit – calibre, fraîcheur, odeur, couleur, défaut… La température des produits réfrigérés et surgelés dans le camion ou immédiatement sur le quai de déchargement grâce à une sonde thermométrique – la température à respecter est indiquée sur les étiquetages. Jusqu’à 3 °C supplémentaires sont tolérés. La propreté du camion et la validité de son agrément. En cas d’anomalies constatées, une feuille d’enregistrement de non-conformité doit également être complétée avec les motifs de refus de la marchandise, puis signée par le livreur, auquel une copie sera remise. Cette fiche est à archiver pendant 12 mois et sera utile en cas de litige. FICHE PRATIQUE Juridique 113 Q U E L L E S DÉMARCHES POUR RÉNOVER L’E X TÉRI EU R D’UN ÉTABLISSEMENT ? La réalisation, la rénovation ou la réfection de la devanture d’un commerce est soumise à une déclaration préalable de travaux. Un dossier doit dont être déposé auprès de la mairie de la commune où est situé le local commercial. Le formulaire Cerfa n°13404*04 est à télécharger sur le site www.service-public.fr. Avant d’entreprendre les travaux modifiant la devanture, la façade ou les parties communes d’un immeuble soumis au régime de la copropriété, il est nécessaire d’obtenir l’autorisation par un vote à la majorité de l’assemblée générale des copropriétaires. Si les travaux concernent l’installation d’une enseigne, une demande d’autorisation préalable – formulaire Cerfa 14798*01 – est à adresser au maire ou au préfet. Sans réponse dans un délai de deux mois, l’autorisation est considérée comme accordée. N’oubliez pas de soumettre votre projet à l’accord du bailleur ou du syndic pour toute modification de l’enseigne. Des clauses du bail commercial, voire du règlement de copropriété, peuvent, en effet, exister pour fixer des conditions à la pose d’une enseigne, notamment en relation avec les caractéristiques de l’immeuble et de son esthétique. À savoir Si les travaux consistent simplement à restaurer l’état initial du bâtiment (ravalement ou nettoyage de la façade), aucune déclaration n’est nécessaire. Le magazine de Promocash 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :